Naruto, le messie de la fertilité et de la luxure

BY : sneaky666
Category: French > Anime
Dragon prints: 13991
Disclaimer: I do not own Naruto, Hisghschool DxD or other anime listed in any chapter, nor the characters from it. I do not make any money from the writing of this story

Bonjour à tous ! J'espère que vous avez passé de bonne vacance ! Voilà une nouvelle fic que j’ai écrit à mes heure perdus. Une fic qui résulte de mon blocage sur une requête de No_1 sur une contenant du yaoi, de la domination féminine, du futanari ainsi que Le Dragon et la Kitsune. Et cette histoire est née de ce mix. Globalement l'histoire est moins sombre que ce que je fait d'habitude, plus de joyeuseté et d'amour familial, mais toujours avec la même perversité.

Et pour ceux que ça intéresse, je continue d’écrire. C’est juste que cet été j’ai commencé à écrire plein de chapitres sans jamais en terminer un… et que la rentrée ne me donne pas suffisamment de temps pour continuer d’écrire autant qu’avant. Et si ce que je dis continue de vous intéresser, voici le statut de ce que je suis actuellement en train d’écrire :

Chapitre 6 de Naruko et la maison close : 8 000 mots (80%)

Chapitre 1 de Sissi Naruto (requête de No_1, Naruto Small Penis Humiliation/Cuck Fic) : 17 000 mots (50%)

One-shot avec Kushina : 21 000 mots (85%)



One-shot avec Kushina/Fugaku (requête de TheWarlockofChaos, Uchiha Fugaku's Luck or possible RTN route) : 9 000 mots (40%)

Chapitre 2 de l'inoubliable mission d'escort de Kushina (requête de Jordo, Kushina Uzumaki Slut of Slut) : 14 000 mots (30%)

One-shot Naruko capturé par Gato : 20 000 mots (95%)

Chapitre 1 de Naruko overlady (crossovers avec overlord le jeu) : 10 000 mots (50%)

Chapitre 1 crossovers entre Naruto et RE: Monster: 35 000 mots (95%)

Chapitre 2 de Naruko la survivante : 19 000 mots (75%)

Chapitre 1 d’Emeraude Potter (crossovers avec Fate stay night) : 23 000 (90%)

Interlude Le dragon et la Kitsune : 3 000 mots (25%)

Chapitre 4 Le dragon et la Kitsune : 9 000 mots (30%)

Pour ceux qui n'aime pas Rias Gremory, le shota, le futanari sur male, un Naruto féminisé et soumis... je vous conseille de passer votre chemin, les autres, plongeaient vous gaiement dans la lecture et dite moi ce ue vous en pensez. Et pour ceux qui ont peur du yaoi, les scènes seront rare et je mettrais un petit avertissement avant chacune de ces scènes (il n'y en a pas dans ce chapitre). Bonne lecture et amusez vous bien.

________________________________________________

Prologue

Naruto Uzumaki était un jeune garçon triste. Ses cheveux blonds en bataille brillaient à la magnifique lumière du soleil de Konoha, descendant jusqu’à son menton, ils ressemblaient à un rideau fait d’or sur son visage juvénile et innocent. Ses yeux bleus comme l’océan reflétaient la tristesse qu’il ressentait de sa situation. Il avait trois marques de moustaches sur chacune de ses joues rondes et bronzé qu’on aurait qualifiées d’absolument d’adorable dans un autre village que le sien. Son visage efféminé et androgyne renforçait ce visage agréable à regarder. Il aurait été qualifié d’enfant absolument adorable s’il avait vécue dans un autre endroit. Malheureusement pour cette enfant de 5 ans, Konoha était un lieu hostile pour lui. Comment un enfant si adorable, fils de Minato Namikaze, le héros de Konoha et Kushina Uzumaki la princesse de Konoha. Tous deux, des shinobi aimé et respecté par leur peuple. Ainsi que le petit dernier des triplés Namikaze, pouvait être triste ?

Il était malheureusement aussi le plus à risques des trois jinchûriki actuelle du Kyuubi no Yoko. Tandis que Memna et Mito contenait le chakra du Kyuubi, se partageant le Yin et le Yang, lui avait le malheur de contenir son âme. Quelque chose dont le jeune garçon n’était pas au courant, rendant la méfiance de ses parents envers lui et les éblouissements des citoyens encore plus douloureux. Il ne savait pas ce qu’il faisait de mal, il était un bon garçon pourtant. Certes, il était énergique et taquin, déjà à son âge il préparait quelques farces simples, essayé de jouer avec les autres enfants jusqu’à ce que leurs parents les éloignent de lui.

Qu’avait-il donc fait de mal ? Pensa-t-il à nouveau en se balançant sur une balançoire du parc en pleine après-midi sous le soleil brulant de Konoha. Les enfants dans le parc semblaient éviter la balançoire, créant un vide autour de la balançoire, faisant tâche dans le parc bondé de monde en ce dimanche après-midi. L’ignorance dont été victime le pauvre garçon étant encore plus douloureux pour son petit cœur fragile alors qu’il se balançait mollement, la tête baissé, la pointe de ses cheveux cachant son visage.

Ceci attira l’attention d’un certain individu passant par-là. Naruto se balançant mollement fut soudain surpris lorsqu’il sentit pousser pour atteindre des hauteurs qu’il n’avait pu atteindre avec ses petites jambes le faisant crisser de surprise et de joie. Durant plusieurs minutes, il sentit quelque le pousser doucement et gentiment. Naruto ne savait pas qui était cette personne, et pour l’instant dans son euphorie actuelle cela n’avait pas d’importance. Il ne pensait pas que se balancer pouvait être si amusant ! Il imitait juste les autres enfants pour attirer l’attention et se changer ses idées sombres. Durant plusieurs minutes il eut l’impression d’être l’enfant le plus heureux du monde.

Il fut légèrement déçu lorsqu’après plus d’un quart d’heure la personne s’arrêta. Sautant hors de la balançoire, il se retourna pour la remercier. Mais ne put que rester bouche-bée à la beauté de la personne. Elle était plus grande que sa mère, son visage doux était beau, beaucoup plus beau que celui de sa mère qu’il avait entendu dire était une des femmes les plus belles du village. A l’époque il avait été heureux d’entendre ça de sa mère. Il lui avait même fait un bouquet de fleur comme il avait vu les autres enfants faire pour lui donner. Mais tandis qu’elle avait embrassée Memna et Mito, couvrant de louange ses petits chérubins, elle avait accepté son bouquet tout en lui donnant un regard soupçonneux avant de lui dire un simple merci. Naruto était tranquillement parti pleurer dans sa chambre en voyant la différence de traitement entre lui et ses frères et sœurs. Ceci avait créé un fossé entre lui et Mito et Memna qui ne comprenait pas les raisons pourquoi leur frère était si lointain. Et les enfants étaient facilement influençables, et pas aussi bête que le pensait les parents. Ils sentirent l’hostilité qui viser Naruto, la méfiance de leurs parents envers leur fils, et dans une tentative pour plaire à leurs parents bien-aimés firent de même. Renforçant la douleur de Naruto.

La femme qui avait fait le bonheur de Naruto un court instant avait un visage d’ange, des yeux aqua avec des lèvres pleine et rouge, pulpeuse à souhait. Si Naruto avait été un homme plus âgé, il aurait commencé à baver sur les courbes affriolantes de la femme, ses hanches large et généreuse, sa croupe dodue qui débordait sur les côtés, il pouvait voir une bonne partie de ses monticules arrière alors qu’il était face à elle. Une silhouette faisant honte aux guêpes et une paire de seins impressionnant par leurs tailles démesuré, chacun plus grand que la tête de Naruto. Mais Naruto rougit à cause de son magnifique visage et de sa superbe crinière rouge ébouriffée, descendant jusqu’à ses cuisses comme une cascade de sang.

Son sourire était si doux que Naruto sentit que son cœur sauta un battement, baissant la tête gêné d’avoir une si magnifique femme l’ayant poussée. Le silence fut lourd, mais le sourire de la femme ne faiblit pas face à un enfant si mignon. S’approchant de lui et s’abaissant pour se mettre à son niveau, elle parla d’une voix douce et mélodique, une voix parfaite à l’oreille de Naruto qui sied bien à son physique de déesse.

« Tu es tout seul ? » Recevant juste un hochement de tête rapide, elle continua.

« Où sont tes parents ? Tu devrais t’amuser avec eux, pas resté seul comme ça. » Naruto désigna vaguement le manoir Hokage de son doigt. Manoir qui se trouvait à l’autre bout de Konoha, un simple mouvement comme ceci n’aurait pas dû alerter une personne normale de ce qu’il avait montré. Et il y avait aussi le fait que tout le monde dans Konoha connaissait les enfants Namikaze, c’était un événement unique pour lui qu’on lui demande ça.

« Je vois… donc tu es Naruto Namikaze ? Tu es plus mignon que les gens le disent. »

« Il y a des gens qui disent ça sur moi ?! » Naruto ne put s’empêcher de lâcher surpris. Relevant la tête avec une curiosité enfantine. Riant doucement à la curiosité qui était imprimer sur le visage de l’enfant blond, Rias ajouta.

« Bien sûr, ils parlent du petit enfant blond mignon dans le parc. Qui semblait toujours triste malgré le fait qu’il soit adorable à croquer avec ses petites joues rebondies et ses charmantes marques de moustaches. » En disant ça, elle pinça les joues  de Naruto à la grande surprise. Il n’avait jamais eu de marques d’affection comme ça avant.

« Alors qu’est-ce que tu fais tout seul ici ? Un enfant aussi mignon que toi ne devrait pas être seul. Tu devrais t’amuser avec tes camarades. » Baissant de nouveau la tête dans la tristesse, Naruto marmonna.

« Mais personne ne veut jouer avec moi… »

« Alors que dirais-tu de jouer avec moi ? »

« Vraiment joli dame ?! » Naruto était exciter, il n’avait jamais joué avec quelqu’un.

« Bien sûr. Mais avant il faut se présenter formellement. »

« For…melle… ment ? »

« Je vais te montrer. Bonjours Naruto-chan, mon nom est Rias Gremory, enchanté de te rencontrer. Et tu conclu en te courbant légèrement, comme ça.  A toi. »

« Enchanté joli dame, je m’appelle Naruto Namikaze. C’est bon ? »

« C’est bien Naruto-chan. Tu dois juste te courber un peu plus et ce sera parfait. Alors qu’est-ce que tu veux faire jusqu’à ce que tes parents viennent te chercher. » Le visage de Naruto s’assombrit lorsqu’ils parlèrent de ses parents avant de s’éclairer en se souvenant de quelque chose qu’il a toujours voulu faire avec un ami.

« Des châteaux de sables ! »

« Alors c’est ce que nous ferons. Viens on va au bac à sable. » Et la suite fut le meilleur après-midi de Naruto qui continua de jouer avec la joli dame aux cheveux rouge. Oubliant ses parents et tous ses soucis. Durant plus d’une heure il joua avec elle, s’amusant et discutant avec une inconnu qui avait été la seule à lui montrer une once de gentillesse.

Et lorsque le soleil commença à descendre, il se rappela qu’il n’avait pas mangé de tout l’après-midi.

GROAAAA

« Qui savait qu’une si adorable chose pouvait faire des bruits si terrifiant ? » Taquina sa nouvelle amie alors qu’il rougissait de honte au bruit que venait de faire son ventre. Se relevant en essuyant son pantalon, Rias lui tendis la main qu’il prit. Rougissant de plaisir à la main ferme et douce qui prit sa minuscule main. Il fut mis aussi face à face à la poitrine géante de la femme et une question lui échappa.

« Comment ça se fait que ça ne se déchire pas ? » La question était plutôt pertinente pour les badauds aux alentours qui avaient dû mal à croire que la femme avait jouée avec l’âme du Kyuubi. Mais personne ne lui fit de réflexion, son influence était beaucoup trop grande à Konoha.

Rias portait un costume d’homme d’affaire noir avec une cravate noir. Elle revenait juste d’une réunion avec le conseil civile quand elle avait aperçu le fils de l’Hokage. Elle était vêtue d’une paire de chaussures noires, un pantalon noir qui semblait beaucoup trop serré au niveau de ses hanches, moulant son gros cul. Son tailleur noirs avec une chemise blanche en-dessous semblait peiner à maintenir ses immenses mamelles, les boutons semblant être mis à rude épreuve. Et même si la plupart de sa peau était couvert, la façon dont cet ensemble moulait son cul et sa poitrine lui donnait une attraction sexuelle que les plus belles femmes peinaient à s’approcher, même dans leurs meilleurs vêtements et jour. Beaucoup d’homme et de femme se surprirent à avoir la main dans leurs culottes en train de se toucher à la vue devant eux. Espérant contre toute attente qu’un de ses mouvements fasse craquer le tissu.

« Quelle question osée d’un si jeune enfant, n’as-tu pas honte ? »

« Désolé, jolie dame. »

« Et arrêt de m’appeler jolie dame, appelle moi Rias-chan. Tu peux répondre à ma question ? »

« Déso… » Naruto arrêta tout de suite de s’excuser face au regard de Rias. « C’est juste qu’un jour j’ai pris un t-shirt trop petit et il s’est déchiré et vu que les votre semblaient trop petit la question m’est venue comme ça. J’espère que cela ne vous dérange pas ? »

« Non Naruto-chan. Mais si tu veux tout savoir c’est grâce à… » Naruto se pencha lorsque la voix de Rias devint plus douce et faible, lui donnant une qualité hypnotique. « … la magie. »

« Sérieusement ?! Tu peux m’enseigner Rias-chan ?! » Naruto était exciter par cette idée, il avait lu au sujet de la magie. C’était incroyable ! Ça avait l’air encore plus cool que le chakra. Tout le monde secoua la tête à la naïveté de l’enfant de croire à une chose aussi fantastique, sauf Rias dont le sourire prit des proportions absurde. Il fallait mentionner que personne n’avait jugé utile d’inculquer les bases de la société à Naruto. Une société où étrangement les gens accepté l’énergie appelé chakra mais rejetait une chose comme la magie. Paradoxe quand tu nous tiens.

« D’accord, je t’accepte comme mon élève Naruto-chan. Mais je te préviens, il faudra travailler dur. »

« Hai sensei ! Dattebayo. » Un point de plus pour son niveau de moe qui approchait du seuil critique selon Rias. Ce tic verbal était tout simplement trop kawai.

« Et tu peux continuer à m’appeler Rias-chan… »

GROAAAA

« … mais d’abord allons chercher notre pitance. » Et Rias tira doucement Naruto vers un endroit auquel il deviendrait intimement familier dans les prochaines années. Mais pour l’instant il profitait de sa première amie qui essayer de cacher sa rougeur après avoir émis un bruit aussi peu féminin.

Il fut agréablement surpris par le petit stand de ramen, son propriétaire était un couple sympathique qui l’accueillir avec un sourire sur le visage. Ils avaient aussi une fille d’une dizaine d’année avec laquelle il discuta avec animation sous le regard ahuri de tout le monde lorsqu’il entama son quinzième bol de ramen. C’était le meilleur jour de sa vie ! Il s’était fait plein de nouveaux amis et on lui avait même payé des ramen !

Lorsque la nuit tomba et qu’ils quittèrent tout deux le stand en disant au revoir à la petite famille tandis que le père comptait grassement l’argent qu’il s’était fait et Rias pleurait des larmes de douleur. Elle venait d’apprendre que son compte bancaire sensé être illimité avait des limite après avoir nourri ce puits sans fond. Comment il pouvait continuer à manger après 70 bols de ramen ?!

« Je peux venir avec toi Rias-chan ? » Tournant sa tête, elle vit que le garçon blond la regardait avec espoir.

« Tu veux venir dormir à la maison ? » Voyant Naruto hochait la tête Rias fit mine de réfléchir.

« Pourquoi pas. Il est tard et les rues sont dangereuses la nuit. Mon manoir est plus proche mais il faudrait l’autorisation de tes parents pour ça. »

« Mes parents ne s’en soucient pas. » Murmura Naruto d’une petite voix.

« Je suis sûr qu’il se soucie de toi Naruto-chan. Il le cache juste, allez, tu viens avec moi. J’enverrais un serviteur les prévenir. Tu dois être fatigué après une telle journée. » Effectivement, après qu’elle est dit ça. Naruto bailla, ouvrant largement sa bouche montrant à quelle point cette journée bien rempli fut épuisante pour lui. Mais il était véritablement heureux pour la première fois de sa jeune vie. Soudain, il se sentit soulevé et mis sur le dos de la jolie dame. Instinctivement il mit les bras autour de son cou, enfouissant sa tête dans ses jolie cheveux. La dernière chose qu’il pensa avant que Morphée le prenne fut : elle sent bon, comme les fraises.

Rias Gremory arrivait à peine à croire sa chance ! Elle revenait d’une ennuyante réunion avec le conseil civile lorsqu’elle l’avait aperçu. Le jinchûriki de l’âme du Kyuubi et fils de l’Hokage.  Enfin c’était ce que penser les humains. Les créatures surnaturelles étaient moins naïves sur ses choses-là. L’âme des Biju étaient rattaché à leurs chakras, il était impossible que leurs âmes soient dissociées de leurs chakra. Tout le monde qui savait ça avait rejeté les allégations du quatrième Hokage, pensant qu’il voulait faire peur aux autres villages en alignant trois jinchûriki ainsi que sa soi-disant maitrise du fuinjutsu.

Mais quelque chose l’avait interpellé… enfin, plusieurs choses. Outre le fait qu’il soit mignon, il y avait quelque chose qui le relié à Kyuubi. Elle avait été là lors de l’attaque il y a cinq ans et ses sens étaient extrêmement affinés après un millénaire de vie. Naruto avait clairement un lien avec le Kyuubi. Mais pour savoir quoi, il faudrait creuser. Une autre chose qui lui fit pétiller les yeux était ce qui était attaché à l’âme de Naruto. Au départ, elle avait pensée que c’était un morceau du chakra du Kyuubi qui aurait contaminé le pauvre garçon. Mais, après un court palpage de son âme et s’être rapprocher de lui elle reconnut immédiatement ce qui était à l’intérieur de Naruto. Elle avait rencontrée deux de ces possesseurs au cours de sa vie. L’Empereur Dragon Rouge, le Sekiryūtei. Un véritable miracle venu tout droit des enfers pour aider sa famille en ces temps difficile.

Vous demandez de quoi elle parler ? Et quel âge elle avait si elle avait vécue il y a un millénaire ? On ne demande pas son âge à une dame voyons. Mais l’explication la plus courte serait qu’elle était un diable. Une créature surnaturelle de l’ombre et se nourrissant des pêchés de l’humanité, faisant partie d’un monde dissimulé même au shinobi. Quelque chose qui existait bien avant que le chakra soit utilisé d’une telle manière. Une chose frappée par une malédiction improbable et qui les rongeait petit à petit. Non seulement sa race, mais toute les races surnaturelle ! Mais pour l’instant, elle parlait de Naruto. Naruto qui semblait posséder une relique sacrée de type longinus contenant l’un des deux dragons  céleste pouvant tuer les dieux. Une arme si puissante que les différentes factions se l’arracheraient pour la posséder. Et c’était elle qui l’avait trouvée~. Bien qu’elle se sente honteuse de le manipuler de manière aussi flagrante. Mais au cours de la journée ses soupçons sur l’abus émotionnel qu’il subissait furent confirmés. Elle savait qu’il n’était pas trop aimé, mais la façon dont il parlait de ses parents ou qu’il recherchait son contact était assez terrifiant. Comme s’il n’avait jamais eu un acte de bonté à son égard. Qu’un enfant soit traité comme ça la révulsa. Tant pis pour ses parents d’abandonner un humain aussi mignon et gentil, elle serait sûr de bien s’en occuper. Il ferait un petit frère incroyablement attendrissant. Et la façon dont il fouinait dans ses cheveux était adorable à son avis.

Arrivant à sa maison, elle surprit ses serviteurs en portant le fils de l’Hokage. Ordonnant à un serviteur d’aller au manoir Namikaze pour prévenir que c’était eux qui avait leur fils. Elle se dirigea vers sa chambre avec Naruto pour s’écrouler sur son lit. Pour elle aussi la journée avait été épuisante.


___________________________________


 

La première chose que ressentit Naruto quand il se réveilla était une douce chaleur ainsi que sa tête étant emprisonné entre deux orbes moelleuses faisant de fantastique oreiller. Deux bras encerclé sa taille et le maintenait dans cette prison faite de chair céleste. La deuxième chose était qu’il était nu, pas quelque chose dont il se souciait mais qui était étrange. Il resta quelque temps dans cette position, sa tête reposant sur une des orbes. Sa tête étant moulée dans la chair soyeuse et molle. L’autre orbe reposait sur sa tête, l’enfermant doucement dans ce divin buste.

Mais après quelque temps, son estomac grogna et son besoin matinal se fit sentir. L’obligeant à sortir d’ici, de cette prison qui lui avait permis d’avoir un des meilleurs sommeils de sa jeune vie. Glissant doucement, il sentit les bras se resserré autour de lui, coupant toute voie d’évasion. Malheureusement, sa vessie n’était pas d‘accord pour qu’il reste bloquer comme ceci. Alors, à contrecœur, il appela la personne qui l’étreignait comme un ours en peluche.

« Rias-chan, Rias-chan, Rias-chan ! » Il la sentit se déplacer légèrement, preuve qu’il avait attiré son attention.

« Cinq minutes Naruto-chan… » Marmonna-t-elle.

« J’ai besoin d’aller au toilette Rias-chan. Je ne peux pas attendre cinq minutes. » Il se demanda comment la jolie dame pouvait l’entendre alors qu’il était étouffé entre ses oreillers ?

« C’est bon. Naruto-chan, ça ne me gêne pas. Reste juste comme ça pour que je puisse continuer à t’étreindre mon ours en peluche. » Il sentit ses bras se resserrés encore, faisant sûr qu’il ne pouvait pas s’échapper.

« S’il te plait Rias-chan ! J’ai vraiment besoin d’y aller ! »

« Muuuu, quelle rabat-joie tu fais ! Alors allons-y. le soleil est depuis longtemps levé. » Il se sentit libéré de l’étreinte, s’échappant, il put voir qu’effectivement l’immense chambre où ils étaient été baigné dans la lumière matinale. Une chambre si grande et immense que celle de ses parents paraissaient minuscule en comparaison. Même son lit semblait absolument immense, il était plus grand que sa chambre !

Rias se leva, le drap blanc fait de soie glissant sur sa peau douce tandis qu’elle s’étirait. Révélant son corps dans toute sa gloire à un Naruto inconscient du magnifique spectacle qu’il lui était donné de voir. Les immenses mamelles parfaitement ronde et pale comme la neige avec de long et gras mamelons rose clair aussi épais que ses doigts ou sa lance à pipi, son estomac plat avec son petit nombril ovale et mignon, et entre ses jambes, son pot de miel. Des plis proéminents et humides encadrant son vagin qui ne demandait qu’à être lécher avec une touffe de poil rouge soigneusement rasé au-dessus. Tout ceci lui était révélé.  

Mais Naruto n’en avait cure, il fila directement au toilette pour faire ses besoins. Suivi de Rias. Tous deux firent leurs rituels matinaux dans une étrange synchronisation malgré s’être connu que depuis hier. Aucune pudeur ni gêne ne s’immiscé entre eux. Se brossant les dents ensemble, lavant le dos de l’autre facilement…

Une fois propre, Naruto ne put s’empêcher de demander pendants qu’il séchait les longs cheveux rouge de la jolie dame. Sans faire attention que son petit corps était pressé contre le corps plantureux de la joli dame. Son pénis immature pris entre les deux globes de chair fessiers, arrondi et large. Les fesses de Rias était une merveille à voir, ronde comme des demi-melons, elles étaient suffisamment larges pour faire disparaitre la tête de Naruto entre elles. Alors son minuscule pénis immature fut littéralement gober par cette mer de chair à l’amusement de Rias qui sentit la petite érection d’un Naruto ne comprenant pas ce qu’il ressentait au niveau de son aine.

« Rias-chan, où est ma combinaison ? »

« Hum ? Ho, ça. Je l’ai donné à mes serviteurs pour la laver. Après avoir joué dans le sable elle était devenue sale. »

« Je la récupère quand ? »

« Bientôt Naruto-chan. On demandera à mes serviteurs si elle est propre. Et puis… pourquoi tant d’empressement ? On est bien comme ça. Nus, mouillés et pressés l’un contre l’autre. » Pour faire valoir son point, Rias déplaça son gros cul contre Naruto, faisant glisser son pénis entre la chair molle et humide, procurant d’étrange sensation à Naruto qui ne saisit pas le sous-entendu de Rias. Mais acquiesça de tout cœur. Passer du temps avec la jolie dame était amusant !

« Oui j’aime quand on est tous les deux Rias-chan. Mais cette combinaison est l’unique cadeau que j’ai eu de tou-san. »

« Eh bien on va dire à mes serviteurs d’en prendre soin sinon ils seront punis. Il ne faudrait pas que la mignonne combinaison à laquelle tu tiennes tant soit abimé. Qu’en penses-tu ? » Naruto hocha la tête en accord, de tout cœur d’accord avec la joli dame.

« Je serais sûr de m’assurer que la combinaison de Naruto-sama soit bien traité Gremory-sama. » Les deux sursautèrent à la voix, se tournant vers la porte Naruto vit une femme tout aussi belle que la jolie dame. Mais semblait plus mature et âgé. Un visage ovale et royal sur lequel reposaient des yeux d’argent lui faisant penser à la lune le regarder avec une curiosité caché. Deux tresses avec des rubans bleus au bout reposaient sur ses seins, presque aussi immenses que ceux de Rias et légèrement allongé leur donnant la forme d’obus. Dans son dos, deux tresses plus longues pendait jusqu’à sa généreuse croupe. Elle était vêtue d’un costume de femme de chambre française bleu et blanc, une coiffe blanche sur sa tête et de la dentelle blanche entourant ses poignets.

« Naruto ne reste pas bouche-bée comme ça. Présente-toi comme je te l’ai enseigné. » Se reprenant, Naruto se présenta. 

« Bonjours, je m’appelle Naruto Namikaze, je suis ravie de vous rencontrer. Est-ce que toutes les dames ici sont aussi jolies que vous ? » Naruto fit une petite courbette comme lui avait enseigné Rias hier et termina de demander avec une véritable curiosité enfantine. Entre Rias et Grayfia, son cœur balança légèrement pour savoir qui était la plus jolie dame, avant de revenir à Rias. Elle avait les cheveux rouges ! Comment on pouvait faire plus jolie ?! Grayfia hocha la tête en approbation aux manières du jeune garçon.

« Enchanté Naruto-sama. Je m’appelle Grayfia Lucifuge. Je suis la femme de chambre personnelle de Rias-sama. Et n’êtes-vous pas un jeune pour demander ça ? »

« Je viens d’avoir cinq ans ! Je suis un homme comme dirais tou-san ! Dattebayo ! » Les lèvres rouges foncés de Grayfia se soulevèrent légèrement dans l’amusement surprenant Rias à l’émotion que montra Grayfia.

Grayfia s’approcha du petit garçon avant de s’abaisser à son niveau. Naruto la regarda suspicieusement pour avoir osé contester sa maturité. Se mettant sur un genou et baissant la tête, Grayfia reprit d’une voix douce.

« Je vois. Veuillez m’excuser pour mon insolence Naruto-sama. Je ne savais pas que vous étiez aussi grand. C’est une faute impardonnable pour une humble femme de chambre comme moi. Comment puis-je faire pour que vous me pardonniez ? » Rias regarda Grayfia curieusement, elle n’agissait jamais comme ça quand elle faisait son travail. Alors pourquoi elle agissait comme ça avec Naruto ?

« Je veux bien te pardonner si tu me fais un bisous. » Dit Naruto en tendant sa joue.

« Ah, par Lucifer. C’est un véritable charmeur que nous avons là Gremory-sama. » Et puis cela cliqua. Grayfia avait toujours désiré un enfant. Mais d’habitude elle était plus sévère avec les enfants du manoir. Peut-être parce que Naruto été un garçon ? « Bien, si telle est le souhait de Naruto-sama, alors je m’y soumet humblement. » Grayfia releva la tête pour faire un bisou sur la joue du petit garçon blond avec un SMACK puissant et exagéré.

« Beurk, tu n’étais pas obliger de me faire un bisou mouillé Fia-chan. » Grayfia clignota comme un hibou au raccourci de son nom. Cette enfant devenait de plus en plus adorable pensa-t-elle alors qu’il s’essuya la joue avec une moue dégouté.

« Naruto-chan ! Comment oses-tu ?! Et je pensais que j’étais spécial pour toi ! » Dit Rias d’une manière exagéré. Saisissant ses deux fesses, elle les rapprocha et fit un mouvement de haut en bas avec, augmentant la pression sur le petit pénis et le massant agréablement. Naruto se demanda pourquoi elle faisait ça ? C’était pour le récompenser d’être un gentil garçon ? C’était réellement agréable, il sentait des picotements chaleureux apparaitre dans son aine.

« Mais c’est toi que je préfère Ri-chan. Tu as les plus beaux cheveux du monde !  Et tu es la plus gentille de toutes les filles du monde ! » Dit Naruto enthousiaste, avant de sentir quelque chose qui lui fit rougir de honte et peur de ce que penserez les jolies dames de lui. Rias répéta son surnom dans sa tête et l’aima tout de suite. C’était bien mieux que Ria-tan.

« Désolé Ri-chan. Je pense que j’ai fait pipi. Je suis vraiment désolé je ne voulais pas… » Avant qu’il ne puisse s’excuser davantage et son visage pris de remords. Grayfia lui caressa les cheveux.

« Ne vous inquiétez pas Naruto-sama. Vous n’avez pas fait pipi, ce qui est arrivé est tout à fait normal. C’est bien. » Grayfia était au première loge du petit manège de Rias qui arborait un sourire victorieux en sentant un liquide collant se répandre entre ses joues. Le volume n’était pas conséquent mais c’était une sensation agréable à ressentir et à partager avec un petit garçon aussi mignon. Elle était sûre qu’il aimait ça et en voulait plus. Elle désirait obtenir cet humain à se joindre à elle. Il avait un immense potentiel avec sa lignée et un longinus. Il était aussi adorable, gentil, poli, c’était un véritable plaisir de s’occuper de lui. Que pouvait-elle demander de plus ?

« Grayfia dit vrai Naruto-chan. C’est tout à fait normal pour un garçon de ressentir ça en voyant de jolies filles. » Les larmes qui menaçait de déborder des yeux bleu de Naruto se stoppèrent. Il faisait confiance aux deux jolies dames. Les cheveux de Ri-chan sec, ils se levèrent. Naruto grimaça au liquide incolore et collant sur son pénis et qui coulait d’entre les fesses Ri-chan. Grayfia regarda ceci et trouva que l’image était chaude, Naruto n’était pas assez âgé pour avoir un véritable orgasme mais il avait expulsé une bonne quantité de liquide séminal entre les fesses de sa maitresse. Prenant un gant humide, elle nettoya immédiatement le gâchis qu’avait fait Naruto. Passant le gant entre les fesses moelleuses de la matriarche du clan Gremory.

« Je suis vraiment désolé Fia-chan d’avoir fait pipi. » Murmura Naruto toujours honteux en voyant Grayfia à genoux nettoyant sa lance à pipi avec son gant de l’étrange liquide.

« Ce n’est rien Naruto-sama, j’ai eu pire à nettoyer. » Grayfia s’étonna elle-même, en à peine 10 minutes, ils étaient devenus incroyablement à l’aise avec l’autre. Ce qui était un miracle pour quelqu’un comme elle, de même avec sa maitresse. Le jeune humain semblait devenu très proche d’elle en à peine une journée. Une fois terminé, elle lui fit une bise sur le front avant de se relever.

Rias observa amuser que Grayfia passa beaucoup plus de temps que nécessaire à nettoyer ses fesses et le minuscule pénis mou de Naruto. Ce qui était normal pour un enfant de cinq ans, il faisait peut-être la plus petite phalange de son petit doigt en longueur et en largeur.

« Tu viens Naru-chan, je vais te présenter les autres habitants du manoir. Tu verras, tu vas te faire plein de nouveaux amis. Ils sont tous très gentil et il y a même des enfants de ton âge avec lesquelles tu t’entendras bien. »

« Promesse ? »

« Je le promet. » Dit Rias en se baissant avant de planter une bise juste à l’endroit où Grayfia venait de déposer le sien. « Allez, maintenant on descend rejoindre tout le monde pour le petit déjeuner. »

« Comme ça ? »

« Ahahah, bien sûr Naru-chan, tu n’as rien à te mettre. »

« Mais tu ne mets pas quelque chose Ri-chan ? »

« Pourquoi ? » Naruto fut véritablement interloqué par la question innocente de la jolie dame tandis que Grayfia soupira aux pitreries de sa maitresse en espérant que cela ne déclenche pas une rixe avec la seconde maitresse de maison. « Si je mettais des vêtements, personne ne pourrait admirer ma parfaite silhouette après tout. Ecoute bien Naru-chan, c’est un conseil très important que je vais te donner. » Naruto tendit sa tête dans l’espoir d’entendre les sages parole de sa première amie. « Il faut que les gens t’admire si tu veux réussir dans la vie. Moi j’ai mon sex-appeal, toi tu as le facteur moe. Tu es petit, fin, mignon, tes marques de moustaches te feront gagner des points auprès de la gente féminine et ton petit pénis est absolument adorable. Et si quelqu’un n’aime pas ton corps, il ne te mérite pas. » Naruto rougit pas habitué à recevoir autant de compliment ni de gentillesse. D’un coup il se sentit fière de s’exposer comme ça, après tout sa première amie devait avoir raison. Il ne devrait pas avoir honte de son corps.

Il prit sa main et sorti de la salle de bain pour descendre à l’étage suivit d’une Grayfia soupirante, mais incapable de détacher les yeux de la magnifique croupe féminine de sa maitresse ou le petit cul serré de l’humain l’accompagnant.

Arrivant à la salle à mange que Naruto regarda ébahi à la longue table en marbre noir au milieu ou le sol fait de marbre polie blanc qui était froid sous ses petits pieds. Les trois immenses chandeliers en cristal surplombant la table ainsi que des fenêtres si haute qu’il avait l’impression qu’elles pouvaient atteindre le ciel. Le tout compléter par des sculptures de femme nue disperser autour de la salle dans des poses aguicheuses. Et sur le mur se trouvait plusieurs tableaux étranges, de couleur noir et rouge, avec beaucoup de squelette, de gens mort et d’autres gens étranges avec des ailes de chauve-souris, blanche…, des créatures inhumaines. Naruto fut étrangement fasciné par l’une d’elle représentant une étrange femme avec un troisième œil et des cornes sur la tête la faisant ressembler à un lapin. Il ne comprenait pas tout aux tableaux, mais il les trouvait beau, recentrant son regard, son entrain à être fier de son corps se dégonfla sous les dizaines de regards le fixant avec surprise.

« Rias, je ne me dérange pas de ta nudité après tant d’année mais je refuse que tu pollue un enfant avec ta perversité. »

« Bonjours Akeno, Akasha. Naru-chan, ces deux femmes sont Akeno Himejima et Akasha Bloodriver, deux de mes plus proches amis. Tu n’as pas à avoir peur. Elles ne vont pas te manger. » Bien que dans le cas d’Akasha, il était possible qu’elle te suce le sang. Les deux étaient devenu des diables grâce à un système de magie ingénieux que l’actuel Belzebuth avait mis en place il y a à peine un siècle. Les diables appelaient cela les pièces maléfiques. Certain diables avaient eu l’honneur d’en recevoir un jeu, prenant la forme de pièce d’échec ils pouvaient transformer les gens en diables qui servaient ensuite le roi. Ce qu’ont appelé une nobiliaire gagner progressivement en popularité, mais il existé des règle stricte. Les personnes réincarnées étaient scrutées attentivement pour éviter une éventuelle fuite de leurs existences aux humains. Leurs passés, famille… tout était passé au crible.

Akeno était une jeune fille légèrement plus grande qu’elle aux yeux violets, les yeux mi-clos et un sourire constant dévoilant ses dents blanches. Des courbes qui rivalisaient presque avec elle et Grayfia. Mais ses seins étaient légèrement plus gros qu’elle, un fait qu’elle prenait plaisir à frotter au visage de Rias. Elle avait une longue chevelure noir attaché en queue de cheval par un ruban orange. Elle était simplement vêtue d‘une chemise banche contenant à peine la chair de son buste et d’une jupe noir montant jusqu’à sa cuisse ainsi que de bas noir. C’était sa reine et meilleur amie.

L’autre personne était un peu plus compliquée. De longs cheveux roses et des yeux vert sur un visage accueillant et sympathique. Mais il était difficile de manquer ses canines pointues ou sa peau pale comme la neige. Vêtu d’une longue robe noire de style gothique, elle sourit doucement avant de s’agenouiller au petit garçon qui se cachait derrière la jambe de Rias.

« Enchanté Naruto-kun, tu es le bienvenu ici. Tu n’as pas à te cacher derrière Rias. Rejoins-nous pour le petit-déjeuner. » Sortant timidement de derrière la jambe de Rias, Naruto hocha la tête timidement, il n’y avait que des femmes extrêmement belle dans la salle le laissant vraiment conscient de soi.

Rias fit ensuite les présentations avec le reste des habitants, Shirone et sa sœur Kuroka Toujou. Deux magnifiques sœurs, Shirone étant plus jeune que lui. La fille d’Akasha, Moka, aussi de son âge. Tsubaki Shinra, Momo Hanakai, Reya Kusaka, Tomoe Meguri, Tsubasa Yura, Ruruko Nimura et Bennia étaient d’autres occupant le regardant amusé mais avec bienveillance. En voyant toute ses magnifique femme lui souriant gentiment fit Naruto se demander s’il était dans un rêve.

« Rias, tu m’écoute ? »

Trois autres jeunes filles qui l’approchèrent prudemment intrigué par le petit garçon nu. Tout le monde était habitué à la nudité de Rias et des autres habitants du manoir mais c’était la première fois qu’elle voyait Rias apportait un petit garçon. Et Naruto se rendit compte que certaine personne dans la salle aurait aussi bien pu se balader nu avec le peu de vêtement qu’elles portaient ce matin. Les trois se nommaient Kurumu Kurono qui se faufila derrière lui et l’étreignit directement et sans sommation à la surprise de la salle, et à la fierté d’une autre femme nue qui devait être sa mère vu la ressemblance. Lors de l’étreinte, Naruto se sentit tout simplement bien, n’essayant pas d’échapper à cet inconnu qui l’étreignit sans raison, au contraire, il lui rendit l’étreinte. La deuxième nommait Mizore Shirayuki sembla ensuite l’étreindre, plus dans un élan de compétitivité que d’acceptation. Mais cela ne blessa pas Naruto qui se sentait bien avec les deux l’étreignant, bien que le contact peau contre peau de Kurumu qui était aussi nue fût plus agréable et chaleureux.

La dernière se nommait Ruby Tojo, apparemment légèrement plus âgé. Le jugeant du regard de haut en bas d’un sourire narquois avant de prendre sa tête et l’enterrer dans sa poitrine inexistante. Les trois commencèrent immédiatement à discuter avec lui avec animation, lui demandant comment il avait rencontré Rias, son âge sa date de naissance, sa couleur préféré… Naruto essaya tant bien de mal de répondre à l’afflux de question qui le surprit agréablement, personne sauf Rias s’était intéressé à lui comme ça.

Rias regarda ceci avec amusement en sentant la gêne de son protégé qui rougissait de la tête au pied.

« Il semble que j’ai bien enseigné à Ruby. Elle cherche déjà à voler les hommes des autres. »

« Moi, je suis simplement content de voir que Naruto-kun s’intègre bien. »

« J’aimerais qu’il porte des vêtements Rias. » Dit Sona Sitri agacé d’avoir été ignoré.

« Mais c’est son choix Sona. »

« Choix que tu as certainement influencé avec ta langue de vipère. »

« Quelle honteuse accusation tu portes là Sona. C’est indigne de ton rang. »

« Ce qui est indigne est de perdre 100 fois d’affilé une partie d’échec… » Le sourire de Rias se crispa à se rappelle. « … ou le fait de se retrouver nouer avec un chien en public… » Le sourire de Sona augmenta progressivement tandis que celui de Rias se crispa de plus en plus. Akeno devait encore payer pour celle-là. « … d’avoir… »

« Ça veut dire quoi nouer avec un chien Ri-chan ? » Rias remercia intérieurement Naruto pour la sauver. Elle et Sona étaient des amis d’enfance très proche et habitant encore ensemble, la quantité de matériaux chantage qu’elle avait sur elle devait être supérieure à ceux d’Akeno. Elle doutait que Sona veuille exactement expliquer quelque chose comme çà à un enf…

« Ça veut dire que Rias copuler avec un chien. »

« Ça veut dire quoi copuler ? » Tous les enfants étaient à l’écoute, les regards moqueurs envoyaient à une Rias rougissante attisant leurs curiosités. Rias avait un regard horrifié graver sur son visage, incapable de croire que Sona puisse dire ça !

« Ça veut dire que Rias-chan est plus une femme à chien Naru-chan. Tu vois quand un chien aime beaucoup une femme, il… »

« Je vous expliquerait lorsque vous serez plus grand. N’écoutez pas les mots dépravé qui sorte de la bouche de cette femme. » Coupa Sona tandis que Kuroka faisait la moue en étant incapable de raconter sa version de l’apprentissage de la sexualité qui aurait certainement traumatisé les enfants pour toutes leurs vies. Sona venait de miner le terrain pour elle dans le futur. Nul doute que les enfants lui demanderait au moins une fois par jour jusqu’à ce qu’il soit en âge de comprendre. Se faire monte par un chien avait été étonnamment agréable mais rester une expérience honteuse, surtout lorsqu’Akeno l’avait piégé en l’obligeant à sortir en pleine rue comme ça. Heureusement aucun humain de l’époque n’était encore vivant. Bien que des rumeurs sur une femme aimant baiser les chiens persister à Konoha un siècle après.

Se présentant pour la énième fois de la journée. Naruto trouva cette dame tout aussi jolie que Rias. Elle était plutôt petite et mince par rapport à Rias, elle n’avait pas ses courbes sinueuses. Mais une force se dégageait d’elle. Elle avait des cheveux noirs descendant sur sa mâchoire et couvrant son front avec une barrette jaune accroché sur des mèches à sa gauche. Des lunettes ovales cachant légèrement ses yeux violets similaire à sa mère biologique. Son regard sévère renforça cette sensation. Elle porter le même costume que Rias hier mais avec un nœud  papillon.

« Naruto présente-toi. » Reprenant ses esprits, Naruto fit du mieux qu’il pouvait tout en étant étreint par trois jeune filles.

« Bonjours, je m’appelle Naruto Namikaze, je suis ravie de vous rencontrer. » La courbette avec trois filles accrochait à lui fut fort difficile.

« Enchanté Naruto-san. Je vois comme au moins tu as des manières contrairement à l’exhibitionniste rousse. » Elle ignora sciemment le grommèlement de l’exhibitionniste qui essaya de lui expliquer que c’était elle qui lui avait enseignée ces manières. « Mais tu pourrais au moins mettre des vêtements, je n’ai vraiment pas envie d’avoir un exhibitionniste bis. »

« Mais je suis bien comme ça. » Protesta Naruto sous le regard scrutateur de Sona.

« Maitresses, le petit-déjeuner est prêt. » Annonça Grayfia, coupant toute discussions qu’il y aurait pu y avoir. Naruto alla du côté des enfants en bout de table, Kurumu à sa droite et Mizore à sa gauche. Kurumu était une jolie fille aux yeux violet et avec des courts cheveux bleu clair avec un bandeau violet qui lui faisait une queue de cheval descendant à sa nuque. Le regard brulant qu’elle lui envoya  laissa Naruto confus. Surtout qu’elle commença à essayer de le nourrir. Tartinant ses croissant chaud avec de la confiture. Et à sa grande surprise, elle choisit toute les confitures qu’il aimait.

« Ku-chan. »

« Oui Naruto-kun. » Elle ne stoppa même pas la fabrication d’une tartine avec de la confiture d’orange et des pépites de chocolat faisant saliver d’avance Naruto à la satisfaction de sa voisine. Il ne remarqua pas que Mizore les regardait avec jalousie et que cela amusait Ruby.

« Comment tu sais ce que j’aime ? » Il était sûr que durant la conversation il n’avait pas dit ses aliments préférés.

« C’est parce que tu es ma destinée. » Cette réponse qui semblait si clair, si simple ne laissa que plus d’interrogation pour Naruto qui réagit comme toute enfant normale.

« Qu’est-ce que c’est une destinée ? »

« C’est… »

« C’est une tradition dans notre famille dans notre famille Naruto-kun. » Naruto se coup vers la femme qui venait de couper Kurumu. Il reconnut Ageha qui était sa mère ayant captée leur conversation un peu plus loin. Il ne savait pas qu’Ageha devait garder un œil sur lui pour éviter qu’il apprenne l’existence des créatures surnaturelles. Bien qu’il l’apprendrait à terme, inutile de précipiter les choses.

« Ah bon, et c’est quoi exactement ? » Demanda Naruto à la mère de sa nouvelle amie. La nudité de la femme devant lui ne le gênant pas tant que ça. La mère de Kurumu était belle, assis à table avec les mains croisaient sous sa bouche, ses lèvres tiraient en un sourire malicieux. Ressemblant exactement à ce que l’on pourrait imaginer d’une Kurumu plus mature. De longs cheveux bleu clair ondulés, les mêmes yeux que sa fille. Une peau pale, des seins faisant office de rivale aux mamelles de Rias avec des tétons roses. Une magnifique femme se tenait à même pas à deux mètres de lui

« C’est comme un mariage Naruto-kun. Tu sais ce qu’est un mariage Naruto-kun ? »

Froissant son nez d’une manière absolument adorable pour les femelles autour de lui, il répondit. « Je sais que tou-san et kaa-san sont marié. Est-ce que cela veut dire que je vais devenir comme eux ? »

« Ahahahah, non Naruto-kun, cela voudra dire que tu passeras le reste de ta vie avec ma petite Kurumu. Cela ne te dérangerait pas ? »

« Non, Ku-chan est très gentille, j’aime bien parler avec elle. Et on est déjà amie ! » Ageha sourit aux réponses simplistes qu’étaient capable de donner les enfants. Une telle innocence et naïveté. Kurumu semblait ravie de cette réponse, elle avait beaucoup de chance de trouver sa destinée aussi tôt dans la vie. Tout le monde avait pu sentir le chakra de sa fille au moment où elle a posé ses yeux sur Naruto. Elle avait tout de suite comprit ce que cela signifiait, et voyant les actions de Kurumu avait certainement donné des indications sur ce qui venait de se dérouler sous leurs yeux. Un spectacle rare, en cette journée et âge, une succube trouvant son compagnon était miraculeux. Pendant un instant le chakra de Kurumu fut si intense que son niveau grimpa au niveau des Kage humains avant de redescendre, une chaleur douce et apaisante s’était fait sentir dans la maison, comme une chaude couverture lors d’une froide journée d’hiver. Les capteurs humains du village avait dû commencer à paniquer en sentant ceci.

Cette décharge avait aussi calmé Naruto qui semblait légèrement paniquer en étant nue à la vue de tant de monde. Permettant à sa fille de l’étreindre, bénéficiant du contact avec sa future femme. Maintenant, il fallait se préparer, sa fille allait subir une maturation physique et mentale que craignait Ageha. Ce n’était pas sain qu’une aussi jeune succube passe par cette maturation aussi tôt.

Naruto hocha la tête avant de retourner vers le croissant que lui avait préparé Kurumu. Il regarda interloqué à ce qui s’était passé pendant qu’il était en train de discuter avec Ageha. Shirone s’était faufiler sur ses genoux et était en train de ravager son assiette.

Shirone était une minuscule fille, encore plus petite que lui. Des cheveux blancs comme la neige coulaient sur son menton, dissimulant son front d’une façon similaire à Sona. Avec sa pâleur similaire à un fantôme. On aurait presque dit le sommet d’une montagne enneigé. Paradoxale vu sa petite taille. Des yeux ambre inexpressif avec des pupilles fendues comme un chat lui donnant un air adorable qui rivalisait avec le sien. Encore plus lorsqu’elle le regarda avec sa crêpe dans sa bouche.

Elle était vêtue d’un simple short blanc et d’un t-shirt avec le dessin d’un chaton dessus. Naruto ne put s’empêcher de faire le parallèle entre le dessin et l’expression de Shirone qui semblait confortable sur ses genoux.

« Shirone… Pourquoi es-tu assis sur les genoux de Naruto-kun ? » Bizarrement la voix de Kurumu était trop douce, trop coulante. Ne présageant rien de bon pour Shirone dans un futur immédiat.

Shirone la regarda d’un œil désintéressé avant de répondre. « Chaud… sent bon… comme onee-chan. » Puis remit des crêpes dans l’assiette de Naruto avant de les noyer sous le sirop d’érable, jusqu’à ce que les crêpes semblent former une ile perdue au milieu de l’océan dans l’assiette de Naruto. Elle donna au passage le croissant à la confiture d’orange et aux pépites de chocolat que lui avait préparé Kurumu sous l’œil surpris de tout le monde.

Tous savaient que Shirone était un puits sans fond pour tous ce qui est sucré. Rias rajouterait qu’elle dépassait l’amour des ramen de Naruto. Donner à quelqu’un quelque chose comme ça équivalait à une déclaration dans leurs esprits. Ageha gémit de colère, sa fille avait déjà Mizore comme rivale, maintenant elle avait en plus Shirone. Elle était sûre que sa fille adorée triompherait mais cela risquait de retarder sa victoire. Naruto-kun semblait trop gentil pour ignorer les filles quémandant son attention. Les adultes peuvent être tout aussi naïfs que les enfants parfois.

Naruto commença immédiatement à manger de manière étrangement synchronisé avec la petite fille sur ses genoux sous les regards noirs de Mizore et Kurumu. Il nota au passage que le short de Shirone moulait à merveille son petit cul et était très doux contre sa lance à pipi qui appuyait contre la crevasse des fesses serré.

« Tu comptes vraiment laisser un humain ici Rias ? » Dit Sona qui jeta un œil sur le petit garçon nu avec Koneko sur ses genoux, n’ayant pas confiance en Ageha pour les surveiller.

« Pourquoi pas, il est mignon et puis tu as du le sentir. Il possède la longinus contenant Draig, le Dragon Gallois. »

« J’ai senti Rias et aucune de nous deux n’a suffisamment de pièce pour le réincarné. C’est perdu d’avance. Et on a beau être les chefs des familles Gremory et Sitri, si le conseil découvre que nous gardons un humain qui est lié à l’éclair jaune on risque de gros ennui. »

« Je sais, c’est pour ça que je vais faire une demande spéciale~. »

« Une demande spéciale ? »

« Je vais demander aux vieux débris du conseil une pièce supplémentaire pour réincarner Naruto-kun. » Rias était vraiment quelqu’un d’avide pensa Sona amusé par sa désignation du très estimé conseil régnant sur les diables avec les maou. Il y avait peu de cha… Et puis cela cliqua dans sa tête. Konoha était un territoire appartenant au Gremory et au Sitri, Naruto était le fils d’une personnalité politique très connu dans les nations élémentaires. Il n’y avait aucune chance que les deux permettent à un autre diable de pénétrer dans leurs territoires pour réincarner Naruto. Sortir Naruto de leur territoire était impossible, une enquête aurait lieu suite à son enlèvement qui conduirait inévitablement les enquêteurs dans le manoir et risquerait de dévoiler le monde surnaturel aux humains. Même si un cessez le feu existait depuis mille ans en raison de cette satané malédiction, aucune des différentes factions ne laisserez un longinus dans la nature. Pourchassant certainement Naruto pour l’ajouter à leurs rangs. Le conseil viendra certainement à cette conclusion, et la seule solution pour être sûr que leur espèce possède un longinus serait de le transformer en diable. Il pourrait certainement faire pression sur elle pour un que de leurs héritiers puissent l’avoir, mais tout le monde savait qu’elle et Rias avait le pouvoir politique pour refuser. Avoir une pièce supplémentaire serait un événement sans précédent, quelque chose que Belzebuth-sama n’apprécierait pas. Mais Rias oubliait quelque chose.

« C’est une brillante idée Rias. D’ailleurs, Tsubaki. »

« Oui Kaichou ? »

« Envoie une demande au conseil pour que l’on obtienne une pièce supplémentaire pour que l’on réincarne le Sekiryūtei. »

« Tout de suite Kaichou. » Dit Tsubaki, sa fidèle reine qui devait contenir son rire au visage pétrifié de Rias en train de manger qui venait de se rendre compte de son erreur. Sona leva son verre de vin pour cacher son sourire.

« Akeno fait de même ! Vite ! »

« Hai buchou. » Il semblait que la table était particulièrement amusée par la situation, la rivalité entre les deux était toujours divertissante. Aucune n’étaient contre l’arrivée de Naruto-kun dans leur petite famille.

« C’est un coup bas Sona. » Grommela Rias.

« Tout est bon dans l’amour et la guerre Rias. Je pensais que depuis le temps tu le saurais. »

« Il est tout à fait le petit charmeur nyah. Il a déjà conquis Shirone nyah. Mais je la comprends, il est mignon et sent vraiment bon. La pauvre Kurumu va avoir du travail à faire si elle ne veut pas perdre nyah. » Dit Kuroka, amusé par la situation à l’autre extrémité de la table.

« Effectivement, il semble vraiment très proche avec des jeunes filles qu’il vient de rencontrer. » Désapprouva légèrement Rias.

« Est-ce que ce serait de la jalousie que j’entends dans ta voix Rias nyah ? »

« De la jalousie ? Comment pourrais-je être jaloux de gamin découvrant leurs corps ? Je te rappelle que j’ai suffisamment d’humain à mes pieds pour satisfaire tous mes désirs. Je n’ai qu’à sortir pour ramener un nouvel homme dans mon lit. Naruto est mignon, mais il lui manque certaine chose pour satisfaire une femme comme moi. »

« Je pense juste que tu te prépares un mari Rias. »

« Oh,  Rias quel cochonne tu es. Les milliers d’homme que tu ramènes dans ton lit ne te suffisent plus ? Tu les prends au berceau maintenant ? »

« Akasha… tais-toi. » Murmura une Rias rougissante des accusations portées contre elle.

« Ara, Rias comprend nous. Tu sembles très proche de cette enfant humain, je ne savais pas que tu étais une shotacon. J’ai toujours pensé au vu de l’échantillon d’homme qu’on a partagé que tu étais une amoureuse des grosses bites bien grasses. » Rias enfouie sa tête entre les mains pour échapper aux taquineries d’Akeno.

« Mais tu n’as pas eu de problème avec ses parents Rias ? Je doute qu’ils soient très heureux que leur fils soit ici. Nous somme une famille de civile en apparence, et même si je doute qu’il soit véritablement un jinchûriki, un parent ne laisserait pas leur enfant seul avec un étranger. » Sona s’arrêta lorsqu’elle vit le visage de Rias s’assombrir. Rias était une personne très joyeuse et sympathique, une rareté pour un diable. Alors voir ce visage sombre alarma tout le monde autour.

Ouvrant la bouche, elle parla et tout le monde put sentir l’irritation dans sa voix. « Disons que notre estimation de Naruto-kun était tort à tous les niveaux. Il semble être mis à l’écart par tout le village. Je l’ai rencontré en revenant de la réunion du conseil civile hier, il était dans le parc se balançant seul sur une balançoire. Il paraissait si triste tout seul que je n’ai pas pu m’empêcher de m’approcher. Voir un des enfants de l’Hokage comme ça et sans surveillance était plutôt étrange. Et pour être honnête après avoir passé l’après-midi à jouer avec lui, je pense qu’il est victime d’abus émotionnel. »

« Tu exagère certainement Ri… » Sona stoppa son mouvement, soulevant délicatement un de ses sourcils. Le vin dans son verre venait d’être devenu congelé, tout le monde regarda le responsable qui se trouvait à sa place habituelle derrière Rias.

« Dis leur Grayfia ce qui s’est passé hier au manoir Namikaze quand tu es allé leur annoncé que Naruto était ici. » La voix habituellement stoïque de Grayfia contenant cette fois, une pointe de tranchant avec une touche de vent arctique qui fit dresser les poils des femmes à tables. Pas habitué à ce que Grayfia exprime une telle agressivité.

« Kushina-san n’avait pas remarqué que son fils était absent de toute la journée. » Première fois que Grayfia n’ajouté pas le suffixe sama à une personne de haut rang, s’était déjà mauvais. « Elle a aussi dit de ramener Naruto-sama le plus vite possible car c’était un enfant à problème et dangereux. » Le tressaillement des lèvres de Grayfia et le fait que le givre commençait à se former sur les verres aux alentours fit déglutir Kuroka. « Qu’il était malpoli et de les excuser s’il avait fait une bêtise parce que ce n’était pas leurs fautes s’il avait une déficience mentale. » Les yeux de Grayfia semblèrent envoyer des lasers givrés devant elle en repensant au couple immonde qu’elle avait eu le déplaisir de connaitre. « Que c’était un monstre… »

« Je pense que c’est bon Grayfia, je pense que tout le monde a compris » Rias grelotta à la voix de Grayfia. Au moins les enfants s’amusaient avec les flocons qui descendaient du plafond. Grayfia avait vraiment flashé sur Naruto pour montrer une telle colère. Elle-même avait la soudaine envie de raser le manoir Namikaze et ses occupants avec son pouvoir d’annihilation en se rappelant de ça. Et visiblement le reste des adultes de la salle pensait de même.

« Kaichou. » « Buchou »

« Veuillez nous excusez nous avons une chose urgente à faire. » Tsubaki et Akeno furent beaucoup trop synchroniser pour que cela soit naturel.

« Akeno, Tsubaki, je sais que cela est tentant d’aller punir ces humains. Mais j’aimerais vous rappeler qu’attirer l’attention est potentiellement dangereux et contre-productif. Merci Grayfia. » Les deux reines semblèrent plutôt mécontente de l’ordre de Sona, mais revinrent à leurs place à contrecœur.

« C’est mon travail Sitri-sama. Vous n’avez pas à me remercier. »

« Laisse-moi sortir Grayfia ! Je vais montrer à ces humains barbares de traiter un enfant si adorable de monstre ! » Kuroka était visiblement chauffé, heureusement que Grayfia l’avait interceptée en l’enfermant dans un bloc de glace. Et un simple regard dissuada les autres femmes de partir pour une punition punitive.

« Je ne comprends pas leur logique. Naruto-san n’est pas un jinchûriki. Il ne devrait pas le craindre. »

« Cherche bien Sona. » Elle vit Sona et tout le monde fixait Naruto qui était en train de faire un bonhomme de neige avec les filles. Il faudrait peut-être l’habillé avec la température s’étant autant rafraichie. Le fait que même un enfant comme lui ne posa pas de question sur pourquoi il neigeait dans une pièce en pleine été était miraculeux. Leurs yeux s’élargir à la sensation de l’âme de Naruto. Ces parents avaient clairement fait quelque chose.

Sona s’approcha de Naruto en voulant confirmer quelque chose. « Naruto-san, je me rappelle pas t’avoir vu à l’école. Tu es scolarisé à domicile ? » Naruto lui donna un regard étrange.

« C’est quoi l’école ? » Tout le monde sentit une apocalypse imminente. Sona était très pointilleux sur l’éducation.

« L’école c’est un endroit où on apprend des choses. Rias et moi par exemple accueillons des groupes d’enfants avec lesquels nous passons nos journées pour en faire des adultes responsables. » Naruto ne savait pas qu’était un adulte responsable mais passer toute la journée avec So-chan et Ri-chan lui semblait super !

« Ça a l’air super cool So-chan ! » Sona ne savait pas si elle devait sourire à l’enthousiasme de Naruto ou froncer à la sourire à la façon familière dont il s’adressait à elle.

« Je sais que tu sembles habituer aux familiarités avec Rias mais je ne permettrais pas ça avec moi. » Elle vit Naruto baisser la tête dans la tristesse, lui attirant l’ire des femmes de la salle, même de sa reine ! « Pas de ça avec moi jeune homme, u es un grand garçon. Tu dois te comporter en tant que telle. » Sermonna-t-elle à la stupéfaction de Naruto qui se sentit revigoré par les paroles de Sona. Pris d’un soudain doute, Sona prit une feuille et griffonna quelque chose. « Naruto-san, tu peux me lire ça. »

« Euh, je… vais… à… man… » Sona soupira, elle apprécia les efforts de Naruto pour lui faire plaisir mais ce n’était pas du tout ce qu’elle avait écrit.

« Ce n’est pas grave Naruto-san. Mais à partir de demain j’aimerais que tu passes au manoir. Je t’apprendrais personnellement à lire et à écrire. » Sona devait tout faire pour ne pas exploser de colère devant l’enfant. Même son éducation de base avait été ignorée. Cela devait bien faire la moitié d’un millénaire qu’elle n’avait pas eu une telle envie de meurtre.

« Mais Ri-chan avait dit que demain soir elle commencerait à m’apprendre la magie ! » Sona gela, ses pensées de vengeance stoppé nette. Rias avait-elle oublié que la magie était un secret ?!

« Je suis sûr que l’on pourra se partager le temps entre l’apprentissage de la magie et celle de la lecture et l’écriture. Tu voudrais être prêt pour la rentrée, non ? »

« C’est quoi la rentrée ? »

« C’est le moment où tous les enfants vont à l’école après les vacances. On s’arrangera pour que tu sois en classe avec Moka, Kurumu, et Mizore avec moi ou Rias comme professeur. Ça te dit ? » Vu comment les yeux de Naruto s’alluma et il hocha la tête. Il était excité de passer du temps avec ses nouveaux amis.

« Où est passé Ageha ? » Lorsque Momo prononça cette phrase, ce fut comme si le temps s’était arrêté. Tout le monde chercha du regard Ageha qui semblait s’être discrètement éclipsée depuis un petit moment.

« J’espère qu’elle ne fera rien de drastique… » Personne ne dit rien en voyant que Sona ne pensais vraiment pas ce qu’elle venait dire.

Plus tard dans la journée, des shinobi passèrent ramener Naruto qui semblait triste de quitter le manoir et de dire au revoir à ses nouveaux amis. Il fut grondé par sa mère et son père mais n’y prêta pas attention. Trop exciter à quitter la maison pour revenir au manoir, le trajet déjà mémoriser dans sa tête.


___________________________________


 

Le lendemain matin, il fut trop excité pour contenir son enthousiasme. Tandis que ses parents emmenaient Memna et Mito au parc pour qu’ils jouent avec les héritiers des autres clans de Konoha. Naruto mis son habituelle combinaison orange et parti directement au manoir Gremory. C’est la première fois qui le voyait de face, hier trop concentré à dire au revoir à ses amis.

Il était énorme ! Un grand mur en pierre avec au milieu une grille en fer noir d’apparence solide. Une plaque en or était accrochée à côté, voulant bien faire il essaya de lire pour impressionner Sona-san.

« Vous voulez savoir ce qu’il y a écrit sur la plaque Naruto-sama. » Naruto sursauta à la voix à côté de lui.

« Fia-chan ne me fait pas peur comme ça. » La façon dont il fit la moue fit fondre le cœur glacé de Grayfia. D’où est-ce qu’elle venait ?

« Oui, je voulais impressionner Sona-san pour notre premiers jour avec elle. »

« Vous allez devoir attendre Naruto-sama. Gremory-sama et Sitri-sama sont à l’école pour préparer la nouvelle année scolaire. Ce sont des gens très occupé. Pour l’instant il n’y a qu’Himejima-sama et vos amis qui sont au manoir. Vous voulez quand même venir ? »

« Oui ! J’ai hâte de passer du temps avec vous ! » Hier avait été la meilleur journée de sa vie ! Il se sentait bien ici, il avait des amis, on s’occupait lui, et tout le monde était gentil ! Suivant Grayfia qui avait ouvert la grille, il redécouvrit l’intérieur, en écoutant Grayfia.

« Pour répondre à votre question, la plaque indique que le manoir appartient au clan Gremory le jour et au clan Sitri la nuit. »

« C’est bizarre. » Hochant la tête, les deux discutèrent de tout et de rien sur le chemin du manoir.

Un immense jardin bien entretenu avec des centaines de fleurs et d’arbres différents donnant un spectacle absolument magnifique. Les deux personnes marchant sur un chemin fait de gravier noir longé d’arbre aux branches étranges qui semblait trop tordu pour que cela soit naturel et sur lesquelles poussait des fleurs rouges insolites.

Une fois arrivé au manoir, Naruto s’extasia devant l’immense bâtiment. Le style était étrange pour lui. Totalement en pierre noir avec d’étrange statue que Fia-chan avait appelée des gargouilles et de haut pilier noir. Les vitraux composant les fenêtres faisant d’étrange dessin avec des couleurs plutôt sombre. Le bâtiment devait bien faire cinq étages et faire une centaine de mètre de long. L’ambiance glauque qui s’en dégageait ne dérangea pas Naruto qui trouva ce bâtiment super-cool !

Entrant par une grande porte faite en fer noir comme la grille lui paraissant bien lourde. Mais voyant Fia-chan l’ouvrir d’une main, elle ne devait pas être si lourde finalement.

« Ara ara, mas n’est-ce pas Naruto-kun. On te manquait déjà ? »

« Himejima-sama, vous êtes là. » tournant son regard vers la voix, Naruto vit la meilleur amie de Ri-chan, Akeno Himejima.

« Bonjour Akeno-san, je suis heureux de vous revoir. » Dit-il en se rappelant la réprimande de Sona hier.

« Ara, quelle jeune homme polie. Mais tu peux m’appeler onee-sama si tu veux. Après tout, il semble que tu vas souvent venir ici. »

« Vraiment ?! » Dit Naruto exciter, il se demander ce que ça faisait d’avoir une sœur ainée qui s’occuperait de lui.

« Vraiment. » Dit Akeno avec le même sourire beaucoup trop doux.

« Je vous le laisse à votre garde Himejima-sama, j’ai encore des devoirs à faire. »

« Bien sûr Grayfia, je comprends. Ne t’inquiète pas, Naruto-kun est sous bonne garde. » Naruto regarda Grayfia partir un peu incertain en le laissant seul avec la joli dame.

« Naruto-kun. »

« Oui ? »

« Tu n’as pas d’autre vêtements que cette combinaison sale ? » Secouant la tête, Naruto répondit.

« Non, mes parents ne m’achètent pas grand-chose. » Le sourire d’Akeno faiblit un petit peu avant qu’il ne doubla lorsqu’une idée lui passa par la tête.

« Eh bien on ne peut pas t’emmener voir tes amis dans des vêtements aussi peu adapté. Que dirais tu qu’on t’offre des vêtements à porter ? » Les yeux de Naruto s’écarquillèrent de joie à l’idée avant de rapidement hocher la tête. Suivant rapidement Akeno à sa buanderie. Il put admirer de plus près le corps sinueux d’Akeno. De longue jambes fines qui sembler s’étirer à l’infinie surmonter par une croupe plus que généreuse parfaitement arrondi. Chacune de ses déhanchement faisait ses seins se balancer de façon hypnotique. Des CRAC se répercutant sur les murs du couloir, signe de la torture auquel était soumis son pauvre chemisier blanc dans une maigre tentative de contenir les melons d’Akeno.

Une fois arrivé à destination, Akeno le débarrassa de ses vêtements avant de chercher des vêtements dans la buanderie. Passant par plusieurs vêtements avant de trouver ce qu’elle cherchait. Regardant une fois d plus Naruto nu, appréciant son petit corps fin orné de son mignon et minuscule pénis. Son corps était à peine formé, mais Akeno savait qu’il serait incroyablement mignon dans une dizaine d’année.

« Voila ! Je suis sûr que ce sera parfait sur toi. »

« Euh… Onee-sama. Ce sont des vêtements de fille. » Naruto n’était pas un expert en vêtements, mais il était raisonnablement sûr qu’un garçon ne devait pas porter de vêtements de fille et vice-versa.

« Ara, je le sais bien Naruto-kun. Mais cela serait si mignon sur toi. Je suis sûr que tes amis t’aimeraient beaucoup dans ces vêtements. » Voyant encore des traces d’indécision dans les beaux yeux bleus. Akeno acheva le jeune garçon facilement manipulable en raison de vouloir leurs plaire. « Et je suis sûr aussi que Rias adorerait te voir dans ces vêtements. » Il n’en fallu pas plus pour que Naruto s’empresse de porter les vêtements que lui donna Akeno.

Akeno admira Naruto-kun qui dépassa toutes ses espoirs dans cet ensemble. Une jupe noire descendant à jusqu’à ses cuisses, dévoilant ses jambes menues et blanche, un débardeur rose laissant ses épaules et bras nus. Il était encore plus craquant en jupe, son visage androgyne permettant cette impression de ne pas avoir affaire à un garçon mais plutôt une fille avec ces vêtements.

« Maintenant la touche finale Naruto-kun et tu seras parfait. »

« La touche finale ? »

« Ne bouge pas s’il te plait. » Naruto sentit onee-sama lui toucher les cheveux et faire quelque chose à eux. Une fois qu’elle eut terminé, elle lui montra un miroir. Naruto fut surpris par sa nouvelle apparence, ses cheveux blond était maintenant lisse, encadrant son visage et tombant sur sa mâchoire. Il avait deux tresses encadrant son visage terminé par des rubans rose avec d’autre tresse faite à l’arrière de sa tête. Ce simple changement semblait avoir complétement transformé son visage qui semblait beaucoup plus féminin. Il ressemblait à une adorable petite fille blonde. Et Naruto ne détestait pas sa nouvelle apparence, il l’aimait même.

Akeno respira fort, les joues rougies par son excitation. Son Naruto-kun était beaucoup trop adorable. Elle se frotta les cuisses dans une vaine tentative de diminuer son excitation avant de jeter son self contrôle par la fenêtre.

« Naruto-kun, tu n’imagines même pas à quel point tu es adorable là maintenant. Onee-sama à juste envie de te croquer à pleine dent. »

« Je trouve aussi ! Onee-sama, est-ce que je suis le plus mignon des enfants ? » Gazouilla Naruto, encore surpris par sa nouvelle apparence.

Souriant d’un air narquois, Akeno répondu. « Oui » Avant de se lever et de s’asseoir sur une petite commode dans le coin de sa buanderie. Assis, elle regarda Naruto quand il la suivit à travers la pièce. « Que dirais-tu qu’avant d’aller voir tes amis je t’apprenne quelque chose qui fera Rias très heureuse. »

« On va avoir des cours ensemble ? » Dit Naruto, enthousiasmé par cette idée et de faire Ri-chan heureuse.

« Oui, un cours particulier dans lequel je vais t’apprendre certaines techniques très utile. C’est quelque chose que la plupart des femmes adore. Et je sais que Rias affectionne ceci. La plupart des hommes la délaisse malgré son utilité et peu deviennent des maitres de cette technique. » Voyant que le garçon était attentif et visiblement intéressé à ce qu'elle dit, elle continua. Se penchant en arrière, elle écarta les jambes et remonta sa jupe, montrant qu’elle ne portait pas de culotte et révélant sa chatte glabre étincelante de son jus. Ses plis soyeux et gras humide de son jus.

Naruto regarda légèrement intéressé. « Qu’est-ce que votre lance à pipi à avoir avec la technique onee-sama ? »

« Cela à tout avoir Naruto-kun. »  A-t-elle expliquée, avant d'atteindre entre ses jambes et écartant les lèvres de sa chatte, révélant la chair rose de son vagin. «Les femmes ont ce qu'on appelle un vagin, ou plus communément appelé chatte. Les hommes, d'autre part, ont quelque chose appelé le pénis ou bite et un sac en dessous contient les testicules ou couille qu’on appelle un scrotum. Tu comprends Naruto ? » Naruto hocha la tête, cela été simple à comprendre. Bien qu’il se demanda en quoi cela allait l’aider. « Or, ces parties du corps humains qu’on appelle aussi organes génitaux sont très sensible et permette aux gens de ressentir un grand plaisir. »

« Donc à l’aide de la chatte, je peux donner du plaisir à Ri-chan ou toi ? »

« Oui, Naruto-kun. Si tu veux tu peux toucher pour apprendre à connaitre avant que je t’explique la suite mais vas-y doucement. » Naruto ne se le fit pas dire deux fois, amenant sa petite main gauche vers la chatte, il caressa doucement les bords. S’émerveillant de la texture de la chair qui était si lisse sous ses doigts, une douce chaleur émanant de la chair. Faisant des petits cercles autour de la chatte, il fut surpris par de léger gémissement venant d’onee-sama.

« Continue Naruto-kun, ça fait du bien. » Cette enfant avait des doigts de fée, comment une simple touche pouvait-être aussi agréable ?!

Voyant que son onee-sama aimait. Naruto explora un petit peu plus la chatte, caressant légèrement les plis qui sous son œil surpris s’ouvrit comme les pétales d’une fleur, révélant de plus en plus de son trésor caché. Il fut surpris quand un liquide incolore commença à enduire ses doigts lors de leurs passages.

« Onee-sama ! Vous faites pipi ! » Accusa-t-il, mais sans retirer ses doigts.

« Non Naruto-kun, c’est de la cyprine et cela veut dire que tu fais bien ton travail. Cela set de lubrifiant et permet d’aider à donner du plaisir à son partenaire » Faisant confiance à sa nouvelle onee-sama. Naruto continua à toucher la chatte devant lui, laissant deux de ses doigts pénétrer doucement à l’intérieur, surpris qu’ils glissent aussi facilement entre les murs veloutés de son onee-sama. C’était donc à ça que servait cette cyprine ! L’intérieur était doux et chaud, les pétales de fleur ouverte semblèrent se refermer pour essayer de piéger ses doigts. L’humidité collante que secrété la chatte était étrangement agréable sur sa peau et une odeur musquée se répandait dans ses narine le faisant étrangement saliver comme s’il sentait des ramen. Retirant ses doigts, il vit qu’ils étaient couverts de cet étrange liquide incolore, similaire à ce qu’il avait laissé sur Ri-chan.

« Tu peux lécher tes doigts Naruto-kun. Tu pourrais peut-être aimer. » Suggéra son onee-sama avec un sourire sucré. Regardant dans l’expectative, Naruto se décida à au moins gouter. Cela provenait de son onee-sama, cela ne pouvait pas être mauvais ? Passant sa petit langue rose sur ses doigts, il fut surprit par le gout amère et piquant. Il aima immédiatement, léchant ses doigts jusqu’à ce qu’ils soient complétement propre.

Akeno rougit de plaisir en voyant Naruto-kun déguster son jus comme si c’était une délicatesse. Une fois ses doigts nettoyés, ils revinrent immédiatement dans sa chatte pour s’enduire à nouveaux de jus. Et elle ressentait un certain plaisir de ses doigts, même s’il n’était aussi gros et long que la plus petite bite qui avait baisé sa chatte au cours du millénaire. Sa chatte devenait de plus en plus en humide et ses mamelons pressaient contre le pauvre tissus de sa chemise. Le souffle chaud de Naruto-kun contre ses plis humides n’aidant pas à contenir son excitation. Cette enfant était une mine d’or !

« Hum, tu es vraiment doué Naruto-kun. Je suis fier de toi. Mais ceci est juste les bases de la technique. Elle a plusieurs ramifications qui plaisent beaucoup aux femmes, mais pour l’instant on va se concentrer juste sur une qui nécessite ta bouche. Ta bouche et tes doigts seront souvent tes uniques outils, elle ne nécessite ni magie, ni chakra et tu verras qu’elle te sera très utile au cours de ta vie. C’est un cours spéciale de ton onee-sama donc ne la déçoit pas. La première étape est ce qu’on appelle le cunnilingus. » Akeno essaya de paraitre sévère mais le plaisir qui parcourait son corps  la rendait difficile à la faire paraitre sévère avec ses joues rouges.

Maintenant, Naruto était désireux d'apprendre et de bien faire, surtout que toutes les femmes dans le manoir ne lui avaient montré que de l’affection. Et il voulait leur rendre, donc il fit vœu qu'il s’entrainerait dur pour les satisfaire. Regardant les plis humides devant lui, il demanda aves ses yeux bleus curieux qui hypnotisèrent Akeno. « Hum je fais quoi maintenant onee-sama pour le prochain niveau de la technique ? »

Akeno gémit à la vue de ses yeux bleus magnifique la regardant avec autant d’affection. Ne se rendant pas compte qu’elle l’utilisait pour assouvir ses fantasmes pervers. Le fait de manipuler un jeune enfant innocent lui fit sentir si chaude ! Jamais elle n’avait ressenti ça avec un autre homme qu’elle manipulait dans son lit ! «Maintenant... apporte ton visage près de ma chatte... et commencer à le lécher avec ta langue... c’est bien Naruto-kun.... » Elle gémit comme la tête blonde disparu sous sa jupe. Sa petite langue rose léchant sa vulve engorgé avec un enthousiasme qu’elle ne trouverait chez aucun autre homme. Sa langue semblait douce comme de la soie, glissant sur ses plis pour ramasser son jus. La façon dont il semblait lécher toute sa vulve comme un petit chien désireux de lui plaire agit comme un déclencheur incroyable pour elle. Son excitation grimpa en flèche alors que c’était juste les préliminaires !

« Tu un bon garçon haha… Naruto-kun… ne t’arrête pas ha, hum ! »

Naruto était heureux de ce cours ! Il n’était pas trop difficile à comprendre. Le gout sur sa langue était bon, presque autant que les ramen ! Les sons que faisaient onee-sama et ses encouragements le remplir de fierté. Voulant tester diverses choses, il changea les mouvements de sa langue pour voir s’il pouvait faire encore mieux. Appuyant avec le plat de sa langue le bas du sexe de sa gentille onee-sama, il fit un long léché tout en appuyant durement sa langue dessus. Le hoquet frémissant qui a suivi cette première le remplit de bonheur, son onee-sama sembla aimer sa nouvelle technique, mais il fronça les sourcils en sentant un bout de chair sous sa langue en haut de la fente de son onee-sama. Mais chaque fois que sa langue arriva à ce petit bout de chair dur, son onee-sama émettait un gémissement mélodique à ses oreilles.

 

La respiration d’Akeno était des halètements rapide et court, entrecoupées par des bégaiements occasionnels ‘durs’ ou ‘bon otouto’, faisant des boutons de sa chemise prête à craquer. Entendant otouto de la bouche de son onee-sama le remplit de bonheur et lui fit redoubler d’effort pour plaire à son onee-sama. Lorsque sa langue glissa à l'intérieur, elle pouvait sentir les murs de son canal serrer le petit muscle rose empiétant légèrement dans son territoire visiter de multiple fois auparavant. Mais aucun ne lui avait fourni autant de plaisir. Elle était si près ! C’était un des orgasmes les plus rapides qu’elle n’est jamais eue ! Ce gosse était plus doué que des hommes dix fois son âge ! Et dès sa première fois il avait repérer le point sensible d’une femme. Sa langue caressant son clitoris dur sentait céleste, la faisant haleter de plaisir à chaque caresse.

« Naruto... le haut...hum… de ma chatte ... le petit bout ahah... de chair… continue de le… lécher… ah. »

Comme un bon garçon, bien que réticent, il se retira de la fontaine de jus qu’était devenu la fente de son onee-sama. Il sentit au ton de sa voix que quelque chose de grand allait se passer. Tout de suite après, sa langue s’attaque exclusivement au petit bout de chair qui semblait très sensible, mettant ceci dans un coin de son esprit. Onee-sama semblait adorer qu’on procure une attention soutenue à cet endroit.

 

« AAAAAAAH ! NARUTO-KUN ! » Le gonflement de sa poitrine en raison de sa respiration avant d’hurler à la pleine force de ses poumons eu raison de sa chemise. Avec un CRAC, les boutons volèrent à l’autre bout de la pièce, libérant ses mamelles géantes faisant l’envie des femmes.

Ses cuisses serrèrent autour de la tête de Naruto, comme ses hanches ont commencées à se branler avec chaque cri qui sortait de sa bouche en raison de son orgasme foudroyant. Naruto fut aspergé de jus, surprit face à l’afflux soudain de ce liquide. Mais, il lécha avec encore plus d’enthousiasme pour boire le plus possible du délicieux jus de son onee-sama. Quelques instants plus tard, ses tremblements se sont estompés. Posant ses mains sur le meuble où elle était assise, elle libéra Naruto de l’emprise de ses cuisses, incroyablement satisfait de cette expérience. Elle se sentait incroyable après ce cunnilingus inexpérimenté mais plein de bonne volonté. Si Naruto était capable de ça à son âge et avec sa langue. Elle ne pouvait pas attendre de le dresser pour qu’il obéisse aux moindres désirs de son onee-sama. Elle s’assurera de le rendre très heureux et de très bien occupé contrairement à ses parents. Akeno sourit paresseusement comme elle regarda Naruto, son menton trempé avec son miel.

« C‘était incroyable Naruto-kun. Tu es vraiment un bon garçon. Tes parents ne savent pas ce qu’ils disent, ni ce qu’ils manquent. »

Ses yeux bleus la regardèrent joyeusement. Content qu’il est pu lui faire se sentir bien et qu’elle pensait ceci. Il se dit que le cri de plaisir d’onee-sama devait signifier qu’il avait très bien fait. Il put aussi observer les monticules géants trembloter à chaque respiration. Des monticules gigantesques qui l’impressionnèrent par leur taille encore plus grande que ceux de Ri-chan. Blanc comme la neige, des mamelons sombre et gras encore plus long et gros que son jeune pénis. Naruto malgré son jeune âge ne put s’empêcher d’être impressionner par la majesté qui se dégageait de chaque seins.

« … Mais il te reste une grande marge d’amélioration. Je m’assurerais que tu maitrise  cette technique lors de nos prochain cours. D’accord ? »

« Hai onee-sama ! »

« Je suis sûr que Naruto-sama mettra tout son cœur dans l’accomplissement de cette technique Himejima-sama. » tournant la tête, Akeno blêmit en voyant la Grayfia habituellement stoïque ayant un léger saupoudrage rouge sur ses joues. Et elle était sûre que cela ne venait pas de la gêne possible de voir une femme mature comme elle avec un petit garçon entre les jambes.

« Naruto-sama, vous avez fait un gâchis. Je sais que vous êtes pressé de nous faire plaisir pour bien vous intégrez mais lorsque vous faites des choses comme ça assurer vous de ne pas tout salir. » Naruto baissa la tête lorsqu’il entendit le ton sévère de Grayfia similaire à celui que sa mère utilisait sur Memna et Mito lors ce qu’ils faisaient une bêtise, sans qu’il comprenne pourquoi elle l’utilisait. Jusqu’à ce qu’onee-sama s’enleva du meuble. Une flaque de jus se trouvait sur le meuble.

Akeno était légèrement stressé, Grayfia était clairement excité par la situation. Mais toucher à Naruto-kun pouvait être un véritable champ de mine. Grayfia ayant déjà montré son attachement à l’enfant. Grayfia pouvait peut-être attendre que Naruto-kun quitte la salle avant de lui mettre une raclée. Elle était forte, mais face à Grayfia elle se préparait à prendre ses jambes à son cou.

« Je suis désolé Fia-chan. Ça ne se reproduira pas. »

« En attendant jeune homme vous me donnez du travail supplémentaire. »

« Désolé Fia-chan. »

« Un désolé ne suffit pas toujours jeune homme. » Naruto sentit les larmes lui montaient aux yeux. Il avait déçu Fia-chan !

« Oui. » Akeno ne comprit pas l’angle de Grayfia, mais il était temps pour son évasion. Mais un regard sévère de Grayfia la stoppa nette.

« Jeune homme, vous devez savoir que si vous êtes un homme comme vous me le disiez. Vous devez prendre la responsabilité de vos actions. » Naruto releva la tête à la possibilité de se faire pardonner, ses yeux brillant de larmes regardant avec une supplication silencieuse Grayfia.

« Comment ? »

« Vous devez nettoyer ce que vous avez fait… avec votre langue. » C’est tout ? Naruto s’attendait à une punition bien pire. Il se mit joyeusement au travail, léchant le jus sucré d’onee-sama sur le bois ciré.

La réaction d’Akeno fut différente, ses yeux  s’écarquillèrent dans l’incrédulité à la demande obscène de la femme de ménage. Elle ne s’attendait pas à une telle perversité de sa part !

Grayfia avait du mal à croire ce qu’elle faisait elle-même. Mais Naruto-kun était trop mignonne maintenant dans ces habits féminins. La façon dont il léchait allégrement le meuble ne voulant pas laisser échapper une goutte du jus de sa précieuse onee-sama fit naitre une chaleur incroyable dans son aine. Ajouter à la jupe que lui avait fait porter Akeno qui révélé de plus en plus de peau lorsque Naruto se pencher de plus en plus pour atteindre le liquide. C’était fascinant, ce mélange entre mignon et sensuelle.

Grayfia et Akeno déglutirent lorsque la jupe  remonta de plus en plus, révélant la peau douce et crémeuse de Naruto-kun, ses cuisses fines et glabres, laissant un aperçu de la houle de ses fesses. Même du haut de ses cinq ans, Naruto avait des jambes que de nombreuses femmes envieraient. Toute deux l’avaient vu se balader nu, et pourtant la façon dont sa jupe les taquiné en cachant la croupe serré de Naruto était irrésistible. La transformation en jeune fille de Naruto était mortelle pour leur libido hurlante de prendre Naruto tout de suite et maintenant. Si Naruto avait été seul avec une de ces femmes, Dieu seul sait ce qui lui serait arrivé.

 Toute deux désiré voir le trésor que caché la jupe de Naruto. Et lorsque Naruto se pencha sur la pointe des pieds pour lécher les dernières gouttes leur vœu fut exaucé. La jupe se souleva suffisamment pour révéler les deux mince sphères, incroyablement érotique pour un jeune garçon. Grayfia sentit ses yeux sortirent de leurs orbite à l’obscénité d’Akeno. Naruto ne portait qu’un string blanc dont la lanière passait entre les deux globes, laissant la peau pale et soyeuse sans défense à leurs yeux qui mémorisèrent cette délicieuse visions érotique.

« Fia-chan ! C’est bon j’ai tout nettoyé ! Je suis un grand garçon ! » Rappeler à la réalité par son protégé dont le menton était encore humide du jus d’Akeno. Grayfia hocha la tête en lui faisant un minuscule sourire avant de prendre une serviette et de tamponner le menton humide de Naruto.

« C’est bien Naruto-sama, n’oubliez pas qu’un homme doit toujours nettoyer son gâchis, D’accord ? »

« Oui ! »

« Maintenant que ceci est fait Naruto-kun. Que dirais-tu d’aller voir Kurumu et les autres ? Kurumu était impatiente de te voir tu sais ? »

« Hum, elle a dit qu’elle ferait un gâteau au chocolat aujourd’hui ! »

« On ne peut pas laisser se gâteau au chocolat attendre, n’est-ce pas Naruto-sama ? Et sur une note plus personnelle, si Himejima-sama est absente. Alors je serais plus qu’heureuse d’être votre sensei. Mais attention je suis très exigeante, compris ? »

« Je ferais de mon mieux Fia-chan. Alors allons-y onee-sama, Fia-chan. » Naruto saisi leurs mains pressé par son envie de gouter le gâteau de Kurumu, les trainants sur quelques mètres avant de se rendre compte gênés sous les regards amusés des adultes qu’il ne savait pas où allait dans cette immense manoir.

Comme la dit onee-sama, ses amies le trouvèrent incroyablement mignon dans cette accoutrement et avec cette nouvelle coiffure. Les compliments qu’il reçut lui fit chaud au cœur et l’encouragea à porter ce genre de tenue dans le futur.


___________________________________


 

Naruto gémit dans la fatigue, le soleil avait depuis longtemps entamé sa descente dans le ciel. La journée s’était avéré super amusante ! Il avait joué à cache-cache dans tout le manoir et le jardin avec ses nouveaux amis. Il fit la moue en repensant au fait Kurumu-chan semblait toujours facilement le trouver malgré ses cachettes géniales. Le seul point noir était qu’il n’avait pas pu commencer les leçons, Ri-chan et Sona-sa rentrant beaucoup trop tard pour qu’il commence les leçons. Et le gâteau de Kurumu-chan fut délicieux !

Sona lui avait ordonné d’aller prendre un bain avant d’aller se coucher, disant que vu l’heure, il valait mieux qu’il reste dormir ici. Elle avait dit qu’elle allait lui faire prépare une chambre mais Ri-chan lui avait glissé à l’oreille qu’il dormirait avec elle à sa grande joie.

Poussant la porte de la salle de bain la plus proche de la chambre de Ri-chan. La salle de bain était spacieuse et luxueuse, divisé en plusieurs parties pour les toilettes, la douche, le bain… justement de la vapeur sortait de la porte du bain à peine fermée. Naruto pensa faire une surprise à la personne en la rejoignant. Discuter avec quelqu’un dans le bain devrait être amusant, plus que d’être seul.

Enlevant ses vêtements et défaisant les rubans de ses tresses, laissant ses cheveux maintenant lisses tomber sur son visage. Naruto poussa la porte et fut accueilli par un spectacle pour le moins singulier.

Une baignoire d’où s’élevait la vapeur contenait une femme qu’il connaissait bien maintenant. Fia-chan. Ce qui l’intriguait était le mouvement de son bras qui semblait saisir quelque chose et effectuer des mouvements de haut en bas. Ses yeux étaient fermer et des mots étrange sortait de sa bouche.

« Oui Naruto-sama, continuait comme ça…. Aaah, c’est bon. Continue petite salope. Continue de sucer ta Fia-chan adorée. Aaaah ! » Intrigué Naruto se rapproche de la baignoire en or pour voir ce que faisait Fia-chan et pourquoi elle parlait de lui.

L’intérieur de la baignoire le laissa avec plus de question que de réponse. Au lieu d’une chatte comme les autres filles qu’il avait vues dans les derniers jours. Fia-chan avait une bite comme les garçons, seulement, largement plus impressionnant que le sien. Sortant hors de l’eau, la bite était véritablement impressionnante, largement plus large et gros que son petit bras. Naruto essaya naïvement de le mesurer et pensa approximativement que c’était aussi long que son bras et large que sa cuisse. Bien plus gros que sa minuscule bite.

La main droite de Fia-chan monter et descendez le long de sa bite comme si elle effectuait un étrange rituelle. Ses gigantesques monticules semblaient gonfler à l’hélium vu la façon dont il flottait à la surface de l’eau, exposant leurs saintetés aux yeux jeune et innocent de Naruto-kun. Les mamelons d’un rose pâle tous aussi impressionnant que ceux de son onee-sama avec des halos grandement étendue sur la surface de ses seins ne les rendant que plus désirable. Ses seins avaient plutôt la forme de pastèques, s’étirant vers les hommes en face d’eux, mendiant pour être sucer.

Mais l’attention de Naruto était plutôt fixée sur la bite parsemée de veines voyante avec une tête en forme de bulbe. Le scrotum de Grayfia glabre semblait contenir deux mandarines faisant Naruto se demander si sa bite sera aussi impressionnante dans le futur.

« Oohhhh, Naruto-kun ! » Un épais liquide incolore coula du trou où l’on faisait pipi. Naruto remarqua que c’était le même liquide collant qu’il avait fait couler sur les fesses de Rias. Mais pourquoi Fia-chan avait une bite au lieu d’une chatte comme onee-sama et Ri-chan ? C’était une question qui taraudait Naruto.

« Fia-chan, pourquoi tu as une bite au lieu d’une chatte. »

« Aaaaahhhh ! » Grayfia laissa échapper un cri de surprise plutôt embarrassant, trop pris dans une branlette absolument fantastique où elle s’imaginait harponner le magnifique cul de Naruto-kun avec son organe male. Cette après-midi avait été une véritable épreuve pour ses nerfs, elle avait dû se retenir de multiple fois de ne pas plier Naruto-kun sur un meuble et l’enculer comme le bon garçon qu’il était le mérité. Son petit cul allait hanter ses fantasmes pour les prochains siècles certainement.

Tournant la tête vers la source de la voix, sa bite dure toujours en main. Grayfia vit l’objet de son problème actuel la regarder avec curiosité. Etant donné sa position, cela était normale. Voulant éviter certaine question embarrassante, Grayfia sermonna Naruto.

« Jeune homme ! On ne vous a jamais appris à ne pas entrer dans une salle de bain occupé ?! »

« Euh non. Désolé Fia-chan. J’ai vu qu’il y avait du monde et j’ai pensé que cela serait plus sympa de prendre son bain à plusieurs que tout seul. » Dit Naruto correctement châtié.

« Naruto-sama, il faut demander la permission à la personne avant de faire ça. »

« Je suis désolé Fia-chan. »

« Alors demandez-moi la permission d’entrer dans le bain de la bonne façon. Allez jeune homme. » Réfléchissant à une façon de demander la permission d’entrer dans l’eau chaude, Naruto vint à une formulation qu’il pensa être la bonne.

« Est-ce que je peux entrer dans le bain Fia-chan ? »

« Il manque quelque chose Naruto-sama. »

« S’il te plait ? »

« C’est bien Naruto-sama. Vous pouvez entrer. » Naruto se gonfla de fierté sous la louange, pour quelqu’un comme lui, cela équivalait à tout l’or du monde.

« Merci Fia-chan. » Grimpant dans le bain, Grayfia eut tout le temps de laisser ses yeux se repaitre de la forme du jeune Namikaze. Bien que son corps soit immature, il détenait un immense potentiel, sa naïveté et innocence ne le rendait que plus adorable. Elle fut aux premières loges lorsqu’il mit une de ses jambes dans le bain présentant ses mignonnes petites fesses qu’elle ne put s’empêcher de presser sous ses mains expertes. Appréciant leur fermeté et douceur sous ses doigts fin et manucuré.

Elle sentit brièvement Naruto se tendre sous l’effet de la surprise avant de se détendre en appréciant sa touche légère massant son fessier. Elle put observer aussi la mignonne petite étoile rose fripée piégée entre les deux globes déjà légèrement arrondi lorsqu’elle écarta les joues des fesses de Naruto.  

Naruto sentit les mains de Fia-chan lui agripper les fesses avant de les pétrir entre ses mains douces, serrant la chair de son petit cul. La façon dont elle le fit fut très agréable, Naruto se demanda si c’était une marque d’affection ?

Soupirant lorsqu’il sentit l’eau chaude toucher ses pieds, il s’immergea dans l’eau. La baignoire étant trop petite pour contenir deux personnes, il mit ses pieds de chaque côtés des hanches de Grayfia, son cul venant se reposer sur son estomac tonique et sa tête sur ses seins gonflable qui malgré le poids ne coulèrent pas en dépit de toute logique. La perfection de ses seins permettant facilement de soutenir la tête de l’humain actuellement dans le bain avec elle. Tout ceci sous l’œil d’une Grayfia attentive avec son érection sortant l’eau, se tenant juste devant la tête de Naruto. La bite de Grayfia était tellement immense que durant sa longue vie, comme d’autres femmes du manoir, elle avait utilisé sa souplesse pour se sucer ou se donner des branlettes espagnoles. Il n’y avait donc rien de spécial pour elle que sa bite sécrète du liquide séminal à quelques centimètres du visage curieux de Naruto qui se posait la question pourquoi elle avait une bite. Et avant qu’il ne puisse reposer la question, Grayfia lui répondit.

« C’est une spécificité de notre clan. » Il valait mieux appeler les créatures surnaturelles un clan, c’était un petit peu ça dans un sens.

« Votre clan. »

« Oui, au fait tu trouveras beaucoup de nos cousin dans le monde car nous sommes très éparpillé. » Un euphémisme. « Et une malédiction nous as été jeté par un méchant shinobi qui fit les femmes et les hommes de ce clan stérile il y a un millénaire. »

« Stérile ? »

« Cela veut dire qu’aucun d’entre nous ne peux se faire des bébés. »

« Un millénaire ça fait combien ? » Naruto état un gamin naïf mais pas idiot. Il savait qu’il y avait trop de trous dans son explication.

« Mille ans. »

« Mais comment vous êtes là encore alors ? Et Kurumu-chan et les autres sont clairement des enfants. »

« Tu connais le clan de ta mère. » Au hochement de tête de Naruto, elle continua à expliquer. « He bien une bonne majorité de notre clan à une vitalité largement supérieur, ceux-là sont devenu complétement stérile tandis que ceux ayant une vitalité moindre font beaucoup moins de bébé. » On pourrait penser que les yokai avait eu de la chance mais leur taux de natalité était devenu tellement faible qu’une bonne partie des yokai s’était éteint au fil des siècles. Mizore et sa mère par exemple étaient les deux derniers de leurs espèces. Une honte, leur famille avait fidèlement servi les Gremory depuis que leur espèce ne s’était réduite plus qu’à une poignée d’individu. Rien que de repenser au sage des six chemins lui faisait grincer les dents dans la haine au malheur qui s’était abattu sur le monde surnaturelle depuis qu’il est osé faire ça dans son dernier souffle de vie. Chassant ses idées noires, Grayfia reprit. « Moi-même j’ai aux environs de deux mille ans. »

« Ça fait beaucoup ! » Naruto était trop jeune pour exactement comprendre ce que venait de lui révéler Grayfia, ni l’absurdité de ce qu’il venait d’accepter parce que une femme qu’il connaissait depuis à peine plus d’un jour comme parole d’évangile. Une chose sur laquelle Grayfia comptait, il était jeune et facilement manipulable. C’est par des petites choses comme celle-là qu’il acceptera leurs existences.

« Oui, et c’est pour ça que c’est un secret très important que tu ne dois répéter à personne. »

« D’accord ! » Si Grayfia lui disait ça, alors il n’en dirait pas un mot à quiconque. « Je ne le dirais à personne Fia-chan. Je te le promets tu peux compter sur moi ! Dattebayo ! »

« Quelle doux garçon tu es Naruto-kun. » Murmura Grayfia en lui faisant un bisou sur le haut de son crâne. Il avait déjà oublié sa première question. Les enfants avaient une telle courte durée d’attention. Il lui reposera certainement plus tard, mais pour l’instant elle avait un problème qui devait être traité et dont le responsable était sur son ventre.

« Naruto-kun, que dirais tu qu’avant d’aller te coucher on fasse un dernier cours ? Akeno t’a appris la base pour faire plaisir à une femme avec sa chatte, je vais t’apprendre comment faire plaisir une femme avec sa bite. Tu as vu qu’on peut se faire plaisir tout seul, mais à deux c’est nettement plus facile et agréable donc je vais avoir besoin de ta coopération. D’accord ? » La simple idée de ce qu’elle était sur le point de faire excita Grayfia plus que n’importe qu’elle action ou préliminaire, sa bite était devenue tellement dur que s’en était douloureux. Un flot de liquide pré-éjaculatoire s’échappé de son urètre et couler dans l’eau du bain.

Une autre leçon ? Cette fois avec Fia-chan ? Naruto était plus que prêt et enthousiaste pour la leçon. « Hai ! »

« Bon, une bite est différente d’une chatte Naruto-kun, donc la façon de faire plaisir à la femme est différente. Toute la partie devant toi est très sensible, il faut faire très attention. On l’appelle le gland. Après on a la verge qui est recouvert de peau, c’est là où ta main doit passer comme je le faisais tout à l’heure pour donner du plaisir. En dessous il y a le scrotum qui contient les couilles qui produisent le sperme. D’accord ? » Naruto hocha la tête aux explications plus complète que celle de son onee-sama.

« C’est quoi le sperme ? »

« C’est une substance blanchâtre qui est constitué de spermatozoïdes qui permettent à la femme de tomber enceinte d’un bébé. Dis-toi que lorsque le sperme sort de l’urètre qui est le petit trou au bout de la bite, c’est que tu as bien fait ton travail et a été un bon garçon. D’accord ? »

« Oui, donc si un truc blanc sort de l’urètre c’est que j’ai gagné ? »

« C’est ça Naruto-kun. Maintenant tu vas faire ce qu’on appelle une branlette, c’est que je faisais tout à l’heure. Et retiens bien que tu dois toujours avoir du lubrifiant sur ta main pour faciliter la technique. » Voyant l’air de Naruto elle rajouta. « Le lubrifiant, c’est un liquide comme l’eau ou ce que produit ma bite en ce moment. Et si tu fais sortir le sperme en moins de dix minutes tu auras une récompense spéciale, prêt ? Partez ! »

Immédiatement Naruto se mit au travail, mouillant ses petits poings avant de saisir la perche de chair devant lui. Il se demanda comment il allait y arriver. Ses petites mains n’arrivaient pas à saisir le tiers de la bite devant lui. Même avec ses deux petites mains au même endroit, il n’arrivait pas à faire la moitié du tour de la verge. Mais Naruto était entêté, il fit de son mieux en montant et descendant ses deux mains sur l’immense tige brulante. S’étonnant de la chaleur qu’il sentait sous la paume de ses mains, les immenses veines palpitaient à chaque passage de sa main. Les veines vertes ressortant sur la gigantesque bite pâle.

Naruto concentra toute son attention sur la bite, mais fut déçu de ne pas entendre Fia-chan haleter de plaisir comme onee-sama. Peut-être qu’il n’était pas assez bon ? Il voulait sa récompense ! C’était la première fois qu’on lui promettait une récompense, il n’allait pas la laisser filer ! 

« Doucement Naruto-kun, n’oublie pas tu dois privilégier le plaisir de la femme. »

« Mais comment Fia-chan ? » Pleurnicha Naruto.

« Je vais te donner un conseil, lorsque tes mains remonte, on pouce doit venir taquiner le gland, plus particulièrement le prépuce qui se situe juste sous le gland. Voilà, comme ça. » Immédiatement Naruto mis en application les conseils de Fia-chan, son pouce passant sur le prépuce, doucement, s’étonnant de la douceur du prépuce par rapport à la rugosité du reste du gland. Ses mains maintenant complétement enduit de liquide séminal collant. Facilitant le glissement de ses mains sur la peau rugueuse de la verge de Fia-chan.

Il sentit les deux mamelons dans son dos devenir de plus en plus dur, piquant dans son dos, la respiration de Fia-chan s’accélérant, même le débit du liquide pré-éjaculatoire avait augmenté sous les yeux émerveillé de Naruto. Il entendait les encouragements d Fia-chan ainsi que ses conseils, là où ses mains devaient passer, quand il devait ralentir ou accélérer son rythme. Naruto fit de son mieux pour plaire à Fia-chan ! Il avait depuis longtemps perdu la notion du temps. Mais il sentait Fia-chan ayant mouillé ses cheveux avant de prendre un shampoing à la fraise et de commencer à les lui laver. Comme si un enfant de cinq ans n’était pas en train de la masturbait dans son bain sous ses encouragements, elle éprouvait une étrange satisfaction perverse à cette situation burlesque. Le petit cul de Naruto sur son ventre tandis qu’il la masturbait avec un visage si sérieux et concentrer pour son âge que Grayfia ne pouvait s’empêcher de le trouver amusant de trouver ce visage sur un enfant de cinq ans.

Une fois ses cheveux bien nettoyé, Grayfia se sentit vraiment bien. Naruto faisait incroyablement bien pour sa première fois. Un exploit pour un enfant ne connaissant rien au sexe, sa volonté de bien faire combiné avec son adoration pour elle faisait des miracles. Il lui manquait juste de l’expérience que les femmes de ce manoir seront plus qu’heureux de lui fournir. Malheureusement les dix minutes était depuis longtemps écoulé, dans son excitation, elle lui avait donné un objectif impossible à atteindre. Saisissant les poings de Naruto avec ses mains fines et gracieuses, elle commença à les guider sur sa verge tendue.

Se penchant vers Naruto, apportant sa bouche près de son oreille. Elle lui susurra d’une voix rauque, remplie à ras-bord d’une luxure qu’elle n’avait jamais ressentie en ayant été avec un autre homme ou femme. Vibrante d’un plaisir non-dissimulé qui résonna dans l’oreille d’un Naruto totalement concentré sur sa tâche. Il était la voix d’une salope de première classe, qui avait expérimenté toute les faces du sexe, une femme habitué aux hommes à jouir sur son commandement. Une femme dont les trous avaient été étiré un nombre incalculable de fois et qui savait comment transformer les hommes en de simples marionnettes à son service. Mais Naruto ignorait tout cela, il trouvait juste la voix de Fia-chan étrangement agréable comme ça, c’était la plus belle voix qu’il n’eut jamais écouté.

« Désolé, Naruto-kun. Il semble que j’ai mis la barre trop haute pour ce premier cours. Les dix minutes se sont écoulé de depuis longtemps, je suis vraiment désolé de t’avoir mis un défi impossible pour notre premier cours ensemble. » Elle sentit Naruto trembler dans la tristesse ayant peur de l’avoir déçu. « Ne t’inquiète pas, c’est de ma faute. Alors pour me faire pardonner, je vais quand même te donner ta récompense. C‘est le moins que je puisse faire pour me faire pardonner. »

« Mais ce n’est pas de ta faute Fia-chan, c’est moi qui suit un mauvaise élève. » Murmura Naruto d’une voix dépressive.

Grayfia apporta sa bouche à l’oreille avant de délicatement mordillait le lobe de l’oreille de Naruto. Elle le sentit soupirer de plaisir, Grayfia continua tranquillement en lui susurrant des mots doux et le rassurant que ce n’était pas de sa faute. Ses mots faisant leurs chemins dans son oreille comme un doux miel empoisonné, hypnotisant Naruto qui hocha tranquillement la tête. Qui aurait pensé que durant ses deux millénaires, elle, une femme qui se nourrit exclusivement de grosse bite, parfois une dizaine en une fois, serait une shotacon, une shotacon avec un fétiche pour les petits garçons se déguisant en femme ? Elle souhaitait tellement posséder le petit garçon blond en train de la masturber pour lui faire plaisir, sans qu’il connaisse la réelle signification de la dépravation de cet acte. Sa maitresse n’avait pas encore remarquée, mais Grayfia avait remarqué la façon dont elle fixait parfois Naruto comme si c’était un juteux morceau de viande. Amusant, celle qu’on appelé l’impératrice des putains, la déesse des salopes, avait le béguin pour un petit garçon humain de cinq ans.

Il ne fallait pas se tromper malgré leurs comportements et manipulation éhonté, les femmes du manoir avaient une véritable affection pour le petit garçon. Pour elles l’âge ne signifiait plus rien, l’être aimé était quelque chose à protégé. Naruto était le petit garçon s’étant fait un chemin dans leurs cœurs. Et leurs avidités en tant que diable leurs disaient qu’il leurs appartenait. Elles le manipulaient juste pour qu’il accepte mieux le fait qu’il sera leurs amants et oublie cette dégoutante famille. Le sexe était un simple divertissement, ce n’était pas parce qu’elle le considérerait comme un simple jouet sexuel qu’elles ne l’aimaient pas. Elles n’étaient pas humaines, et au bout de plusieurs siècles, les femmes du manoir ont vu le sexe comme un agréable passe-temps pouvant se dissocier de l’amour.

C’était tout de même étrange. Un enfant de cinq ans, humain de surcroit, avait séduit en même pas deux jours presque un quart des habitants du manoir et s’était fait une place dans le cœur de presque toutes les femmes. Il avait cette étrange aura autour de lui qui attirait les habitants du manoir à lui.

Une fois qu’elle s’assura de bien avoir guidé ses petites mains sur son immense verge, leurs mains s’étant rejoint dans cette expérience unique, ses grandes mains s’étant doucement posé sur les petites mains collantes de son liquide séminal, enduisant les sienne de son propre lubrifiant. Elle retira une de ses mains avant de l’amener sous l’eau, passant sous Naruto, sa main vint se reposer sur les maigres fesses du jeune garçon blond.

Tout en continuant à mordiller le lobe de l’oreille de Naruto qui visiblement apprécié ça, elle se préparer à lui faire découvrir un bien meilleur plaisir. Un plaisir avec lequel il allait devenir très familier les prochaines années.

Un de ses doigts parfaitement manucuré vint taquiner l’anneau rosâtre, grattant légèrement contre le muscle plissé pour en demander l’entrée. Pas qu’elle le lui demandait, son doigts aller dans son rectum avec ou sans son autorisation. Poussant contre le muscle immature, son doigt agile et gracieux pénétra dans le cul humide de Naruto qui se tendit légèrement dans la surprise et la confusion, avant de se détendre à ses paroles sur le fait que c’était sa récompense.

Il ne fallut même pas une seconde où Grayfia s’émerveilla de combien serré était l’anus de son petit garçon avant qu’elle sente le muscle serré son doigts et essayer de l’aspirer. Le cul de Naruto essayé d’avaler son doigt ! Elle sentait son rectum massait son doigt, essayant de le mettre à l’aise dans la caverne chaude et humide. Grayfia avait du mal à croire comment le cul de Naruto-kun réagissait à la pénétration. Son cul semblait mendiait pour une bite ! C’était une salope anale naturelle !

Grayfia eu besoin de tout son self contrôle acquis au cours des millénaires pour ne pas pencher Naruto sur le bord de la baignoire et montrez à ce cul arrogant qui était le patron. Elle avait attendu toute sa vie pour quelqu’un lui faire ressentir ce qu’elle ressentait actuellement. Elle ne voulait pas traumatisé son adorable Naruto-kun. Elle pouvait bien attendre une décennie de plus pour obtenir ce qu’elle voulait. Pour l’instant elle irait doucement avec lui, lui montrant à quel point elle se souciait de son petit Naruto-kun. Insérant un deuxième doigt, elle jugea que c’était la limite maximale pour le moment. Elle commença à lentement pénétrer son petit garçon avec la plus grande délicatesse possible pour ne pas le blesser avec ses ongle, le sentant prendre un souffle de plaisir à l’étrange sensation qu’il ressentait. Faisant de lent va et vient avec ses doigts agiles caressant l’intérieur du rectum du petit garçon.

Naruto sentit bizarre lorsque Fia-chan laissa ses doigts pénétrer ses fesses, ce n’était pas douloureux juste étrange. Même plutôt agréable, bizarrement sa bite était toute dure, comme celle de Fia-chan, bien que la sienne soit bien plus petite. Les doigts de Fia-chan furent doux, la sensation de frottement dans son rectum et sur son muscle anal le fit gémir de plaisir sans qu’il ne sache pourquoi. Instinctivement, il poussa son cul contre la main qui li donnait cette étrange plaisir envahissant ses reins. Une étrange chaleur envahit Naruto qui se sentit vraiment bien.

« Aimes-tu ça Naruto-kun ? Mes doigts dans ton trou à merde ? » Hochant distraitement la tête alors que Grayfia reprit son mordillage de l’oreille en susurrant des paroles qui aurait transformé un marin en un prêtre. Naruto continua mécaniquement à branler Fia-chan.

« Vilain garçon. Aimer que mes délicats doigts propres aillent dans un endroit aussi sale que ton trou du cul. Mais j’imagine que c’est trop demander pour une petite salope anale comme toi ? » La voix de Grayfia était maintenant un grondement rauque, rempli d’un désir bestial pour le jeune garçon partageant sa baignoire. Heureusement qu’il était trop concentré sur les sensations merveilleuse que les doigts agiles dansant dans son rectum. S’il avait entendu les mots de Grayfia et appris certains mots pour les répété, nul doute que même la puissance de Grayfia ne l’aurait pas sauvée du savon de Rias et Sona. Pour l’instant seul une étincelle d’humanité éviter qu’elle enfonce tout son poing dans le côlon de son future compagnon, ne voulant absolument pas le blesser de n’importe qu’elle façon.

Naruto ne comprenait pas pourquoi il se sentait comme ça. Son cul se sentait fantastique avec les doigts de Fia-chan le massant à l’intérieur. C’était ça la récompense ?! Alors il serait un très bon garçon et élève dans les prochaines années pour être récompensé comme ça ! Mais il se rendit compte que tandis que Grayfia lui donnait un immense plaisir, il était plutôt devenu inactif.

Reprenant de plus belle son travail sur la magnifique verge devant lui, il poussa son aine contre la base, serrant la verge entre ses cuisses juvénile, positionnant en même temps son micro-pénis tout dur contre la base de l’anaconda qu’avait Fia-chan et se frotta contre lui dans un effort pour faire sortir le truc blanc et rendre Fia-chan fière de lui. Immédiatement un grondement surnaturel se fit entendre dans son oreille, faisant trembler tout son corps.

Il sentit ses cheveux être attrapé par un poing forçant sa tête à se tourner pour faire face à Fia-chan. Fia-chan était bien différentes mais toujours aussi belle dans les yeux de Naruto. Son sourire révélait ses dents blanches et une partie de ses gencives dans un sourire prédateur et vicieux qui aurait fait fuir tous êtres humains. Ses yeux argentés comme la lune était maintenant brillant comme l’acier, sa nature sauvage mis en valeur par ses cheveux encadrant son visage libre de leurs tresses. Ses lèvres rouges foncé semblait avoir tournée noir et les mots gutturale qui sortirent de sa gorge telle le grondement d’un ours résonnant d’un une caverne laissèrent entrevoir sa nature inhumaine. Encore plus lorsque sa peau se mit à briller d’une lueur éthérée, Fia-chan qui était déjà pale comme la neige pâlit davantage. Et Naruto eut l’impression qu’il ne vit que la pointe de l’iceberg de Fia-chan.

« Je me fous de ce que les autres salopes disent ! » Sans qu’il comprenne, Grayfia mordit son oreille. Contrairement à son mordillement ludique, celui-là laissa une marque qui fit Naruto gémirent de douleur. Retirant ses dents de la chair de Naruto, Grayfia gronda à l’oreille de Naruto avec une étrange douceur symphonique qui fit vibrer la salle.

« Tu es à moi Naruto-kun. » La voix chuchoté dans son oreille transporter un océan de malveillance. Un mal que seule une femme ayant vécu durant deux mille ans et vécu les pires horreur de la guerre pouvaient avoir. « Je me fous de ce que dit ma maitresse. Ton cul est à moi. » Naruto glapit de plaisir lorsqu’un troisième doigt s’enfonça dans son rectum. Avant les doigts allait lentement, ne s’enfonçant pas plus de deux phalanges. Maintenant, il avait trois doigts pompant hors et dans son cul totalement et avec la férocité d’un tigre affamé, les jointures de Fia-chan frappant son cul férocement. Les doigts de Fia-chan allant profondément dans son jeune corps plus aussi innocent.

Le visage de Grayfia prit des proportions terrifiantes lorsque ses dents devinrent plus pointues et qu’un miasme sombre s’écoula de la baignoire en voyant un jeune Naruto avec ce qui semblait être un ahegao du plus bel effet sur son Naruto-kun. Visiblement pas habitué à avoir son cul stimulé à un tel niveau… ou même stimulé du tout. La langue pendante comme un chien, ses yeux retroussés ne montrant plus que le blanc. Il avait clairement perdu face à ses doigts miraculeux qui faisaient leurs chemins dans son côlon.

Elle en profita pour réclamer son premier baiser. Après tout, le premier baiser était une chose aussi importante pour un garçon qu’une fille. Elle viola littéralement la bouche de son Naruto-kun qu’elle avait envoyé au paradis du plaisir. Ses lèvres s’écrasant avec force contre les douces lèvres de son futur mari. Sa langue pillant sa bouche sous tous les angles, attaquant ses gencives et sa langue avec une férocité animale qu’on ne serait pas attendu d’une humaine. Allant taquiner sa glotte. Bavant une grande quantité de salive dans la bouche de son Naruto-kun pour qu’il est son goût dans la bouche marqué à toujours dans son âme. Son baiser fut si puissant qu’elle eut un instant peur de laisser des ecchymoses sur les lèvres de son bien-aimé.

Naruto ne savait pas ce qui se passait, il savait qu’il devait être mort et envoyé au paradis tellement il se sentait bien. Son corps tout entier picotait agréablement des sensations qui l’assaillaient à partir de sa bouche et de son cul. Jamais il n’avait pensé qu’un bisou sur les lèvres puisse sentir si bon. Il essaya bien de participer, mais la langue plus expérimenté et puissante de Grayfia écrasa violement sa langue, l’empêchant de participer. Laissant Fia-chan lire de saccager sa bouche rempli de salive librement et sans intervention. Lui permettant de dominer totalement le jeune garçon au-dessus d’elle. Naruto voyait de magnifique étoile brillait dans les yeux maintenant d’un bleu glacier de Fia-chan. Elle aurait fait fuir toute personne saine d’esprit, sauf Naruto. Il savait que Fia-chan l’aimait et ne lui ferait pas de mal. Alors il essaya juste de synchroniser les poussé de ses hanches avec les poussé des mains de Fia-chan qui plongé ses doigts dans son cul gourmand. 

Et ce qui devait arriver, arriva. Grayfia n’eut même pas besoin de stimulation supplémentaire. Baisé le cul de Naruto-kun avec ses longs doigts et dominer sa bouche fut amplement suffisant pour déclenchant un orgasme explosif.

Son urètre qui visait le couple trembla un couple de fois. Avant de tirer à bout portant sur le couple s’embrassant. La substance blanche expulsé sur le côté des visages du couple et ceux durant plusieurs secondes, avant qu’un autre tir prenne le relais… et un autre… et un autre… Leurs visages étant peignés par les graines de Grayfia alors qu’ils s’embrassaient passionnément dans la baignoire. Les graines formant une épaisse couche blanche et gluante au-dessus de l’eau.

Le sperme coulant sur leurs visages, se mêlant à leurs lèvres. Coulant dans leurs bouches avides. Grayfia s’assurant que le plus de ses graines possibles arrive la bouche affamé de Naruto. Poussant avec sa langue des pelletés de son sperme dans la gorge de Naruto qui déglutit sa délicieuse crème qu’elle lui offrait avec une si grande générosité.

Naruto était au paradis, la façon dont Fia-chan le dominer déclencher une étrange émotion en lui. Le faisant frissonner de plaisir à chaque poussé de la puissante langue de Fia-chan qui cracher dans sa bouche cette étrange liquide collant. Il savait que c’était du sperme puisque tout le côté droit de son visage était plâtré dans la substance et que son œil gauche qui pouvait encore voir voyait ce liquide gluant tout autour d’eux. Le laissant abasourdi par le volume de ce sperme qu’avait expulsé Fia-chan.

Alors c’était ça le sperme ? C’était super ! L’odeur forte et étrange taquinait ses narines. Le gout fort en bouche qui sembla s’accrocher à son palais était absolument délicieux malgré son gout étrange.

Une fois le baiser terminé pour qu’ils reprennent leurs souffles, absorbant de l’air frais bien nécessaire. Il posa de nouveau sa tête sur les mamelles recouverte de sperme de Fia-chan, le sperme collant à la peau. De véritables îles de sperme flottant dans la baignoire. Passant un coup d’eau pour nettoyer son visage, il pleura dans la perte lorsque Fia-chan retira ses doigts de son cul qui aspira goulument l’eau de la baignoire dans un effort pour combler ce vide.

Immédiatement Naruto gémit de bonheur lorsque trois nouveaux doigts prirent la place devenu libre. Fia-chan sortant sa main de sous l’eau, révélant ses main blanche. Immédiatement, trois doigts tapotèrent contre les douces lèvres de Naruto qui les ouvrit et referma ses lèvres carmin sur la base de ses trois doigts avant de commencer à téter ses doigts. Grayfia sourit en sentant la langue de Naruto-kun nettoyant ses doigts dans leurs moindres recoins, enlevant toute la saleté de son cul qui aurait pu tacher ses doigts délicats. Il faudrait se nettoyer de nouveau se dit-elle en voyant les dégâts de son orgasme.

Naruto suçait comme le petit enfant qu’il était, les doigts qui venait de sortir fraichement de son cul, et malgré le gout aigre et repoussant. Il le fit avec joie, c’était le moins qu’il puisse faire après cette immense récompense qui l’avait envoyé dans le Nirvana.


___________________________________


 

Naruto entra dans la chambre enfin propre, encore époustouflé par le cours qu’il venait d’avoir eu avec Fia-chan. Il vu Fia-chan murmuré quelque chose à l’oreille d’une Ri-chan souriante. Il se demanda ce que Fia-chan disait à Ri-chan ? Ri-chan avait un immense sourire plaqué sur le visage.

Une fois que Grayfia sorti, Rias se tourna vers lui avec un doux sourire à Naruto, un sourire qu’il trouva radieux. Pour quelqu’un d’extérieur, il ressemblerait plus à un sourire appartenant à un chat ayant mangé le canari.

« Alors Naru-chan, j’ai entendu dire que tes cours se passent bien. C’est vrai ? »

« Oui ! Onee-sama et Fia-chan sont de très gentille professeurs. »

« Pourquoi tu ne me montrerais pas ce que tu as appris. » Dit Rias, s’asseyant sur le lit en écartant les jambes révélant son endroit privé encadré par des hanches luxuriantes et pleines parfaite pour donner naissance… tout comme le reste de son corps. La perfection absolue de la sexualité féminine qu’incarnait Rias avait le don d’énerver les femmes. Son corps était chaud brulant, ses proportions obscènes allant magnifiquement avec le reste de son corps faisaient rêver toutes les femmes et tout et les hommes. Ses plis humides et gras encadrant sa fente ouverte d’où s’écoulait son miel, Naruto ne put s’empêcher de comparer la vue à une de belles fleurs qu’il avait vues à l’extérieur. Surtout avec la petite touffe de cheveux rouge bouclé qui se situait juste au-dessus. Naruto voulait vraiment montrer à quel point il était un bon arçon à Ri-chan.

Mais soudain, il vit une bosse au-dessus de son endroit privée, bosse qui grossit rapidement sous ses yeux médusés. S’allongeant et grossissant, une partie de la peau sembla s’écouler vers le bas pour former un sac de peau. En quelques secondes, une bite s’était formée au-dessus de la chatte de Ri-chan. Quelque chose de gigantesque, plus que Fia-chan.

C’était tellement gigantesque qu’il n’arrivait pas à le mesurer, plus long et épais que sa petite jambe. Et son scrotum poilu cachant sa fente par son gigantisme contenait quatre pommes impressionnant Naruto. Fia-chan avait joui beaucoup de crème, il se demanda combien Ri-chan pouvait jouir de cette délicieuse crème avec deux testicules supplémentaires ?

« Toi aussi tu es comme Fia-chan ? »

« Ahahah, oui Naru-chan. Toutes les femmes de ce manoir peuvent avoir des bites. Nous sommes désignées comme des futanari Naru-chan. Nous pouvons faire ça grâce à la magie et faire quelque changement comme tu peux le voir. » Naruto hocha la tête distraitement, ses yeux fixés sur l’immense bite dur qui l’intimider de par sa taille absolument gigantesque. Rias toucha légèrement ses quatre boules pour faire passer le point des changements. Il avait eu du mal à s’occuper à celle de Fia-chan, alors cette monstrueuse verge s’annonçait comme un défi insurmontable.

« Elle te plait Naru-chan ? » Ronronnant Rias d’une voix lourde et vibrante, la chaleur sexuelle se répandant dans la chambre à chaque syllabe qu’elle prononçait. Se levant, elle s’approcha de Naru-chan en donnant un fort déhanché à ses larges hanches, faisant sa queue et ses boules se balançant comme une très longue lance pointue et deux très lourdes masses. Appréciant la façon dont les yeux de Naru-chan suivaient le mouvement horaire de sa bite. Le vilain garçon semblait intéresser par son attirail mâle, parfait. « Ma grosse et grasse bite géante attira-t-elle ton attention ? Tu veux la sucer comme une sucrerie, comme ce que tu as fait à Fia-chan ? Quel vilain garçon tu es. » Elle n’utilisait pas son expérience dans la séduction des humains pour rien, la façon dont ses mouvements volontairement alléchant faisant honteusement étalage de son corps alléchant hypnotisèrent Naruto qui hocha juste la tête distraitement, toute son attention concentrait sur ce qu’il voyait devant lui. « A moins que tu préfères ce trou-là et peut-être y plonger ton riquiqui pénis en espérant que je sente quelque chose. » Taquina-t-elle en soulevant difficilement ses boules pour révéler sa fente humide de jus ne demandant que son toucher inexpérimenté. S’arrêtant avec sa bite se balançant à peine un centimètre des yeux et du nez de Naruto qui commença à baver du mélange de parfum de son jus de chatte et de sa bite formant une odeur étrange mais ayant faisant baigner la chambre dans une indescriptible sensation de sexe éhonté que des petits garçon ne devrait pas sentir et encore moins être attiré. La beauté du gland violet de Ri-chan qui était plus gros qu’une balle de tennis ne demandant qu’à ce qu’il pose ses douces et mince lèvre dessus. Il pouvait voir des veines vertes plus épaisses que ses doigts parcourir la très longue verge.

Elle le vu levé son bras court pour enrouler sa petite main sur son boa géant avant qu’elle se retira avec une lueur coquine dans ses yeux aqua. Riant d’un son doux et mélodique en voyant Naru-chan faire la moue lorsqu’elle retira ce qu’il désiré hors de sa portée.

« Ou peut-être que mon adorables Naru-chan préfère les ‘filles’ de Ri-chan ? Après tout, hier matin tu semblais bien dormir entre ses immenses oreillers moelleux et mous. » Dit Rias en saisissant ses faramineuses mamelles rondes et bien en chair qui se balançaient d’une telle façon éhontée à chacun de ses micromouvements, cherchant à attirer l’attention du petit garçon ayant l’affection de leur maitresse. Les désignant comme des bombes serait sous-estimé leurs tailles et leurs dangerosité, avec son cul bombé et charnu rivalisant avec, Rias était une véritable AVM (arme de perversion massive) qui n’avait de rivale que Kuroka, Grayfia et Akeno. Et elles arrivaient à peine à la cheville de la perfection qu’elle avait méthodiquement cultivé au cours des siècles, entretenant parfaitement son corps pour qu’il n’ait pas la moindre imperfection, cicatrice, surplus de graisse… même Aphrodite s’était avouée vaincu il y a plus d’un siècle.

« Mais ! Euh ! Ri-chan tu es méchante avec moi ! Méchante ! Moi j’aime tout dans Ri-chan ! Sa gentillesse, ses longs cheveux rouges, quand elle joue et dort avec moi… » Rias sentit un saupoudrage léger de rouge apparaitre aux compliments qu’elle recevait de Naru-chan. C’était des compliments honnête et sincère d’un si petit garçon. Elle recevait souvent des compliments bien entendu, sur son corps, combien elle avait une excellente bouche à pipe ou qu’elle était la chatte la plus serré des nations élémentaire. C’était des compliments agréables, mais c’était la première fois qu’on la complimenta comme ça lui faisant battre son cœur un peu plus vite. Distraitement, elle prit une mèche de ses cheveux rouges en se demandant s’ils étaient si beaux que ça ? Les hommes se focalisaient sur ses mamelles ou son cul, pas sur ses cheveux. Et quand à sa famille, leurs compliments ne comptaient pas tant il l’idéalisait.

« Ara, quelle petit charmeur tu es Naru-chan. Un véritable Don Juan. Tu aimes tant que ça mes cheveux ? »

« Hum, hum, ce sont les plus beaux cheveux jamais ! Même la couleur orange ne bat pas cette couleur rouge ! Okaa-chan a les plus beaux cheveux des nations élémentaires ! » Naruto s’arrêta dans sa tirade en se rendant compte de son lapsus tandis que Ras gela. Son cœur s’arrêtant au fait de s’être fait appeler okaa-chan avant de repartir à mille à l’heure, son visage tournant une nuance de rouge cramoisi qu’envieraient les tomates. Et c’était un jeune humain de cinq ans qui lui fit se sentir comme ça. Beaucoup de démon, d’humain… même des dieux ont essayé de la courtiser et la faire tomber en amour avec eux ou la transformer en un simple ornement pour leurs grosses bites. Tous ont échoués et la prier pour avoir accès une fois de plus à son succulent corps, ne devant rien de plus que de simple jouet pour elle. Et ils étaient tout battus par cet adorable garçon humain.

Naruto regarda anxieusement Ri-chan devenir rouge, ayant peur de l’avoir mis en colère en l’appelant comme ça. Mais il n’a pas pu éviter ce mot sortir de sa bouche, en même pas deux jours, Ri-chan lui avait procuré plus d’attention et d’affection que sa mère biologique dans toute sa vie. Pourquoi il n’aurait pas pu être son fils plutôt que celui des Namikaze ?

Rias eut des pensées qui aurait fait fuir dans la terreur le plus pur et valeureux des séraphins. Un petit Naruto dans les vêtements que lui avait décrit Grayfia l’appelant okaa-chan dans une prairie verdoyante et ensoleillé, courant vers elle pour la rejoindre sous l‘ombre d’un arbre… avant de se ruer sous sa jupe et de lui donner la pipe de sa vie. A cette simple pensée, Rias failli jouir de suite. Mais par un immense effort et une volonté de fer, elle stoppa nette le tsunami qui failli se déclenché dans ses pommes pleine de sperme bouillonnant. Bordel, non content de découvrir qu’elle était une shotacon, elle se découvrait aussi un complexe de mère. Elle était vraiment une salope perverse.

« Okaa-chan… » Murmura-t-elle. « J’aime ça Naru-chan. Si tu veux je serais ta nouvelle okaa-chan. Et tes cheveux lisses sont aussi très joli musume. » Dit-elle en se référant à Naruto comme sa fille. Le sentiment la fit se sentir tout chaude et duveteuse à l’intérieur, ainsi que sacrément excité, merde !

Les yeux de Naruto s’allumèrent de joie ce que venait de dire Rias, avant d’être rempli de confusion. « Mais je suis un garçon okaa-chan ? »

« Pourtant musume tu aimes portées des vêtements pour filles. Et tout le monde te trouve bien plus mignon en fille qu’en garçon, moi la première. » Elle était une telle sexy salope manipulatrice, mais elle ferait tout pour sa nouvelle musume.

« Alors je serais la meilleurs fille possible pour okaa-chan ! » Dans l’esprit naïf et immature de Naruto, ce n’était pas comme s’il y avait beaucoup de différences entre les filles et les garçons et si être une fille faisait plaisir à Ri-chan maintenant okaa-chan, alors il ne voyait aucun inconvénient à être une fille plutôt qu’un garçon. Et c’est ainsi que commença la castration mentale de Naruto et qu’il débuta sa transformation en une parfaite jeune fille pour plaire à sa okaa-chan. Nul doute que lorsque Sona serait mise au courant, elle péterait littéralement un câble.

« Je n’en doute pas musume. Maintenant il est temps pour un cours de magie. Tu as vu comment j‘ai fait ressortir mon pénis ? Bien, le potentiel de la magie est illimité. Tu as juste besoin d’imagination. Pour ton premier exercice, tu vas essayer de trouver ta magie musume. Elle peut être n’importe où en toi. Tout ce que tu as besoin est de faire ressortir ta magie en canalisant tes émotions en un seul point. Je veux que tu fasses une boule entre tes mains. Pendant ce temps je jouerais toute seule. Dépêche-toi si tu veux jouer avec okaa-chan. » Les yeux de Naruto s’élargit en voyant la main droite de Rias allait à sa longue verge dure tandis que sa main gauche disparut derrière son scrotum pour allait taquiner les lèvres de sa chatte.

Immédiatement il mit ses mains devant son visage et ferma les yeux pour se concentrer sur son énergie comme il avait vu Kushina enseignait à Mito et Memna. Se concentrant aussi fort que possible pour essayer de trouver la magie en lui, il vint avec rien. Il n’était pas aidé par les gémissements d’okaa-chan.

« Musume-chan… hummmm… Dépêche-toi… okaa-chan a besoin de toi… hummmm… Tellement besoin de ta petite langue rose….aaaaaahh… elle va terminer sans toi musume-chan… ahahah… » Les halètements essoufflé de plaisir de son okaa-chan n’aidait pas Naruto à se concentrer. Rien que de penser à son okaa-chan lui faisait se sentir chaud et pétillant dans sa poitrine ainsi que sa bite devenir étrangement raide.

Perdant le focus sur son objectif premier, il ne put s’empêcher d’ouvrir un œil pour voir sa superbe et douce okaa-chan. Sa peau de porcelaine ruisselant de sueur, sa bite courbé lui arrivant jusqu’aux mamelons, brillante de son liquide séminale. Seul une partie de son avant-bras gauche était visible, son poignet et sa main totalement disparu sous le scrotum. Son immense poitrine se soulevant et ses mamelons raides comme des épées, ses joues rougies d’excitation et ses yeux aqua virant au bleu dû au désir qu’elle détenait pour le petit garçon nu ne lui arrivant même pas aux cuisses.

Ses émotions étaient un maelstrom de confusion, voir son okaa-chan comme ça le rendait incroyablement heureux. Mais pourquoi il était triste ? Parce que ce n’était pas lui qui rendait heureuse okaa-chan ? Il laissait se débrouiller tout seul alors que Fia-chan disait que c’était beaucoup plus facile et agréable à deux ? Il devrait être avec elle entre ses jambes pour l’aider à se soulager. Et non pas là à attendre bêtement.

Okaa-chan était la mère dont il avait toujours rêvé, douce, belle, patiente, intelligente, gentil, et grâce à elle il s’était enfin fait des amis. Il sentait une chaleur agréable dans sa poitrine à chaque fois qu’il pensait à son okaa-chan, il souriait naturellement sans avoir besoin de ce forcer. Il l’aimait son okaa-chan et ses amis et ferait tout pour les rendre heureux.

Tandis qu’il pensait à ça, il sentit quelque chose d’infime bouger en lui. Immédiatement, il referma les yeux en se concentrant sur cette étincelle d’énergie, courant après elle pour l’attraper et l’amener à ses mains. Cherchant se mince fil transparent se dérobant, mais son entêtement et détermination d’impressionner son okaa-chan le fit avancer toujours plus loin. Dans sa quête, il sentit une multitude de ces filaments dans son être. Attrapant chacun d’eux, ne cherchent pas à compter ou à s’arrêter. Tirant sur ses ressources, il réussit à tous les attraper ce qu’il avait ressenti en lui, à les maitriser, les contrôler. L’envoyant dans ses mains pour former une boule. Naruto trop inexpérimenté ne sentit pas une partie de l’énergie se perdre durant son trajet dans son corps, ni que cette énergie fut attirer par son aine.

Rias gémit, se retenant difficilement de jouir là, maintenant. Cela faisait un quart d’heure que Naruto avait fermé les yeux et Rias n’arrivait plus à contenir l’orgasme qui se construisait en elle. La journée avait été longue et les pensées de son adorable musume la suçant étant un véritable carburant inflammable pour son excitation qui alimenter un feu pouvant bruler le soleil. La seule chose qui la retenait de peindre son adorable musume qui était à cinq mètre de distance avec son sperme était de vouloir un avant-gout de sa talentueuse bouche.

Et lorsqu’elle vit une balle de couleur blanche si pur et brillante qu’elle eut peur que ce soit de l’énergie sainte et de la taille d’une balle de tennis apparaitre entre les mains de Naruto. Elle ne put s’empêcher de penser que c’était incroyable pour enfant de son âge, la pureté et le volume de ses réserves était étonnant… pour un être humain. Elle fronça tout de même les sourcils en voyant les répercussions de ce qu’elle soupçonnait été le résultat d’un scellement bâclé. Des taches rouges, brillante comme le magma en fusion, tachées la parfaite sphère blanche, semblant se mélanger avec elle. Il faudra vraiment qu’elle et Sona y jette un coup d’œil… et Akeno s’ils avaient besoin d’un exorciste.

« Magnifique… aaaaahhhh…. Musume-chan… hummm… maintenant…. Viens jouer avec okaa-chaaaaaaaaaan ! »

Naruto n’eut pas besoin de se le faire dire deux fois, il se rua sur Rias qui retira son poing de sa chatte avec un ‘POP’ sonore, amusé par l’empressement de sa fille. Une fois devant la délicieuse fente ouverte par le fisting de Rias, il commença furieusement à lécher l’excès de jus fruité qui coulait telle une cascade avec l’enthousiasme d’un chiot. Se concentrant particulièrement sur le petit bout de chair élastique. Il ne fallut pas longtemps avant que les cuisses d’okaa-chan se serrent autour de sa tête ou qu’elle fut prise de violent soubresaut. Les couilles sur sa tête se resserrèrent jusqu’à ce que toute la peau du scrotum soit scotchée contre les quatre immenses testicules pleines de bonne et délicieuse crème. Naruto se sentait comme dans un four, le scrotum d’okaa-chan était si chaud qu’il était brulant, ses poils rouges chatouillant son visage et ses oreilles. Deux de pommes étaient de chaque côté de sa tête reposant sur ses frêles épaules, les deux dernière pendaient dans son dos.

« Ooooohhhhhhhhhh ! PUTAIN MUSUME-CHAN !!! OUI !! LA ! AAAAAAAAAAAAAHHHHHHHH ! JE JOUIIIIIIIIIIIII !!!!! »

Rias eut l’impression que ses yeux allaient sortir de leurs orbites et son cœur sautait hors de sa généreuse poitrine. Ses deux mains montaient et descendaient sur sa gigantesque verge avec un abandon désespéré, sa verge aussi humide que l’Amazonie et qui trembler comme si elle était soumis à un tremblement de terre apocalyptique, La langue de Naruto stimulant son clitoris d’une telle manière agressive la menant vers les enfers. La vue de la petite tête de Naruto disparaissant sous son gros scrotum laissant comme seul image la vue de son petit cul se dandinant aux rythmes de ses coups langues fut les derniers coups qui brisèrent le barrage qu’elle avait fait pour se retenir de jouir. Elle eut juste la présence d’esprit de mettre un cercle magique juste au-dessus de son urètre, transportant les cordes de sperme dynamité hors de sa bite dans un tonneau à côté du lit.

Une fois cela fait, Rias s’écroula en arrière sur le lit doux et moelleux. Brulante, fatigué et en sueur, mais repu. Même après un immense gang-bang impliquant elle, Akeno, Kuroka, Grayfia et une centaine de minotaure et centaure elle ne s’était pas sentit aussi bien. Et c’était juste une simple branlette ! Elle ne pouvait pas attendre à ce que sa fille gagne de l’expérience et grandisse !

Son immense bite plana quelque temps au-dessus de son décolleté, larguant à l’intérieur les dernières gouttes de semence, gouttes suffisamment imposante pour qu’elle grimace à la sensation gluante venue se loger entre ses seins. Elle devrait aller à la douche dans son état. Mais elle était fatiguer et il était tard. Elle n’avait ni la force, ni l’envie de prendre une douche, aussi négligé que cela faisait de dormir dans cette état.

Sa bite redevint molle, s’effondrant mollement contre son ventre. Telle un imposant mat brisé par une terrible tempête. Du point de vue de Naruto, la trompe de Rias, même au repos, était un outil impressionnant. Encore plus gros et large que ses petits bras.

Ses gigantesque montagnes se soulevaient et redescendaient difficilement en raison de Rias essayant de reprendre son souffle après un tel orgasme époustouflant. Se déplaçant sur le lit pour se mettre à côté du meuble sur lequel reposer un gigantesque tonneau transparent entièrement rempli de liquide blanc avec un robinet et un verre. Rias ouvrit le tiroir juste en-dessous en aveugle, fouillant dedans avant de retirer quelque chose toujours tremblante de son expérience sidérante.

« Musume-chan, approche mon adorable petite filles. » Naruto s’approcha tranquillement, les mèches de Rias collaient à son magnifique visage, des yeux fatiguaient mais pétillant de bonheur ainsi qu’un sourire illuminant la salle fit rougir Naruto.

« Retourne-toi. C’est bien, maintenant penche-toi. Ne bouge pas voilà. C’est fait. » Naruto sentit son okaa-chan trifouiller avec ses fesses, avant d’insérer quelque chose de froid et de relativement imposant dans son anus, Surprenant Naruto qui eut de la difficulté à se relever avec un truc dans ses fesses, surtout en sentant ses muscles annaux se resserré autour de l’intrus et le sucer goulument. Il se demander pourquoi elle faisait ça ? Ça faisait aussi partie des cours ? Mais combler le vide qu’il avait senti depuis que les doigts de Fia-chan étaient partis se sentait si bonnnnn.

Rias sourit en voyant sa fille… quelle mot étrange pour elle… le visage brillant de ses jus et s’égouttant par terre à partir de son menton. Des poils rouges de son scrotum étant venus se coller sur son visage et se perdre dans ses cheveux dorés lui donnant une image incroyablement sexy qui allait certainement hanter ses rêves humides cette nuit. Et la façon dont il marcha comme un canard avec un gode dans son rectum était hilarant, lui tirant quelques rires dans son état d’épuisement. Le gode noir n’était pas gros, peut-être la moitié de la longueur et de la largeur d’un homme moyen, mais la façon dont il étirait les muscles anneaux de Naruto était succulent. Rias ne pouvait pas attendre que ce soit sa bite qui étire le cul de sa fille.

« Musume… pffff…. une partie de ta formation… Hum… est de garder ce qui est dans tes fesses pour le reste de la nuit… ouaaahhhh… maintenant viens. Okaa-chan est fatigué et elle a besoin de son jouet en peluche pour dormir. » Marmonna Rias, se penchant sur le côté pour accueillir Naruto.

Naruto grimpa dans le lit avant de faire un bisou sur le nez d’une Rias maintenant endormi tout en murmurant un tendre bonne nuit à sa nouvelle mère. Rampant vers elle, il souleva difficilement un de ses gigantesques et lourd monticule. Il grimaça en voyant des fils collant relié les deux monticules, faisant de son décolleté une grotte habité par des araignées y ayant tissées leurs toiles. Naruto fut grognon en ayant eu l’impression qu’on venait de repeindre sa chambre. Son oreiller sali par le sperme de sa maman. Posant sa tête tranquillement sur le sein gluant et chaud, il sentit sa tête lourde et fatigué, s’enfoncer dans la chair molle et soyeuse, lui procurant un confort qu’aucun oreiller ne pourra battre. Bien qu’il se passerait volontiers de la sensation collante sur le côté droit de sa tête, et gauche lorsqu’il reposa l’autre monticule sur sa tête, lui fournissant chaleur, confort et protection. Entre les deux seins géants de son okaa-chan, il ne craignait pas l’obscurité. Il s’assura d’avoir bien serrait son cul pour éviter que l’objet ne s’enfuie avant de s’endormir.

Tombant progressivement dans les affres du sommeil, il enroula ses bras et jambes autour de la bite molle de sa mère, l’utilisant comme un doudou pour se rassurer. Naruto se cala confortablement dans le buste et contre le ventre de son okaa-chan, la chaleur maternel l’entourant le faisant sentir incroyablement détendu. Sa mère dans un geste de protection pervers inconscient, enroula un de ses bras autour de lui pour l’attirer dans sa poitrine tandis que l’autre vint se reposer sur une de ses fesses. Et c’est ainsi que Naruto passa sa seconde nuit avec la femme qui venait de remplacer Kushina Uzumaki dans son cœur, et dans le manoir qu’il viendrait à considérer comme sa maison et ses occupants sa famille.

___________________________________

Voila, j'espère que vous avez aimé. Si vous avez aimé l'histoire et e dire ce que vous en pensez ou critiquer laisser moi une review. Si c'est une réclamation, demande, idée, demande de correction, vous pouvez me joindre à ce mail: sneaky666@outlook.fr. Bonne journée!



You need to be logged in to leave a review for this story.
Report Story