L'inoubliable mission d'escorte de Kushina

BY : sneaky666
Category: French > Anime
Dragon prints: 11212
Disclaimer: Je ne possède pas Naruto ou ses caractères. Je ne fais pas de l'argent de l'écriture de cette histoire

1er jour :

"Imbécile, où est mon escorte !?" Une jeune voix gronda. Kushina retenu une grimace au ton exigeant. Guro, le plus jeune fils du daimyo de feu. C’était son travail de le reconduire, étant le ninja le plus fort sur la main en ce moment avec ceux des goûts de Jiraiya, Kakashi et analogues à l'extérieur du village. "C’est ça, quand ils arrivent ici, je suis exigeant une nouvelle shinobi, plus capables!"

Il était jeune, 14 ans. Il ne était pas très grand, juste assez qu'il atteindrait le menton de Kushina. Il avait les cheveux noirs hérissés, yeux bleus et une face aristocratique qui était à ce moment tiré en un rictus de mépris comme il harcelé la femme qui l'escorter aux portes.

Soupirant, Kushina réajusté son gilet Jonin. Ses longs cheveux roux était lié à une queue de cheval avait encore atteint son mi- dos et une mini-jupe noir cachant des fesses dodû. Sa peau était pâle et ses yeux d'un violet foncé, presque noir. Mais en dépit de ses beaux traits, ce qui a attiré le plus l'attention de tous était son très grand buste, ses seins ronds crémeux si grand que la fermeture éclair de son gilet Jonin ne va pas pleinement et laissé une quantité indécente de clivage sur pour le monde de voir, sans parler de la dentelle soutien-gorge noir qui aidait son dos à tenir ses lourds monticules.

L'utilisation d'un rapide Shunshin, Kushina apparu juste à côté de son client. Il se arrêta à mi- diatribe, ses yeux vont légèrement écartés devant un grand sourire ornait son visage, "Oubliez ceci!" Il a rapidement déclaré, en agitant au préposé, "Vous pouvez partir, je suis très heureux avec cette Kunoichi."

Ni l'agent ni Kushina manqué comment ses yeux et sa bouche se régalait et s’arrosait  avidement sur son clivage. "Très bien Guro-sama." Le préposé a répondu en se inclinant vers lui et séparer la partie supérieure de son kimono, son propre clivage apparaissant. Se retournant, elle commença régulièrement à s’éloigner et Kushina ne pouvait pas s’empêcher de remarquer qu'elle boitait perceptible.

Retenue un soupir, Kushina salua le jeune noble, un garçon de plus de 20 ans son cadet, sachant sans doute quand elle sentit le poids lourd sur sa poitrine rebondir vers le bas, qu'il était plus que probable à regarder ses seins, "Je suis Kushina et ce sont mes apprentis fils et fille, Naruto et Natsumi, Guro-sama et je serai votre escorte durant votre voyage ". La mère voluptueuse a déclarée.

Elle se redressa de toute sa hauteur et le trouva en souriant, ce ne était pas un sourire d'amusement ou de bonheur, mais de la luxure pure. "C'est génial." Il hocha la tête, son sourire libidineux s’étirant encore plus loin, "je serai sûr de mettre un kunoichi de votre stature à l'utilisation correcte et vigoureux." La façon dont il l'a dit, il y avait beaucoup plus qu’un gardiennage simple étant implicite.

Kushina ne pouvait s’empêcher de frissonner à la façon dont il regarda son corps, ses intentions perverses claires comme le jour.

 

Le voyage dura une journée entière pendant laquelle ils eurent à endurer les plaintes constantes de leur client mécontent de devoir marcher. Kushina dû utiliser son sex-appeal pour le faire aire, elle se mit devant lui, comptant sur le fait qu’il était un adolescent cornée pour ne pas manquer son string qui dépassait de sa jupe ou ses fesses que sa mini-jupe n’arrivait pas à cacher complétement. Ce fut une réussite, elle put sentir toute la journée les yeux du fils du daimyo brulait un trou au niveau de ses fesses. Lorsque la nuit tomba, ils arrivèrent à leur première étape qui se trouvait un hôtel de luxe avec un restaurant dont les tables étaient séparées par des murs pour préserver l’intimité de leur client riche. Faisant passer le restaurant pour un mini-labyrinthe.

Prenant chacun une table, leur client leurs proposa de payer l’addition et se mit juste en face de la rousse voluptueuse pour cette fois-ci reluquer ses seins débordant de son gilet.

Guro était trop occupé à fixer la déesse plantureuse en face de lui pour avaler la moindre bouché de son écrevisse. Kushina Uzumaki possédait le corps le plus sexy qu’il ait jamais vu, sa taille moyenne donnait un volume absurde à ses courbes, que ce soit ses gigantesque mamelles pleine et ronde qui semblait prête à sauter à tout moment de son gilet de jonin en raison de leur taille démesuré ce qui empêcher au gilet de se fermer complétement, permettant à Guro de voir le bord de son soutien-gorge noir en dentelle, elle avait aussi des fesses dodû qui n’avait de rivale que ses seins tellement elles étaient ronde et bien rempli. Et si cela ne suffisait pas sa mini-jupe noire était trop courte cachant à peine à son aine ou le fait qu’elle portait un porte-jarretelle, lorsqu’il avait marché derrière elle il avait pu apercevoir le haut de son string noir en dentelle qui dépassait. Quant à ses jambes, chacune des personnes qui l’avait accompagné avait pu apprécier ses longues jambes qui semblait interminable et dont les collants noir permettait juste de montrer un peu de sa peau crémeuse et sans tâche au niveau des cuisses. Et pour couronner le tout elle avait un visage d’ange attachait à un corps de succube, Des yeux améthyste avec un nez retroussé et des lèvres pleines sur un visage rond sur lesquelles était apposer un rouge à lèvre rubis, le tout encadrer par des cheveux roux lâcher sur ses épaules et coulant le long de son dos. Ce qui était le clou de la beauté rousse était la bague avec un diamant sur son annulaire à la main droite montrant qu’elle était marié, le fait d’avoir une femme marié priant pour sa bite était toujours un véritable plaisir.

Un serveur approchant pour servir le champagne trébucha en avant renversant les verres sur la femme en face de lui, en plein dans son décolleté plus exactement.

« Mais qu’est-ce que vous foutez !? Vous voulez déshonorer votre établissement en renversant du champagne sur les invités du fils du daimyo?! » Bien qu’il engueulait le serveur, le serveur lui envoya un clin d’œil complice, en effet un verre de champagne était tombé dans le décolleté de la déesse en face de lui. Le fait que le verre à pied rebondit deux fois sur son buste devait forcément être une illusion. De tels seins ne pouvaient pas exister.

« Ce n’est rien Guro-sama, veuillez lui pardonner il n’a pas fait exprès. » Tout en disant ça, Kushina enleva le verre tombé dans son décolleté et qui avait renversé son contenue sur ses seins et son gilet. Tous les hommes dans les environs ne purent la lâcher des yeux lorsqu’elle enfonça sa main entre ses seins. Sa main disparaissant dans la vallée de ses seins, tandis que la chair de ses seins était poussée de côté révélant encore plus de sa peau et de son soutien-gorge fit sentir à Guro que son pantalon était beaucoup trop serré. Tout le monde s’accrochait au bord de la table dans l’espoir d’avoir une vue encore plus alléchante. Son buste brillait et pétillait à la lumière dû au champagne, donnant à sa peau une lueur éthérée à la lumière du restaurant. Lorsqu’elle retira une olive de son clivage, tous ne purent lâcher des yeux l’olive voulant être à sa place. Elle la porta à ses lèvres et les enroula autour de l’olive qui disparut dans sa bouche, retirant ses deux doigts, un mince filet de salive les relier à ses lèvres. Elle replongea ses doigts dansa bouche et se mit à les sucer comme pour savourer le gout de l’olive restant dessus. Le gémissement distinct qui échappa de sa gorge fut si érotique que Guro était sûre que les hommes qui s’étaient levé de table pour fuir la salle venaient de jouir dans leur pantalon. Guro n’était pas loin d’avoir fait pareille, sa bite tremblait dans son pantalon devenue trop serré.

« Je suis vraiment désolé Guro-sama, madame, laisser-moi vous aidez. » Guro pensa que le serveur était plutôt gras lorsqu’il prit une serviette et essuya les seins de Kushina du champagne passant la serviette dessus plus de fois qu’il n’était nécessaire. Guro failli s’étrangler sur l’écrevisse qu’il mangeait lorsque le serveur poussa sa chance et enfonça la serviette avec sa main dans le clivage de Kushina avant d’essuyer vigoureusement ce qui avait coulé dedans faisant son magnifique buste se trémousser énergiquement. Et cette femme ne l’empêcher même pas de profiter de la situation !

« Ce n’est rien, je vous remercie. » A ce moment-là tous les hommes dans la salle maudissaient le serveur pour être aussi chanceux de pouvoir toucher ces deux globes de chair. Mais pour le spectacle mis en place, Guro ne le punirait pas.

« Ah, excusez-moi Guro-sama mais vous pouvez me passer le verre sous la table ? » Guro ne se la fit pas dire deux fois, ce roturier lui donnait l’excuse de regarder en dessous. Mettant la tête sous la table, il fut accueilli par une magnifique vue, Kushina avait les jambes écartés pour lui révélait son string noir en dentelle qui était beaucoup trop transparent et petit pour cacher ce qui était censé l’être. Il pouvait voir les lèvres de sa chatte collait contre le tissus mince et presque déborder sur les côtés. Guro sentit son pantalon à deux doigts d’exploser à cette superbe vue. Cette salope le taquinait sur le but !

« Veuillez m’excuser Guro-sama, je dois allez me changer. » Guro décida d’être lui aussi plus actif. Après la vue qu’elle lui avait offerte, il s’était relevé avec le verre qu’il avait donné au serveur.

« Nonsense ma chère, laissez-moi vous suivre au toilette, vous êtes mon garde du corps après tout. » Kushina lui fit juste un brillant sourire en évitant de dire qu’une bosse était visible sur le devant de son pantalon.

« Vous, apportez lui des vêtements propre ! » Dit-il au serveur ayant renversé le champagne qui obéit aussitôt, trop désireux d’avoir une chance de voir cette déesse dans le plus simple appareil.

« Naruto-chan, Natsuki-chan, gardez la table s’il vous plait. » Naruto et Natsumi hochèrent juste la tête en continuant de manger, ignorant habitué à ce que leurs mère soit une telle allumeuse.

Guro suivit Kushina jusqu’au toilette des femmes et attendit devant la cabine où elle se déshabillait. Il imaginer le corps nu de son garde du corps à travers la porte et que s’il y avait pas ce maudit verrou il aurait une vision du paradis. Il avait toujours eut ce qu’il voulait depuis qu’il était petit, Des jouets, des femmes, toute sortes de frivolités, il avait perdu sa virginité à un jeune âge avec une des servantes. Depuis il collectionnait les femmes, il avait toujours eu une libido élevé, il baisait au minimum une de ses servantes par jours jusqu’à ce que chacune d’elle soit inconsciente, chaque femme qui lui plaisait résisté au début en raison de son jeune âge mais une fois qu’elles avaient gouté à sa bite elle ne pouvait plus s’en passer. Il n’hésitait pas à user de son statut en tant que fils du daimyo pour entrer dans les lits des femmes qu’il désirait, une fois esclaves de sa bite il les transformait en servantes obéissante. Qu’elle soit mère, fille, marié, elles abandonnaient tout pour le servir. Ceci lui donna un gros égo ainsi qu’une grande expérience sexuelle. Et cette mère voluptueuse ne serait pas différente, elle serait le clou de sa collection, il pouvait presque l’imaginer en tenue de femme de ménage. 

De l’autre côté de la porte, Kushina s’amusait, être une mère et marié à l’Hokage n’était pas facile, son temps était occupait à faire son travail, enseigner à ses enfants… mais elle ne regrettait rien, elle avait une bonne vie, des enfants magnifique et talentueux qui l’aimaient. Elle aimait Minato et sa douceur, même après toute ces années elle lui était restait fidèle, elle n’avait connu que lui, il avait pris sa virginité et cela avait été merveilleux. Mais elle trouvait leur vie sexuelle un peu terne. Elle avait lue beaucoup de magazines coquins et avait tout un tas de jouet caché pour expérimenter divers exercices. Actuellement elle se sentait un peu frustré, cela faisait trois mois que ses enfants étaient devenue genin et étaient passé sous sa tutelle. Avec ce surplus de travail et son mari étant occupé ne lui avait pas laissé de temps pour se satisfaire sexuellement. Elle était plus que satisfaisant ainsi que de s’amuser à taquiner les hommes. S’habillait de façon salope était un hobby pour elle, une façon de se divertir et de rire de la réaction des hommes. Voir leurs pantalon devenir serrer et leurs yeux errer sur son corps, particulièrement au niveau des seins et de ses fesses était amusant. Et leur faire comprendre qu’ils ne pourraient jamais l’avoir était magique. Elle avait été une farceuse hors-pair dans sa jeunesse et même après son mariage avec Minato elle avait continué lui permettant de se libérer de son stress. Minato n’était pas du tout offensé, au contraire il trouvait amusant de savoir que ça femme était désiré et qu’elle jouait des farces comme ceci. Beaucoup de kunoichi s’habiller de façon obscène pour distraire leur ennemis. Les regards de désespoir de ses victimes tandis qu’elle les laissait avec des boules bleus ensoleiller sa journée. Là, elle dû avouer qu’elle était particulièrement coquine, le serveur et Guro aussi.

Cela l’avait beaucoup amusé lorsque le serveur avait osé plonger sa main dans son décolleté, il était rare de trouver des hommes ayant les couilles de faire ça à une kunoichi alors elle l’avait laissé toucher ses seins parfaitement conscient qu’il avait planifié cette incident. Et elle avait était encore plus surpris lorsqu’elle avait vue Guro baisser sa tête sous la table, même si elle savait qu’il la désirait, elle ne pensait pas qu’il irait à de telle extrémité. Une petit récompense pour cette enfant avait été stimulante, en écartant les jambes pour lui donner une bonne vue de sa chatte au travers de son string transparent lui avait presque fait mouillait son string. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été aussi excitée de jouer avec des hommes. Et il n’y avait pas de mal à jouer avec l’enfant, il se prenait pour un grand, elle pouvait bien lui laisser un bon souvenir de leur voyage et lui donner du matériau pour se masturber lorsqu’il sera plus grand. Après tout chaque enfant avait un coup de cœur quand ils étaient jeunes. Soudain elle fut prise d’une terrible idée, ses lèvres s’étirèrent dans un sourire démoniaque. Elle était d’humeur farceuse ce soir.

« Le serveur en met du temps. » Pensa-t-il, c’est à ce moments-là qu’il entendit des bruits étrange derrière la porte, collant son oreille contre la porte Guro failli tomber à la renverse lorsqu’il comprit ce qu’était ces bruits.

« Hummmm, ahhhh, ouuuui. » Des murmures traversaient la porte ne laissant aucun doute sur ce qu’il se passer à travers la porte.

« Fuck, là c’est trop. » Sur ces pensées, Guro sortit sa bite de son pantalon et commença à se masturbait frénétiquement au rythme de la MILF  de l’autre côté de la porte.

Kushina gémit comme elle caressa son clitoris à travers le matériau mince de sa culotte qui devenait progressivement plus humide avec l’aide de sa fidèle main droite. Rien que l’idée de savoir qu’elle était écoutée et que le gamin se branlait derrière cette porte était un puissant stimulant pour son cops qui brulait littéralement d’excitation. Sa respiration devint erratique lorsqu’elle entendit le son d’une braguette se déboutonnant et le son distinct d’un homme se branlant. Souriante, elle décida de caresser son clitoris plus vite en sentant le plaisir s’écraser par vague sur son corps. Le sentiment du nylon de son string frottant contre sa vulve était extraordinaire. Elle ne savait qu’un morceau de tissus séparant ses doigts de sa chatte pouvait décupler les sensations de plaisir qu’elle éprouvait à ce point. Elle n’avait jamais fait ça et aux sensations de plaisir coupable qui traversait son clitoris était exigeant pour qu’elle répète ceci dans le futur.

« hummmm, oui, oui, plus vite, plus fort. » Elle failli presque crier en sentant son excitation monter de plus en haut lorsqu’elle entendit des grognements de l’autre côté de la porte.

« Ouuuuuiiiiii ! » Le cri lui échappa lorsqu’elle sentit un des meilleurs orgasmes qu’elle ait jamais eut traversé son corps. Elle porta immédiatement sa main gauche à sa bouche, honteuse de s’être laisser aller comme ça. Elle devait simuler au début mais il semble qu’elle était plus cornée qu’elle ne le pensait, enfin cela prenait soin de son problème de la journée. Bien qu’elle se demandait comment simplement se masturbait avec un public lui donnait un meilleur orgasme que de faire l’amour à son mari.

Relevant sa main elle vit avec stupéfaction qu’elle était complétement trempe de son jus, cela n’était jamais arrivé ! Elle avait été aussi excité que ça ? Et au vu du silence de l’autre côté de la porte il avait joui aussi. Elle espère qu’il avait aimé ce qu’elle lui avait laissé entendre.

Prenant du papier toilette pour s’essuyer la main, elle commença ensuite à se déshabiller, enlevant son gilet et son soutien-gorge humide libérant ses seins.

« Madame, j’ai apporté une chemise de rechange. »

« Merci. » Déverrouillant la porte, elle tendit la main à travers la l’ouverture sans laisser aux hommes une chance de voir ce qu’il désirait. Se saisissant de la chemise elle la tira à l’intérieur. Kushina se rendit compte que durant son amusement elle avait inondé sa culotte de son jus, l’enlevant elle vit que son string était devenue trempe, elle grimaça à ceci. Passé le reste de la soirée en portant la culotte sale n’était pas une excellente idée, ni très confortable. Prenant des mouchoirs, elle s’essuya son pubis et ses cuisses humide de son jus. Une illumination se fit, le sourire de Kushina ressembla au chat qui venait d’avaler le canari, elle était vraiment une mauvaise fille ce soir. Jetant un coup d’œil sur la veste, elle se dit qu’elle aimait vraiment ce serveur.

Guro et le serveur trépignait d’impatience de voir la mère sortir, il avait vu la veste que le serveur avait apporté et ne pouvait pas attendre de voir Kushina la portait. Lorsque la porte s’ouvrit ils eurent le souffle coupé. La chemise que lui avait passée le serveur était beaucoup trop petit pour contenir ses immenses mamelles. La chemise blanche était à peine boutonné, ses seins remplissait tellement la chemise qu’ils crurent qu’ils allaient sortir au moindre mouvement brusque. Ils avaient une pleine vue de ses seins parfaitement rond, laissant leur regard erraient sur sa peau laiteuse avant de descendre au bord de la chemise qui semblait que les boutons étaient prêt à sauter. Malgré s’être masturbait il y a même pas une minute, Guro sentit sa bite revenir au garde à vous, il pouvait voir le moindre aperçu de rose de ses auréoles, juste le bord, elle ne portait pas de soutien-gorge ! Cette révélation fit baver les deux hommes qui buvaient littéralement le corps divin en face d’eux. Encore plus quand ils purent voir deux petites choses qui se démarquaient à travers la chemise. Et pour terminer le tout, elle n’avait même pas pris la peine de boutonner les premiers boutons dévoilant une partie de son estomac tonique.

Guro dévorait la femme en face de lui, il devait tout faire pour ne pas la violait sur place en enfonçant son bâton de viande entre ses monticules céleste. D’un geste synchroniser le serveur et lui essuyèrent la bave qui avait coulé sur leur menton.

Passant à côté d’eux, Kushina se dirigea vers le miroir, elle devait remercier le serveur, leurs regards étaient inestimable. Regardant son reflet, elle trouva que pour une femme de 36 ans et ayant eus deux enfants, elle avait encore son corps de 20 ans grâce à sa vitalité Uzumaki. Ses seins ne montraient aucun signe d’affaissement ni aucune vergeture au niveau de son ventre après avoir donné naissance, elle était l’incarnation de la MILF parfaite. Voyant que les deux hommes la regardaient dans son reflet, elle décida de continuer à s’amuser. Cette soirée était passionnante.

Elle prit chacun de ses seins dans une de ses mains et fit semblant de les soupeser en les soulevant et les pressant, révélant encore plus de ses auréoles. Puis les souleva le plus possible jusqu’à ce qu’elle les mit au niveau de sa bouche avant de les lâcher.

Guro regarda dans le miroir Kushina jouait avec ses seins sans aucune honte du fait qu’elle faisait ça en ayant deux hommes la regardé. Et lorsqu’elle fit tomber ses seins, ils rebondirent douze fois durant 11,2 secondes, ces 11,2 secondes furent graver dans sa mémoire. Le rebondissement de ces deux montagnes joua avec son calme, sa bite menacée de sortir de son pantalon. Il pouvait entendre le serveur faisant de l’hyperventilation juste à côté de lui. Durant ces 11,2 secondes, ils virent les tétons qui pointaient à travers la chemise presque sortir, priant qu’ils sortent et révèle entièrement ces mamelles à leurs yeux gourmands.

Kushina fut légèrement déçu, le serveur était presque prêt mais Guro resté calme malgré ses actions. Décidant de donner le coup de grâce avant de revenir dans la salle, elle se pencha faisant mine de vérifier son rouge à lèvre.

Lorsqu’elle se pencha en avant Guro eut une des plus belle vue de la soirée, sa jupe remonta permettant à sa croupe de ressortir, ils purent voir l’aperçut des deux globes serrer et charnue, il vu le serveur se pencher légèrement avant de donner un souffle final, son pantalon devient immédiatement humide. Guro se posa la question de ce qui avait brisé le sang-froid du serveur et se pencha aussi. Il sentit immédiatement sa bite presque exploser son pantalon et peindre ce cul parfait de son sperme. Cette salope ne portait pas son string, elle avait dû l’enlever dans les toilettes. Peu importe dans quelle angle il se mettait il n’arrivait pas à avoir un aperçu de ses partie les plus importante, les joues de ses fesses et ses jambes serrer empêcher de révéler sa fleur mais laissant bien comprendre qu’elle ne portait rien sous sa micro-jupe. Jamais dans sa vie l’autocontrôle de Guro ne fut ainsi pousser à bout, il avait une envie bestiale de la prendre, de l’asseoir sur l’évier et de plonger sa bite dans ses pétales accueillante pour délivrer une charge phénoménale de sperme dans son ventre.

« Il y a problème ? Votre pantalon est trempe. » Le ton innocent qu’elle prit pourrait aussi bien être celui d’une salope que l’effet sur les deux hommes auraient été exactement pareil.

« Non, non il n’y a aucun problème madame, je me suis juste renverser de l’eau ! »

« Ah bon ? Pourtant tout à l’heure vous étiez sec. Vous avez besoin d’aide pour vous nettoyer ? » A ce moment-là Guro eu envie de lui dire qu’ils avaient besoin d’aide pour nettoyer leur bite mais se retient, à peine.

« Non c’est bon, je vous remercie madame. » Kushina décida de ne pas trop pousser, elle avait déjà fait beaucoup plus de taquinerie que d’habitude. Elle sortit de la salle mais pas avant de donner son soutien-gorge au serveur caché dans son gilet. Elle lui donna un clin d’œil coquin lorsqu’il vu la lanière noire dépassait et son sourire laissa à penser qu’il avait reçu un cadeau de noël en avance. Sortant des toilettes elle espéra que Guro avait reçu son cadeau.

Lorsque Guro la vit sortir avec le serveur, il sorti de sa transe et remarqua que sa poche contenait quelque chose. Mettant la main dans sa poche, il sentit sa main toucher du tissus humide, le prenant il la sortit de sa poche pour voir ce que c’était. Il dut physiquement se retenir de jouir ignorant la douleur que cela lui procurait en voyant le string transparent de Kushina, humide de sa mouille. Reniflant le parfum divin provenant d’elle, il sentit excité comme jamais lorsqu’il sentit la chaleur dégager par le string. Savoir qu’elle l’avait porté et s’était masturbait avec le poussa dans des fantasmes très chaud de ce qu’il ferait avec sa garde du corps sexy. Il ne savait pas quand elle l’avait faufilé dans sa poche mais il compter le garder comme trophée lorsqu’il l’aurait effectué une punition bien approfondi sur elle. Remettant son cadeau dans sa poche, il suivit les deux autres.

Kushina sourit intérieurement lorsqu’elle vu les bouche ouverte des hommes autour d’elle à son nouveau look, elle s’assura qu’à chaque pas elle mettait une légère torsion de sa poitrine entrainant ses seins à se balancer de droite à gauche telle une horloge. Ses gigantesques et lourdes orbe de chair essayant tant bien que mal de se libérer du tissu les tenants emprisonné. Elle eut peur qu’elle avait eu les yeux plus gros que le ventre, sur les 20 mètres qui la séparait de la porte des toilettes elle dut plus d’une fois réajusté sa chemise pour éviter à ses mamelles de s’échapper. Mais presque arriver à la table un serveur la heurta, Prit par surprise Kushina tomba directement sur ses fesses absorbant facilement l’impact.

Malheureusement, elle était tombée les genoux écartés donnant une vue pleine à la table en face d’elle de sa vulve humide sans porter son string, et les rebonds désordonnés que subir ses seins fut suffisant pour qu’il saute littéralement dire bonjour à la majorité de la salle. Sa vulve étant montré et ses mamelles potelé à l’air libre avec des mamelons dur pointant vers son public semblèrent attirer tous les regards des lions qui avait aperçu la scène la firent rougir de honte, sa situation ressemblait celle d’un morceau de viande autour de bête affamés. Elle ne s’attendait pas à cela, mais elle sentit sa chatte croitre de plus en plus humide à sa situation,  elle entendit le serveur s’excuser avant l’aider à se relever en passant ses mains sous bras mais posa ses mains sur ses monticules, pendant qu’il l’aidait à la relever en tirant sur ses seins. Durant qu’il l’aidait à se relever, elle sentit ses seins compresser dans ses paumes la chair qu’il avait saisi pour se faire une bonne idée de ses seins. Elle failli laisser échapper un véritable gémissement de plaisir non simulé comme toute à l’heure.

Se relevant rapidement elle remercia le serveur. « Je vous remercie de votre aide mais vous pouvez lâcher maintenant. » Elle était gêner, c’était la deuxième fois qu’elle laissait avoir un homme caresser ses seins ce soir. Sentant une dernière compression rapide de ses seins, elle le vu les relâcher avec réticence. Elle prit ses seins en mains et les replongea de force dans sa chemise trop serré. Ce fut un échec, ses seins sautèrent directement hors de sa chemise voulant se mettre en spectacle devant tous les hommes ici présent, une quinzaine en comptant les serveurs qui s‘étaient arrêté et profiter de la vue. Rebondissant quelques fois, Kushina se sentit rougir de sa nudité et de sa situation gênante, sa poitrine refuser d’être à nouveau emprisonnée dans ce maigre morceau de tissus.

« Vous permettez madame ? » Le serveur qui l’avait renversé essayait de garder un visage blanc mais Kushina pouvait dire qu’il avait hâte de le faire. Kushina hocha la tête, prit entre son envie de paniquait et juste faire le tour du restaurant comme ceci. Le serveur se mit en face d’elle et termina de déboutonner sa chemise, laissant son buste et son ventre totalement nue.

« Vous permettez ? » Ce demandant pourquoi il demandait la permission elle hocha la tête. Elle failli rire de son culots, il avait posé ses mains de chaque côtés de sa poitrine dénudé et les poussa ensemble. Son courage ou sa folie ne connaissait aucune limite, avec ses pouces il alla chercher ses mamelons qu’il fourra plusieurs fois, les pressant et jouant avec. L’excitation de faire ceci en public fut trop pour Kushina, un gémissement sortit de sa gorge évoquant à toute l’assistance le plaisir qu’elle ressentait à se faire triturer les mamelons en publics. Tandis que le serveur profitait allégrement de broyer ses seins ensemble, elle commença à reboutonner sa chemise en partant du bas lentement, profitant du massage de sa poitrine et du sentiment de ses mamelons étant écraser. Une fois qu’elle arriva au niveau de sa poitrine, le serveur avait poussé ses seins ensemble suffisamment pour qu’il rentre de nouveau dans la chemise.

Le serveur lâcha ses seins à contrecœur laissant Kushina incroyablement excité de ses actions. Décidant que vu ce qui c’était passer il ne pouvait pas faire de mal d’ajouter un petit bonus supplémentaire pour ses voyeurs au vu de leurs courages.

« Excusez-moi, je peux emprunter votre serviette ? » Le serveur hocha rapidement la tête avec un sourire pervers en parfaite combinaison avec tous les clients et serveur autour d’elle qui attendait avec impatience ce qu’allait faire la déesse au milieu d’eux qui leur donnerait des rêves humide pour le reste de leurs vie. Soulevant sa mini-jupe, cette fois elle donna un bon regard à tous les hommes de sa vulve devenue incroyablement humide, c’était la première fois qu’elle était aussi humide, ses cuisses brillaient de son jus et des gouttes de sa cyprine apparaissaient au niveau de sa vulve. Une goutte particulièrement importante, grosse comme une perle posait sur son clitoris gonflé. Le souffle de tous les hommes aux alentours s’arrêta lorsque la goutte s’effondra sous son propre poids, tombante par terre, rejoignant ses sœurs sur le plancher. Prenant en main la serviette elle tamponna son vagin et ses cuisses pour absorber sa cyprine, prenant bien son temps et tapotant plusieurs fois pour vérifier que c’était bien sec en laissant tout le monde profitait de la vue durant plusieurs secondes qui leur parurent interminables tellement aucun d’entre eux ne voulaient qu’elles finissent.

Une fois ceci fait elle se dirigea enfin vers sa table. A peine le dos tourner un grand ‘smack’ retentit aux alentours la faisant glapir de surprise à l’intensité de la fessée qu’elle venait de recevoir. Elle sentit sa fesse droite bruler et être envoyé droit sur son autre fesse la heurtant avec suffisamment de force pour la déplacer aussi. La force derrière la fessée fit ses fesses se balançait de droite à gauche exactement trois fois durant environ cinq seconde laissant bouche-bée les hommes qui se cramponnait à leur table. Kushina s’arrêta regardant en arrière elle vue le serveur faire l’innocent. Soulevant sa jupe sans égard pour une quelconque norme qui s’appelait la pudeur et tournant sa tête elle put voir une empreinte d’une main qui semblait marqué au fer rouge dans sa chair sur le côté de sa fesse. Reprenant sa marche tranquillement sans oublier de souffler un baiser au serveur et aux hommes auxquelles elle avait offert un spectacle. Hommes qui d’ailleurs avaient tous une tache humide devant leur pantalon. Elle savait que la seul raison pour laquelle ils ne l’avaient pas attraper et épingler à la table pour la baiser jusqu’elle s’évanouisse était le bandeau l’identifiant comme une kunoichi. Elle était intouchable lui laissant une grande marge de manœuvre pour s’amuser.

Faisant comme si de rien n’était, elle pouvait sentir les yeux suivant chacun de ses pas jusqu’à sa table la convoitant. Elle pouvait entendre les chuchotements la désignant comme une salope exhibitionniste. Elle remercia le ciel que ses enfants n’eurent pas vu le spectacle d’exhibitionnisme de leur mère. Ils savaient ses tendances audacieuses envers les autres hommes mais étaient confiant en elle pour ne pas tromper leur père. Comment avait-elle laissé les choses dégénérer aussi loin ? D’habitude elle aurait giflée le serveur avec assez de force pour l’assommer, mais pas là. La réponse à cela était simple, son stress avait atteint des niveaux sans précédent. S’occuper de ses enfants qui étaient maintenant ses apprentis vingt-quatre heures sur vingt-quatre et le fait de ne voir que très peu son mari occuper par ses fonctions d’Hokage était une véritable torture pour elle. Elle aimait ses enfants mais ils étaient intenables. Les farces, les taquineries, s’exhiber avait toujours était un bon exutoire à tout son stress, et là il avait atteint un telle niveau que la scène provoquer par le serveur avait été une véritable libération. Elle avait été incapable de faire autre chose que de provoquer les hommes. Elle se sentait beaucoup mieux après ceci, son dos se sentait moins tendû, ses idées dérivé moins vers son mari absent de la maison, l’insolence de Naruto ou le fait que Natsumi restait encore dans ses jupes malgré son âge. Cette combinaison de facteurs avait un mis un stress terrible sur elle qui l’avait stimulée à effectuer ces actions obscène. Et autant qu’elle voulait éviter de montrer ses parties intimes à d’autres hommes que son mari, si le faire lui permettait de se détendre comme ça… elle ne savait pas si l’exploit se répéterait si son stress atteignait de nouveau sommet.

Allant se remettre à côté de Natsumi, qui ne s’étonna pas de la chemise beaucoup trop serré  de sa mère elle vit Guro se mettre devant une minute plus tard elle avec un regard de bêtes affamé,  dirigé non pas vers la nourriture dans son assiette, mais plutôt vers elle, lui tirant des frissons. Elle remercia Kami qu’il était encore dans les toilettes tout à l’heure, sinon elle n’imaginait pas ce qui se serait passé s’il avait eu une vue de ses actions. Plusieurs fois durant le repas il fit semblant de tomber quelques choses par terre étonnant ses enfants, mais à chaque fois elle garder ses jambes serrer ou les croiser. Ce petit jeu entre eux la surprise par l’intensité des émotions que cela évoqua en elle.

Guro sentit sa bite presque craqué son pantalon avec la plus grande et sexy salope qu’il ait jamais vu en face de lui. Elle semblait croire qu’il ne l’avait pas vu s’exhiber devant ces vieux pervers. Malheureusement, il se trouvait juste derrière elle, ne permettant pas à ses prunelles de capturer la vue de ses plus beaux atouts. Il aurait le serveur fouetté pour toucher ce qui était légitimement sien, on peut observer mais pas toucher. Il avait autorisé l’autre serveur à le faire parce que la compensation était des plus alléchantes.

Tout le long du repas il ne put s’empêcher de la fixer manger. Plusieurs fois il avait tenté de voir sa chatte mais ses efforts furent vains. Il en fut réduit à essayer de calmer son érection en l’observant manger le chocolat. Chaque cuillère de glace aux chocolat elle faisait un gémissement exagérer, laissant exprès du chocolat au coin de ses lèvres qu’elle allait chercher avec sa langue le laissant dans un état intenable.

À la fin du repas Kushina eut honte de dire qu’elle avait laissé l’endroit où elle avait été assise très humide. Ce petit passage exhibitionniste avait été très plaisant, elle se nota de le faire plus souvent à l’avenir si cela la détendait comme ça. Plusieurs des nœuds qui s’étaient formé dans son dos s’étaient détendus la laissant se sentir véritablement bien depuis au moins trois mois. Et le jeune enfant semblait bouillant d’avoir perdu l’occasion de voir son trésor, il avait eu l’air constipé à la fin du repas tellement elle l’avait tourmentée.

 

Après un bon repas, Guro décida de se diriger vers l’onsen de l’hôtel pour profiter du calme et maudissant cette salope pour lui avoir refusé de voir sa chatte. C’était son garde du corps, il avait payé pour elle, le moins qu’elle puisse faire était d’écarter les jambes pour lui, il allait la faire ramper à ses pieds mendiant pour sa bite, il le jura.

Se déshabillant et enroulant une serviette autour de sa taille, il entra dans l’onsen camouflé par la vapeur. Il semblait vide, parfait, il détestait partager, plongeant dans l’eau chaude, il soupira en sentant son corps se détendre et les boules bleues que cette femme lui avait donné commencer à disparaitre.

« Pour qui elle se prend d’oser faire ça à moi, je suis le fils du Daimyo, elle devrait adorer le sol où je marche. » Grommela-t-il.

« Il y a quelqu’un ? » Guro arrêta immédiatement ses rodomontades lorsqu’il entendit une voix reconnaissable en provenance du bain. Il ignorait que c’était un bain mixte, mais il était très heureux que ce soit le cas. Cherchant du regard à travers la vapeur il trouva bien vite sa cible, calmant sa respiration et mettant son meilleur masque de politesse il l’appela.

« C’est moi Kushina-san, j’espère que je ne vous dérange pas ? »

« Oh, vous êtes plutôt gras Guro-sama. Courir après une femme mariée jusque dans son bain. »

«  Veuillez m’excusez, je ne pensais pas à mal. J’ignorai que c’était le bain des femmes. Cela vous dérange si je reste ici ? Le voyage fut rude et je suis plutôt fatigué donc j’aimerais pouvoir me détendre avant d’aller me coucher si ma compagnie ne vous opportune pas. » Dit oui, dit oui. Il doutait qu’une telle occasion se représente, mais il ne devait pas aller trop vite. Il allait lentement la piéger en jouant sur son penchant pour le taquiner jusqu’à ce qu’elle se retrouve coincé. De plus, elle venait de s’annoncer comme une femme marié montrant qu’elle n’était pas veuve, baiser une femme marié avait toujours une certaine saveur, surtout lorsqu’elles en redemandaient. Il avait déjà compris qu’elle n’était pas du genre à tromper son mari, sinon elle aurait pris les multiples invitations des hommes dans l’hôtel. Ceci rendait sa conquête d’autant plus gratifiante. Et contrairement à tout à l’heure il était prêt, il serait résistant à ses taquineries pour pouvoir mieux la piéger.

« Non, non pas du tout je jouirai bien volontiers de votre compagnie Guro-sama. » Kushina avait du mal à croire l’enfant. Mais pour elle c’était juste un jeu, dans quelques années il se masturbera en pensant encore à elle. C’était un petit hobby qu’elle avait développé en grandissant, lorsqu’elle avait grandi ses courbes s’était très vite développer et elle avait remarqué le regard des hommes. Il n’avait pas fallu longtemps qu’elle l’intègre à ses farces, taquiner les hommes était un sentiment très plaisant. La sensation de s’exposer était sensationnelle, elle avait eu quelques hommes ayant des avances un peu trop pousser mais elle leur avait rappelé pourquoi on la surnommait ‘la mort rouge’. Bien que dans cette situation elle était un peu trop exposé pour son aise, sa serviette était sur un rocher à côté d’elle donc elle se dit que cela pouvait aller.

« Alors vous êtes une des kunoichi les plus forte de Konoha ? » Il avait toujours rêvé d’avoir une kunoichi dans son harem, et avoir une femme forte à l’écoute de chacun de ses ordres et désir était un fantasme qu’il espérait réaliser ce soir. Il avait entendu les rumeurs que les kunoichi étaient magnifique et cette femme ne rendait pas justice à ces rumeurs, elle était au-delà de magnifique. Il était venu à Konoha pour voir si ces rumeurs étaient vraies, le voyage devait prendre presque un an en faisant le tour des nations élémentaires. Il avait utilisé l’excuse qu’il devait voir le monde et acquérir de l’expérience, mais c’était juste une excuse pour s’amuser et rencontrer de nouveaux trophées pour sa collection. Et là il avait déjà au moins le clou de sa collection qu’il s’apprêtait à recueillir.

« Oui, je suis considéré comme la kunoichi la plus forte dans Konoha, on m’a même surnommé ‘la mort rouge’, dattebane ! » Oups, son excitation avait fait ressurgir son tic verbal, elle rougit de honte en l’entendant rire doucement.

« Dattebane, hein ? C’est un tic mignon. » Mettre en confiance la proie en premier. « Mais Uzumaki… ce n’était pas un clan ? »

« Si on n’était un des clans les plus puissant au côté des Uchiha et Senju, mais à ma connaissance, moi et mes enfants en sont les derniers représentants. » Guro sentit la tristesse s’infiltré dans sa voix à la fin. Un clan puissant ? Il serait dommage de ne pas le repeupler si de telle beauté comme elle et sa fille en sortait. Et il semblerait que son mari ne soit pas volontaire si une beauté comme elle n’avait qu’une paire d’enfants. Qu’elle qu’il soit il était sûr qu’il était bien supérieur à son mari. Il ferait crier à femme le sien de nom pendant qu’il enfoncerait son bâton de viande dans sa chatte.

« Bien sûr, vous savez je pourrais toucher deux mots à mon père à propos de votre situation, je suis sûr qu’il compatirait à votre situation. » Il ferait plutôt en sorte que Kushina devienne une de ses concubines connaissant son père, mais parlez de ça lui ferait gagner de bon points avec elle.

« Je vous remercie Guro-sama, au fait j’espère que mon fils ne vous dérange pas trop ? Il a tendance à ne pas aimer les nobles. » Guro failli grimacer à ceci, heureusement son glissement fut cacher par la vapeur. La vengeance est un plat qui se mange chaud, durant tout le voyage il avait dû supporter ce roturier arrogant, malpoli et désagréable. La satisfaction de savoir qu’il allait baiser sa mère et la transformer en son esclave sexuel valait cette infamie. Lui supportait un gamin aussi pu respectueux de ces supérieurs ? Il savourerait le moment où il baiserait sa mère et sa sœur devant son visage.

« Non ce n’est rien, il est difficile de socialiser avec des enfants de mon âge vous comprenez. Ils sont souvent jaloux de mon statut. » Comme s’il voulait socialiser avec des cloportes, la seul chose qui l’intéressait était d’avoir de belle femmes dans sa collection dont il pouvait user à tout moment.

« Oh, je suis désolé. C’est triste pour un enfant de votre âge pour connaitre la solitude. » Kushina se sentait véritablement désolé pour lui. Un enfant devait se faire des amis, Naruto avait toujours eu des amis pour fuir la solitude d’être un jinchûriki. Peut-être qu’elle pouvait être un peu plus audacieuse avec lui ? Ça lui laissera de bons souvenirs au moins. Elle avait compris qu’il était un gosse pervers, arrogant, gâté… mais cela devait surtout venir de sa solitude. Elle décida qu’elle allait s’assurer qu’il s’amuse durant ce voyage !

« Ne soyez pas triste pour moi, j’ai au moins mes serviteurs pour me tenir compagnie. » Il évitait bien de mentionner que c’était toute des femmes consacré à sa bite. Il avait établi un lien, maintenant il était temps d’être un peu plus audacieux. Tout allait parfaitement se dérouler, elle était tombée dans le piège, elle compatissait avec lui la rendant facilement manipulable.

« Je suppose… » Soudain la vapeur se déplaça suffisamment pour lui permettre de le voir. Il était à même pas 5 mètres d’elle, adossé à un rocher à moitié immergé dans l’eau avec sa serviette à côté de lui. Il avait peut-être 14 ans mais il avait un corps bien ciselé et bien musclé. Elle pouvait voir ses abdos bien défini, c’était plus un corps de shinobi que de civil.

Guro put enfin voir Kushina, elle était au milieu de l’onsen, l’eau arrivant jusqua son cou ses cheveux roux, flottant autour d’elle. Sa peau laiteuse reflétait la lueur de la lune lui donnant l’apparence d’une nymphe. Guro dû se mordre la langue pour s’empêcher de se lécher les lèvres à la délicieuse vue. Mais il remarqua qu’elle le fixé, retenant un sourire arrogant en voyant qu’elle était intéressée il lui lança. «  Kushina-san auriez-vous des vue sur votre client ? Et moi qui penser que vous étiez une mère et femme respectable. »

« Non je suis juste surpris de voir un corps aussi sexy sur un civil. » Elle taquina, elle disait vrai, seul les shinobi avait eu un corps aussi parfaitement musclé.

« Oh ? Ça, c’est juste que j’effectue beaucoup de sport pour me maintenir en forme, natation, escrime… » Et ça lui avait permis de développer une endurance de dieu, très utile lorsqu’il voulait transformer une de ses conquêtes en chienne.

« Je commence à avoir chaud, nous devrions sortir Guro-sama. » Kushina avait décidé de lui donner quelques gâteries pour lui remonter le moral. Et quoi de mieux pour un adolescent hormonal que de lui donner quelques images du corps voluptueux de son garde du corps ?

« C’est une bonne idée, demain nous avons encore de la route à faire. » Entre-temps il allait créer une empreinte de son cul dans son lit. Il l’a vu sortir de l’eau, lui tournant le dos. Ses cheveux roux collant à sa peau tandis qu’il avait une vue pleine de sa généreuse croupe. Il put voir l’eau coulant le long dans son dos, atteignant son coccyx avant de disparaitre entre les deux masses de chair. A sa grande déception elle prit sa serviette qu’elle enroula autour de sa poitrine. Sa poitrine était tellement large que la serviette ne descendait que jusqu’à son aine. A chacun de ses pas, les mouvements de sa serviette menaçaient de révéler sa féminité.

« Guro-sama, j’ai besoin d’aide pour laver mon dos et mes cheveux, me feriez-vous l’honneur de me les laver ? » A cette question Guro failli hurler de joie, son plan marcher encore mieux que prévu. Si elle lui demander de l’aidez à la laver c’était qu’elle lui faisait confiance, et il pourrait certainement voir enfin pleinement ce corps divin. Mettant sa serviette, il la rejoint aux robinets. Il la vue assit sur un petit tabouret complétement nue, se savonnant, sa croupe débordant des côtés du tabouret. Prenant un tabouret lui-même, il se plaça derrière et prit ses cheveux en main et mettant du shampoing dans ses mains il commença à les laver.

« Vous aimez ce que vous voyez Guro-sama ? » Kushina posait cette question pour lui donner le feu vert de voir un peu plus de son corps.

« J’ai vu des femmes plus sexy que vous Kushina-san, beaucoup ont offert leurs corps à moi dans un effort d’augmenter leurs statut dans la société. » Le plan était déjà en marche, le filet tissé et elle allait lentement s’empêtrer dedans jusqu’à devenir sienne. Et à la fin de la soirée elle gémirait son nom, imaginait ces lèvres rouge charnue dont s’échapperait son nom ou autour de sa bite était insuffisant, il voulait passer du fantasme à la réalité. Et cette réalité se rapprochait de plus en plus à mesure que les défenses de cette femme marié s’écrouler.

Kushina sentit sa fierté piquer, elle était un des morceaux de cul les plus chauds de Konoha et elle le savait bien. Elle doutait vraiment que des civils pouvez se vantait du même genre de corps qu’elle. « Mais je doute qu’ils aient des fesses et des seins aussi parfait que les miens. » Elle avait sa fierté de femme la plus sexy de Konoha.

« Ces morceaux de chair flétrit ? Allez Kushina-san soyez réaliste, vous avez eus deux enfants et vous n’êtes certainement plus toute jeune. Bientôt vous aurez des rides et des cheveux blancs, je peux avoir des femmes bien plus jeune et sexy que vous qui mendieraient à genoux pour ma grosse bite. » Son sourire menaça de diviser son visage en deux. Il s’était lever et avait commencé à masser le crane de la rousse plantureuse sous lui. Dans cette position il avait une vue plongeante parfaite de ses seins. À son grand damne, ses mamelons ne lui étaient toujours pas révélés, de la mousse couvrait juste ses auréoles et ses mamelons. Mais la vue de la mousse blanche courant le long de ses seins étaient un spectacle intéressant. Les voir glissaient du haut de ses seins suivant ses courbes avant de disparaitre dans son gigantesque clivage était une des vues qu’il garderait en mémoire. Il était sûr qu’elle était là sur le but. Il décida alors de lui donner un massage crânien qui la fera fondre sous ses doigts pour continuer son plan et calmer sa possible colère.

Kushina ouvrit la bouche au culot de la réponse du gosse. Et son sourcils tiqua incontrôlable. Elle, vieille ? Ses courbes dont elle était si fière flétris ? Elle était dans la fleur de l’âge et son corps était suffisamment sexy pour donner aux hommes un anévrisme si elle se dénudait devant eux ainsi que de vidait leur balle sur son corps ! Qui était ce gosse pour osait dire ça ? Il se croyait être Kami ? Comme si un gamin vierge pouvait avoir une plus grosse bite que son bien-aimé mari ! Sa colère fut immédiatement calmer par une sensation céleste qui émanait de son crâne. Les doigts agiles de Guro massaient de façon experte son cuir chevelu. Dansant sur sa tête et appuyant à tous les bons endroits lui tirant un soupir de plaisir.

Kushina se remit rapidement des railleries, gosse de Daimyo ou pas, elle allait lui faire regretter ces actions. Elle allait lui donner le pire cas de boule bleue que le monde n’ait jamais vu à ce petit vierge prétentieux.  Elle s’assurerait qu’à la fin de la soirée il agisse comme un petit chien désireux et capable de tout pour voir ses merveilleuses formes ! Lorsqu’il eut terminé de laver ses cheveux et se fut rassit, elle saisit chacune de ses mains et les amena directement sous ses seins, le rapprochant d’elle.

Guro failli tomber à la renverse lorsque Kushina le rapprocha d’elle et prit ses mains pour les poser sous ses seins, il dut avancer son tabouret pour se mettre en place. Leur corps était juste séparer par sa serviette, il pouvait sentir sa douce croupe appuyer contre sa bite le mettant à l’épreuve. Du calme, du calme, il avait besoin de tout son self-control. S’il bandait maintenant elle gagnait, il allait devoir faire des efforts surhumains pour la dompter et profitait de sa juteuse chatte. Prenant bien main la houle de ses orbes, il prit bien conscience de la taille et du poids de ses mamelles.

« Putain de merde ! Ils débordent littéralement de mes mains ! » Il dut penser aux choses les plus horrible pour s’empêcher d’avoir une érection pointant contre le dos de cette beauté rousse. Ses mains débordaient de chair, incapable de saisir tout l’orbe reposant dans ses paumes. Il pouvait à peine les sentir s’affaissait. Ses seins semblaient lourds en main aussi. Il joua avec, le soulevant en même temps, l’un après l’autre profitant de la douceur de sa peau. Les serrant il s’émerveilla de la texture de ses seins qui était incroyablement ferme. Il ne pouvait pas attendre d’enterrer sa bite entre eux et de les recouvrir de son sperme ! Des seins de putain comme ça ne méritaient que ça !

« Alors Guro-sama, qu’est-ce que vous pensez de ces orbes charnue ? Aimer vous les toucher, voulez-vous les pétrir ? » Elle ronronnait littéralement à la fin de la phrase laissant imaginer toute les merveilleux qu’il pouvait avoir accès s’il disait o… Non ! Il pouvait avoir encore mieux s’il suivait son plan, il l’aurait mendiante pour sa bite, pas le contraire !

« Hum oui, ils sont pas trop mal. » Pas trop mal ?! Kushina était particulièrement fière de ses seins et de ses fesses. Ils étaient la quintessence de son corps parfait ! Décidant de pousser le tout au niveau suivant, elle poussa son cul contre ses hanches laissant juste la serviette séparant sa petite bite d’adolescent à son cul céleste. A travers la serviette elle pouvait sentir quelque chose, l’étonnant vu qu’elle s’attendait à un petit pénis, mais il semblait encore mou donnant plus de poids à ses paroles. Elle allait le faire jouir dans sa serviette dattebane ! Il devait être honoré au lieu de dénigrer son corps, elle pouvait compter les hommes qui avaient eu une sensation de son corps sur les doigts d’une main et avoir encore des doigts de rechange.

Guro dut se retenir d’enfoncer sa bite molle entre les joues charnues en face de ses hanches, toute la maitrise de soi qu’il avait acquise au cours de ses années lui était extrêmement utile. S’il avait été un homme moindre il aurait céder à ses pulsions et perdu toute chance de pouvoir profiter de ce corps obscène pour le reste de sa vie. Elle commençait à  s’empêtrer dans son piège, il pouvait commençait à montrer les crocs. Laissant un sein seul durant quelques secondes, il l’enleva sa serviette et cala sa poitrine contre le dos de son garde du corps, leurs peaux humide collant ensemble. Continuant comme si de rien n’était, il posa sa bite encore molle, ce qui était un véritable miracle, juste sur les fesses de son garde du corps. Il enfonça ensuite ses doigts dans la chair molle profitant de la fermeté qu’ils offraient, les pétrissant. Elle ne disait plus un mot, probablement en état de choc par ce qu’elle sentait reposant sur son cul dodu.

Kushina sentit son cerveau s’arrêter quelques secondes à la sensation de la bite de son client reposant sur les joues grasses de sa croupe. Même s’il était mou elle pouvait dire qu’il était bien plus long et gros que son mari en érection. Surtout qu’elle n’avait jamais laissé toute autre homme aller aussi loin avec elle autre que son mari. Mais son culots et son arrogance lorsqu’il essayé de la séduire la fit croitre de plus en plus humide. Cette soirée était déjà une des soirées les plus excitantes de sa vie, elle voulait aller plus loin. Et puis ce n’est pas comme s’il allait coller cette chose dans sa chatte serrée ? Elle failli gémir lorsqu’il pétrit ses lourd monticules, ses reins se réchauffant en réponse à ses talentueux doigts s’enfonçant profondément dans chair molle. Elle commençait à être vraiment exciter suite à l’agression de se seins et le poids chaud sur ses fesses ! Elle allait le faire jouir même si c’était la dernière chose qu’elle allait faire.

Le laissant jouer avec ses mamelles, elle saisit les joues grasses de ses fesses, les écarta et les referma sur le bâton de viande dans son dos. Elle essaya de résonner que malgré cela c’était juste un enfant et que ce n‘était pas comme si elle trompait son mari. Après tout il n’y avait pas d’acte de pénétration. Serrant bien ses fesses, elle commença à les bouger avec de légers mouvements circulaires, sa bite étant piéger entre ses deux fesses pulpeuses.

Guro failli tombé du tabouret sous le choc, il ne pensait que la putain allait prendre les devants elle-même. La sensation de sa bite enterrer dans sa croupe chaude était trop, il sentit sa bite commençait à grossir à une vitesse affolante et pouvait littéralement sentir ses couilles mendiaient pour libérer leurs charge entre les joues de ce cul accueillant. Son cœur battait à une vitesse affolante cognant contre sa poitrine. Son masque de civilité s’écrouler peu à peu laissant place à une bête affamée qui allait baiser cette salope quoi qu’il en coute.

Kushina failli avoir une crise cardiaque en sentant la bite de son client grandir à une taille absurde entre les joues de ses fesses, ne s’arrêtant pour autant elle pouvait dire qu’il adorait ce qu’elle faisait. Les joues de ses globes arrière avaient du mal à engloutir ce qui s’était développé. Malgré toutes ses fanfaronnades, il semblait qu’il y ait un grain de vérité parmi ses paroles. Elle sentait son souffle chaud contre sa nuque tandis qu’il était collait l’un contre l’autre, elle savoura sa victoire lorsqu’elle pouvait sentir à travers la poitrine de l’adolescent son cœur martelait. Sa vantardise ne lui servait à rien face à elle, il bandait incapable de contenir sa bite à la sensation céleste auxquelles elle la soumettait. Mais il était étonnant, son mari aurait déjà craché sa charge il y a longtemps. Pas trop mal pour un gosse de riche, gâté et vierge.

« Je vais avouer Kushina que vous avez le meilleurs cul que j’ai jamais senti. » Elle failli sursauter lorsqu’elle le sentit murmurait à son oreille, soufflant légèrement dessus lui causant des frissons le long de sa colonne vertébrale. Elle libéra un souffle de plaisir surpris lorsqu’elle le sentit commençait à prendre le contrôle. Elle sentait le lobe de l’oreille être mordillé doucement tandis que ses mains glissait le long de ses seins en en faisant le tour aider par le savon. Passant sous la houle de ses monticules avant de remonter doucement pour laisser trainer ses doigts sur le dessus de ses orbes parfaitement arrondi et crémeux, continuant de caresser sa peau humide en évitant soigneusement ses mamelons durs comme des pierres. Et pour couronner le tout il broyer ses hanches contre son cul, joignant ses mouvements aux siens dans une tentative de peindre son dos avec son sperme. Elle pouvait sentir un liquide collant et chaud qui n’était ni de l’eau, ni du au savon être badigeonnait entre ses fesses par l’intermédiaire de sa bite. Imaginer son dos couvert de sa crème blanche la fit s’envoyer dans un fantasme où autre chose serait peint en blanc. Le fait qu’il soit si audacieux la fit littéralement inonder le tabouret de sa cyprine. Elle fut atteinte d’une révélation lorsqu’elle sentit les nerfs de sa chatte et de ses mamelons devenir hypersensible en raison de son état d’excitation accrue. Soit elle serait sa chienne à la fin de la soirée ou ce serait le contraire. Elle commençait à perdre pied avec la réalité, elle ne savait pas quelle option était la plus tentante.

Soudain elle sentit un poids sur sa main, regardant brièvement elle vue son anneaux de mariage. Que dirait Minato ? Que penseraient ses enfants s’ils la voyaient agir comme une prostituée pas chère, écartant les jambes pour le premier venu ? Se reprenant, elle failli tout arrêter, mais son excitation et sa fierté ne la laisser pas fuir. Se levant brusquement coupant court à ses attouchements, elle fit mine de s’éloigner de lui en laissant deux mètres entre eux avant de se retourner rapidement. Ses fesses et ses seins furent emporté par son mouvement, même après avoir fini de se retourner, elle pouvait les sentir se balançait plusieurs secondes de manière extrêmement large faisant presque des demi cercles dans les airs.

Jetant un regard sur Guro, elle vit s’être lever surpris, son regard descendit et elle ne put empêcher un hoquet de surprise s’échapper de sa bouche voyant ce qui était entre ses jambes. Un véritable monstre de 27 centimètre et presque aussi épais que son poignet, couvert de veine épaisse. Elle pouvait voir la pulsation et le liquide pré-éjaculatoire coulait abondamment de la tête en forme de champignon qui semblait rouge de colère qu’elle lui ait refusée sa libération, accompagné d’un scrotum semblant contenir des boules de la taille de citron, le tout complétement glabre. Kushina pour la première fois de sa vie se trouva sans voix, elle croyait que ces trucs n’existaient que dans les magazines coquins. Son champ de vision entièrement concentrée sur l’incroyable bite. Elle s’était masturbait des heures en pensant à quelle point une telle bite sentirait bon une fois qu’elle étirerait sa chatte. Et son fantasme se tenait devant elle. Avoir un tel outil à son âge promettait un futur merveilleux pour la femme qu’il épouserait.

« Aimes-tu la vue Kushina ? Es-tu en train d’imaginer ma grosse bite détruire ta chatte serré ? Je jure que d’ici la fin de la soirée cette bite aura remodelé ta chatte pour correspondre parfaitement pour les fois suivantes où je te baiserais. » Sa bite souffrait à l’agonie, cette salope avait refusé son dû. Il allait vraiment ne pas être doux lorsqu’il charrierait son immense bite dans sa chatte juteuse. Et pour l’enrager encore plus, du savon cachait les parties les plus importantes de cette prostituée. Il sentit un élan de fierté tout de même, la salope avait la bouche ouverte ses yeux ne quitter pas sa bite une seul seconde. Elle devait se posait la question du plaisir qu’elle aurait s’il basculait son outils dans sa chatte, elle n’avait pas à s’inquiéter avant la fin de la soirée elle aurait la réponse à cette question. Prenant un seau d’eau, il lui balança dessus, faisant partir le savon et la révélant enfin dans toute sa gloire pour la première fois. Ses yeux buvaient chaque détail de son corps. Ses gigantesque seins qui terminer de se balançait ornaient de deux mamelons rose entourer de leurs auréoles, ses hanches larges supportant son immense croupe et le saint graal sous la forme de sa vulve humide entourée de deux grosses lèvres juteuse légèrement séparer révélant la chaire rose à l’intérieur qui ne demandait que d’accueillir sa bite en son sein.

Cette vue failli le faire jouir tellement elle était sexy, il dû faire un effort conscient de ne pas envoyer son sperme volait jusqu’à elle et la peindre entièrement de sa semence la marquant comme la sienne. Il était presque arrivé à son objectif, savoir qu’en deux pas il pouvait pousser sa bite dans ses pétales de sa chatte gonflé et enfin pouvoir la baiser failli le conduire fou.

Lorsque Guro lui envoya l’eau, cela permit à Kushina de sortir de sa transe. Elle failli éclater de rire lorsqu’elle l’entendit se vantait que non seulement il mettrait ce monstre dans sa chatte, bien que ce soit tentant au vu de la taille de ses jouets et Minato ne s’approcher même pas de quelque chose comme ça. Mais qu’en plus il y aurait des répétitions. Décidant de jouer le jeu, elle répondit. « Hummm, oui c’est la plus grosse bite que j’ai jamais vue et elle regarde positivement délicieuse, j’en prendrais bien une bouchée. Malheureusement je suis une femme marié hors de portée pour les enfants. » Elle se lécha les lèvres et truqua un gémissement de frustration, les yeux mi-clos dans l’excitation à la vue de ce magnifique pole de viande. Elle passa doucement sa petite langue rose sur sa lèvre supérieure l’humidifiant tout en continuant de fixer sa bite pointant vers le ciel. Le fait qu’il soit si audacieux avec elle et qu’il soit passé au tutoiement la stimuler à pousser le vice toujours plus loin. Elle était en contrôle de la situation, elle pouvait arrêter tout ceci quand elle voulait sans regrets.

Guro sourit avec condescendance à sa future esclave sexuelle qui devait presque être prête pour la cueillette. « Ah ? Et pourquoi je devrais vous honorez de ma bite quand des centaines de femmes plus jeune et plus sexy écarteraient les jambes pour moi d’un simple mot de ma part ? »

« Ahahah, Guro-sama, vous pourrez rassembler toutes les salopes et putain que vous pouvez. Faire venir des femmes exotiques de pays lointain, même proposer à Tsunade du sannin de vous servir en tant que prostituée personnel en payant ses dettes, aucune ne correspondraient jamais à ce corps. J’ai les meilleures courbes des nations élémentaire. J’ai l’équipement complet de la salope parfaite. Des lèvres et une bouche capable d’engloutir les plus grosses bites et une gorge pouvant ingurgiter n’importe quoi… » Guro la regarda effectuer ses prochaines actions avec des yeux injecter de sang, étant obligé de se retenir de la violer sur place. Elle prit une brosse trainant  à côté d’elle. Elle ouvrit sa bouche le plus large possible, relevant sa tête, amenant sa main gauche qui tenait la brosse juste à la hauteur de sa bouche, elle lui donna un clin d’œil coquin avant de pousser le manche à l’intérieur de sa gorge. Guro vu lentement le manche disparaitre à l’intérieur de sa bouche, disparaissant lentement. Une fois qu’il vu le manche long et épais complétement disparut, il ne put s’empêcher d’imaginer sa bite remplaçant cette brosse. Il observa avec une sorte de fascination morbide sa gorge commençait à déglutir visiblement avalant le manche. Il pouvait entendre les ‘gloups’ qu’elle faisait essayant de prendre le plus de du manche possible dans sa gorge. Il pouvait voir le contour du manche apparaitre sur sa gorge montrant qu’elle effectuer une gorge profonde à cette brosse ! De la salive coulait abondamment sur son menton pour descendre sur ses seins. Elle fixait sa bite avec un regard lubrique et perverse qui avait plus sa place sur le sien de visage. L’agonie qui émanait de sa bite était indescriptible tellement il avait besoin de jouir. Après trois seconde de cette torture visuelle, elle retira sa main de sa bouche en toussant, expulsant de gros crachat de salive devant elle atteignant sa main et sa poitrine en raison de ses efforts. Sa main était trempée, des fils de salive relier ses doigts ensemble en raison de ses crachats. 

« …des seins que personne ne peut même s’approcher d’avoir, des fesses capable d’absorber chaque coups de reins que l’on me donnerait s’il l’on me baisait en levrette... » Durant tout son discours, elle avait posé ses mains sur le dessus de ses seins en frottant la salive dessus pour leur donner un lustre brillant. Avec sa main couverte de salive, elle alla attraper son mamelon droit et commença à le tordre lentement, le tordant vers le haut puis vers le bas avant d’effectuer un lent mouvement circulaire avec lui en laissant sa salive s’accrocher dessus. Il ne quittait pas la scène des yeux, gravant chaque détail dans son âme, sa bite tremblait de façon incontrôlable quémandant pour sa libération. Libérant le mamelon il vu un mince filet de salive pendre au bout et se balançait au rythme de ses mouvements. Continuant vers le bas en caressant son estomac tonique jusqu’à ce qu’elles arrivèrent à ses hanche. Se retournant, ses mains se déplacèrent sur chacune de ses fesses avant de les secouer de gauche à droite, puis de haut en bas avant d’enfoncer ses mains dans ses oreillers moelleux prouvant à quel point ce qu’elle disait été vrai. Guro doutait que même s’il donnait les coups les plus brutaux de ses hanches possibles, la chair ferme et tendre de ses fesses pourrait facilement le prendre sans qu’elle subisse la moindre étincelle de douleur.

« … et pour finir une chatte et un trou du cul les plus serrés des nations élémentaire, capable d’engloutir toute les bites possibles et inimaginable et de traire facilement le sperme que contiendrait leurs couilles. Je surpasse les plus grosses salopes du monde très facilement. » A cela, elle se pencha en avant et écarta les joues de ses fesses révélant son anus rose plissé en forme d’étoile dans laquelle il rêvait de pousser sa bite tandis qu’il aperçut la plus subtile ébauche de sa chatte. Guro était à deux doigts de perdre le contrôle, elle n’était même plus subtile dansa tentative de le séduire, elle l’allumait juste, purement et simplement. Tout son comportement criait ‘baise-moi Guro-sama !’, le changement d’approche de cette putain le laissa désorienté.

Kushina se surprenait, même avec Minato elle n’agissait pas autant comme une salope en manque de sexe, sa chatte fuyait littéralement de son jus et elle était sûre que cela aurait été flagrant si son corps n’avait pas été humide. Une chaleur brulait dans ses reins la poussant toujours plus loin, le masque de civilité était tombé entre eux, laissant apercevoir la profondeur de la dépravation de l’autre.

Kushina pouvait voir des yeux bleu assombrit par la luxure, brulant son corps par le simple poids de son regard. Elle pouvait voir le profond désir de Guro d’enfoncer son outil dans sa tendre chatte et peindre son ventre en blanc et ensuite de la prendre pour le reste de la nuit dans sa chambre.  Du calme Kushina, tu es en contrôle de la situation. Tu es marié à un mari merveilleux et tu as deux beaux enfants ne vas pas tout gâcher en cédant à tes pulsions et t’abaissant à baiser… une grosse et merveilleuse bite bien grasse qui s’adapterait parfaitement à ta chatte de salope… Non, résiste Kushina. Tu dois fuir, arrête avant de faire une bêtise… Mais c’est juste un jeu n’est-ce pas ? On ne passera pas au stade de la pénétration, elle donnait juste à ce pauvre gamin solitaire des matériaux pour se masturbe pour le reste de sa vie. Kushina pouvait se sentir tiraillé entre son désir et sa logique.

Guro regarda le visage de Kushina passait par diverses émotions, mais c’était ses yeux devenu presque noir à cause de la convoitise qui l’attirer et lui disait qu’il avait quasiment gagné. Son visage sembla se bloquer sur une moue particulière ses yeux semblaient presque résolu. Encore un petit coup dans la bonne direction et son corps, son esprit seront à lui. L’observant, il vit le coin de ses lèvres s’étiré dans un sourire révélant ses dents blanches, il ne savait pas s’il été au courant qu’elle avait passé le point de non-retour. Ses yeux parlaient pour elle, c’était les yeux d’une salope consommé par la convoitise la plus pure, prêt à tout satisfaire son appétit sexuel. Il connaissait bien ce genre femmes, elle baiserait même un chien si on leur en apporterait un. Il sentit son sourire répondre au sien, trop heureux de voir son plan rouler comme sur des roulettes. Dans même pas dix minutes, elle supplierait, gémirait, prierait, mendierait, hurlerait… pour qu’il enfonce sa bite dans sa chatte de prostitué.

Kushina décida de monter le dernier spectacle de la soirée à ce petit noble vierge et arrogant en lui démontrant ce qu’il en coute à ceux qui pensaient pouvoir la dompter. Elle devait avouer que son excitation brulait entièrement son corps d’une façon qu’aucun autres hommes ne lui avait jamais fait ressentir, ais c’est là que cela s’arrêtait. Son cœur appartenait à Minato, et même si sa chatte mendiait pour la monstrueuse bite en face d’elle, elle refusait de trahir son mari et ses enfants. Elle alla vers un rocher suffisamment gros pour lui servir de fauteuil en s’assurant de secouer ses lourds monticules plus que nécessaire. Elle se foutait maintenant de le punir pour ses parole mettant cette erreur sur l’arrogance d’un noble ne sachant pas comment le monde fonctionne. Tout ce qui lui intéressait était d’avoir un orgasme final et de lui donnait une vue qui fera qu’il ne pourra jamais baiser une femme dans sa vie tellement il ne pourrait arrêter de la comparer à elle. Devenant incapable de bander sans penser à elle, trouvant toute autres femmes fades.

S’asseyant sur le rocher, elle écarta les jambes tout en se penchant en arrière pour mettre en évidence sa vulve. Passant sa main droite entre ses seins tandis que sa gauche la maintenait dans cette position, elle l’amena au niveau de sa chatte, poussant chacune de ses lèvres sur le côté pour révéler un peu son canal aux yeux affamés de ce gamin avec son index et son majeur. Une fois ceci fait elle passa lentement en montant et descendant sur la fissure de sa chatte trempé, des gémissements s’échapper de sa gorge sans qu’elle soit besoin de simuler quoi que ce soit. Elle était si exciter que même une plume frôlant sa chatte l’aurait fait gémir comme une chienne en chaleur. S’arrêtant légèrement elle prit son clitoris entre le pouce et l’index et le roula entre ses doigts lui tirant des petits cris de plaisir en raison de son hypersensibilité. Elle voulait qu’il n’oublie jamais ce moment, donc elle pousser tous les boutons possibles pour faire monter son niveau d’excitation au maximum.

« Oooohhhh ! Ouuuuuiii C’est bon Guro-sama ! »

Guro avait les yeux écarquillé, cette putain se masturbait devant lui. Rien que de voir un peu plus sa vulve s’écarter lui offrant un meilleur aperçu de son canal l’avait rendu exciter plus que ce qu’il puisse ce souvenir, même ses plus belle esclaves ne l’avait pas amené à un telle état d’excitation. Et lorsqu’il l’entendit gémir son nom, son cœur failli sortir de sa poitrine tellement il battait fort. Il savait qu’il la tenait. La véritable question était le savait-elle ?

Malheureusement Kushina n’avait pas calculé que son corps était dans un état d’excitation aggravé, quelle n’avait jamais connu ou imaginer. Le plus ironique au final était qu’elle une femme expérimenté, l’ainé de vingt ans de l’enfant qui lui faisait face, allait perdre à un gamin qu’elle qualifiait d’inexpérimenté et vierge, à cause de son inexpérience. Ses doigts frottaient sa chatte de plus en vite, elle put sentir sa chatte fuir littéralement comme un robinet de son jus trempant ses doigts. Recourbant son index et le majeur, elle les enfonça dans son vagin lui faisant pousser un gémissement plus fort que les autres. Relevant la tête et fermant les yeux, elle gémit fortement le nom du jeune male présent. En ce moment même, avoir cette bite se créant un chemin dans sa chatte semblait comme une splendide alternative à ses doigts.

« Guroooo-samaaaaa, ouiiiii, continuez comme ça ! »

Reprenant son souffle, Kushina se sentit au bord d’un orgasme incroyable, balayant tous les autres qu’elle avait éprouvé comme si c’était de simple feuille. Est-ce que juste l’idée de ce gamin qui l’observait pendant qu’elle se doigtait l’excitait tant que ça ? Peut-être est-ce juste de voir pour la première fois une véritable bite qui sortait tout droit de ses fantasmes de pré-adolescente ? Préparant le grand final, elle ramena sa main vers son visage, la laissant se faufiler sur sa peau légèrement humide, une trace presque visible le long de sa peau. Une fois arrivé à hauteur de son visage, elle mit sa main juste devant sa bouche. Sans le quitter des yeux une nanoseconde, prenant bien soin de graver dans sa mémoire son immense bite dont le gland cracher des globes de liquides pré-éjaculatoire dans les air et de la façon dont elle tremblait d’excitation refouler la faisant ressembler à une tige de roseau au vent. Amenant doucement son index et son majeur à ses lèvres pulpeuses, elle les ouvrit légèrement et glissa les deux doigts imbibé de son jus au travers avant de les emprisonner à l’intérieur. Elle gouta sur sa langue son gout pour la première fois, et elle était délicieuse, sucré et fruité, enroulant sa langue autour de ses doigts, elle les caressa pour les nettoyer parfaitement de son délicieux jus. Les retirant paisiblement de sa bouche, elle laissa sa langue sortir à peine hors de sa bouche, montrant un épais fil de salive reliant ses doigts au bout de sa langue. Ce qui suivit fut trop soudain pour qu’elle puisse se défendre et dans son état surexcité elle ne l’aurait certainement pas fait.

Guro ne tenait plus en place, cette prostituée cornée le torturait lentement. Cette salope sexy se doigtait en le fixant du regard le plus lubrique existant sur cette terre qui aurait fait vendre un à un saint son âme au diable sans une seconde pensé. Même à la pénombre qui était tombée sur l’onsen, ses yeux améthyste semblaient briller, perçant la pénombre et surpassant le clair de lune. Il brillait tellement que Guro sut qu’il avait gagné, en ce moment elle n’était rien de plus qu’une chienne en chaleur. Lorsqu’il aperçut cette salope dépraver sucer son propre jus hors de ses doigts et de voir ses doigts parfaitement nettoyé, ayant échangé son jus de chatte contre sa salive fut trop. Il se rua sur elle et attrapa ses cheveux à la base de son crâne durement pour la tirer vers lui avec sa main droite, claquant leurs lèvres ensemble dans un besoin impérieux de satisfaire leurs corps suscités. Sa main gauche guida sa verge tremblante en direction de ses pétales humides. Le premier coup dérapa le long de sa vulve et sur son clitoris enflé, puis patina sur son ventre, crachant tout le long de sa course de gros globe de liquide pré-éjaculatoire sur son nombril et sa chatte. Juste après ceci, Kushina cria de plaisir dans sa bouche, lui permettant l’accès. Ne se faisant pas prier, sa langue s’élança immédiatement dans sa bouche attrapant sa langue, il sentit immédiatement Kushina répondre à son baiser avec une faim qu’il ne savait pas qu’elle possédait. Mais immédiatement il domina sa langue avec la sienne sans lui laisser le temps de souffler se plaçant comme le dominant.

Le corps de Kushina était en ébullition, le sentiment d’être dominé par l’homme en face d’elle était magnifique, il tenait fermement ses cheveux et avait claqué durement ses lèvres sans défense avec les siennes. Lorsqu’elle sentit son immense bite tapait contre son ouverture avant de dérapée le long de sa vulve et frappant au passage son clitoris hypersensible l’envoya dans un orgasme qu’elle ne savait même pas possible. Ces yeux virent des étoiles blanches, et ce n’était pas celle du ciel étoilé. Sa chatte salissez la monstrueuse verge qui essayait de faire son chemin en elle, en échange elle sentit le liquide visqueux qu’était son liquide pré-éjaculatoire recouvrir intégralement sa vulve. Son corps se raidit et elle ouvrit la bouche pour hurler d’un plaisir jamais atteint mais qui n’était qu’un prélude à ce qui allait suivre. A peine sa bouche ouverte, elle sentit une langue puissante entré sans permission attaquant sa langue impuissante. A ce moment-là, plus rien ne compter, ses enfants, son mari, son travail, sa dignité, juste l’envie que cette bien bite bien grasse se frayent un chemin en elle. Elle le sentit déraper plusieurs fois dans l’excitation contre sa vulve trempé de son jus et du liquide pré-éjaculatoire, prolongeant son orgasme. Elle écarta ses cuisses le plus possible pour faciliter ses tentatives. Soudain elle le sentit réussir, le bout de son gland écartant à peine ses pétales l’envoyant dans une frénésie sexuelle qu’elle ne connaissait pas. Elle le sentit geler, leur baiser s’arrêtant faisant gémir Kushina dans la déception avant qu’un cri de joie se répercuta dans la bouche de son futur amant.

Guro n’en pouvait plus, son sperme barattait dans ses couilles désireuses de sortir et de montrer sa supériorité à cette pute. Lorsqu’il sentit juste le bout de son gland la pénétrer et ses lèvres aspiraient son gland à l’aide de sa chaire soyeuse, il gela. C’était comme si tout son corps entré en éruption, il sentit ses couilles libérer son sperme qui se précipita comme un boulet de canon à travers sa verge. Son urètre s’ouvrit violement laissant passer le liquide envoyé sous haute pression directement dans la chatte humide de la putain rousse.

Kushina se sentit comme si on avait poussé un tuyau d’arrosage à l’entrée de sa chatte et qu’on avait mis l’eau sous le plus de pression humaine possible. Elle sentit le liquide collant et bouillonnant traversait entièrement son canal serrée et arriver à son col. Kushina pensa brièvement que son sperme s’arrêterait là, mais il semblait désireux de la féconder, il força par la puissance pure son col ouvert se faisant un chemin directement dans son ventre. La sensation fut trop pour Kushina, son orgasme monta à des niveaux démentiel en ayant juste la sensation de son sperme dans son utérus lui donnait un plaisir que Minato ne pouvait même pas s’approcher de lui offrir, même après qu’il l’ait baisé durant dix minutes non-stop. Elle gémit lorsqu’elle sentit sa bouche finirent de violer la sienne. Leurs lèvres se séparant, laissant par un mince filet de salive qui se coupa une fois que leur bouche fut suffisamment éloigner, tombant sur son menton. Elle pleura dans la déception lorsqu’elle sentit le gland quitter l’entrée de sa chatte au lieu de forcer son chemin à l’intérieur, toujours éjaculant comme une éruption volcanique en elle, une fois dehors un tir puissant heurta sa chatte, plus particulièrement son clitoris avec assez de force pour lui tirer un hurlement de plaisir. Sans se souciez de ça, elle le sentit peindre son ventre, ses cuisse et son pubis intégralement de son sperme avec certains tir ayant encore assez de puissance pour forcer ses pétales ouverte et déposer encore des globes de sperme dans son canal.

Guro se branla rapidement, marquant son territoire, ce qui était à lui. Peu importe où la chienne irait, elle serait à lui et elle le serait. Jetant un coup d’œil à son œuvre d’art, une épaisse couche de sperme gluant dégoulinait le long de ses cuisses et de son ventre, tachant le rocher où elle était assise et traversant ses jambes toniques. Même à travers le sperme qui couvrait son pubis, il pouvait voir sa vulve ouverte qui expulsait des boules de sperme s’étant logés dans son vagin. Regardant son visage bouffi par le plaisir était merveilleux, ses lèvres gonflé avec un filet de bave sur son menton tandis que ses yeux violette le regardaient hébétés, ne réalisant pas encore à quelle point il avait soufflé son esprit juste en la touchant et la marquant sienne.

Kushina se sentit comme si tout son corps était plonger dans l’eau chaude, surtout ce qui était en dessous de ses mamelles qui bloquait la vue de ce qu’elle savait sa partie inférieur recouvert de sperme. Sentant la crème onctueuse dans son vagin et couvrant sa peau laiteuse était sensationnelle. Il avait envoyé au moins un demi-litre de sperme sur elle et en elle, largement plus que tout ce qu’on mari avait produit durant tout leur mariage. Il avait eu un orgasme sensationnel et elle aussi. Ils étaient tous deux heureux, alors pourquoi elle se sentait déçu ? Elle voulait nier la réponse qui était qu’elle avait une envie irrésistible de coller cette choses en elle et de le monter jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus marcher et qu’il est rempli son ventre jusqu’à ce qu’il éclate. Elle n’avait pas trahit son mari encore résonna-t-elle, cela avait été juste un baiser dans le feu de l’action, c’était pardonnable et ce n’est pas comme s’il serait quelque chose. Et pour la pénétration elle n’était pas complète donc ça ne comptait pas ! Et pour le sperme dans son ventre… Et bien, ce n’est pas comme si elle serait enceinte, elle espère… Regardant vers le bas, elle vu qu’il était toujours dur avec du sperme sortant encore de son urètre et coulant le long de sa verge tandis qu’il se branlait lentement. Il était toujours dur après un orgasme comme ça ?! Il était bien meilleur que son mari. Peut-être, peut-être elle pouvait lui donnait une dernière gâterie, ce n’est pas comme si elle faisait quelque chose de mal, n’est-ce pas ? Tant qu’il ne gainait pas entièrement ce merveilleux monstre dans sa chatte entièrement, elle ne trompait pas Minato pensa-t-elle. Fort de cette résolution, elle se leva encore tremblant de son orgasme. S’approchant de lui, elle se mit à genoux, ses mains sur ses genoux dans un ultime geste de soumission, en position de seiza juste devant lui, avec sa merveilleuse bite à moins de trois centimètres de son visage. L‘odeur qui rentra dans ses narines fut juste celui du sexe, une promesse chuchoté à son oreille du sexe le plus dépravé, le plus dévergondé, le plus vil possible. Lors d’un tremblement particulièrement violent un globe épais sorti de son urètre et frappa son œil droit et coulant le long de sa joue. Son œil droit piquait du sperme qui avait réussi à se faufiler sous sa paupière l’obligeant à le fermer. Souriante, elle lui annonça en levant la tête vers le haut, regardant son visage de son unique œil.

« Est-ce que cette humble chienne ne méritant en rien cette divine bite peut la nettoyer à l’aide de sa langue, Guro-sama ? » Elle ne savait pas ce qui la poussait à se dégrader verbalement comme ça.  Etait juste à cause de la pure autorité qui semblait émaner de chacun des pores du corps de l’enfant ? Du fait qu’il la regardait avec condescendance comme s’il était son maitre et elle juste une chienne qu’il lui devait obéissance ? Elle ne savait pas, entrer dans ce rôle lui paraissait naturelle, le rendant plus facile à taquiner. Car c’était juste des taquineries, n’est-ce pas ? Et puis elle allait juste lécher cette longue bite pour qu’il soit propre, cela ne faisait pas d’elle une femme infidèle. Et puis bientôt il ne serait plus vierge. Plus vierge ? Pourquoi ça ? Qu’est ce qui allait se passer ? Ses pensées se mélangeaient dans sa tête, tout devenait confus, elle était incapable de dire ce qu’elle faisait, était-ce bien ou mal ? Non, non, c’était bien, elle l’aidait juste à se nettoyer ! Il lui avait nettoyé ses cheveux et ils étaient dans un onsen, il n’avait rien de mal à ça !

Guro regarda avec satisfaction la salope prendre le plus naturellement au monde ça place légitime. A ses pieds demandant bien la permission de satisfaire son supérieur. La vue de son visage le regardant avec un regard lubrique était la suite logique de sa conquête réussie. La vue de son œil collé par le sperme tandis qu’un globe de sperme coulait lentement sur sa joue laissant une trainé facilement visible était intensément érotique. « Tu es sure de ce que tu veux salope ? Tu veux sucer mon délicieux sperme directement à la source ? Tu vas devenir accro tu sais ? Tu m’en demanderas toujours plus, prêt à me sucer en public pour avoir ta dose. Et je pensais que tu ne tromperais jamais ton mari. »

« Mais Guro-sama votre sperme est si délicieux… » Guro vu que le globe avait atteint ses lèvres charnue et vue sa petit langue roses s’élancer en dehors de sa bouche pour l’attraper et le tirant à l’intérieur. « Hummmm… vous voyez ? Je ne peux pas m’en passer il m’en faut toujours plus. » Pour faire bonne mesure Kushina lécha plusieurs fois ses lèvres, plus particulièrement l’endroit où avait été le globe de sperme. Son sperme était pour elle incroyablement délicieux, il avait beau gouté comme de la javel trop salé, cela semblait comme un régal sur ses papilles. La façon dont il lui parlait plein d’arrogance, la façon dont il l’insulté lui plaisait particulièrement. Il se plaçait au-dessus d’elle, être contrôler était beaucoup plus excitant qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Trompait son mari ? Il devait se tromper, ce n’était pas de l’infidélité, juste l’aide d’une mère inquiet pour un jeune garçon et l’aidant de façon tout à fait normal à se nettoyer. Mais elle décida de jouer le jeu si c’était ce qu’il souhaitait. Et puis ce n’était pas sain de marcher avec une si belle bite dure et couvert de sperme, elle ne put s’empêcher de se lécher les lèvre dans l’anticipation. La brume de convoitise commençant à assombrir son jugement et à l’entrainé dans une spirale de décadence sexuelle.

« Maintenant soyer un bon garçon et laisser votre fidèle garde du corps s’occuper de vous. » Sa voix dégoulinait littéralement de luxure. Guro sourit en entendant ça. Elle serait fidèle, non pas à son mari, mais à lui seul.

Kushina ouvrit la bouche et pencha sa tête en avant engloutissant le gland pourpre engorgé de sang, une fois le gland rentré dans sa bouche elle referma ses lèvres autour et commença à lécher avec sa langue le sperme qui le recouvrait. Elle gémit fortement au gout qui envahit sa bouche, avant n’était qu’un avant-gout, maintenant le gout du sperme explosa sur ses papilles. Et pour ajouter à ce gout délicieux était son jus qui avait éclaboussé contre sa verge la préparant à la future pénétration. Pénétration ? Pénétration de quoi ? Sa chatte ? Cette idée lui fit littéralement arroser le sol où elle se tenait. Comme si un interrupteur avait été allumé elle suça comme si sa vie en dépendait. Il n’était plus question de le nettoyé juste de lui fournir le plus possible de plaisir qu’il était humainement possible

Doucement, Kushina embrassa le côté de sa bite et a traîné ses lèvres de haut en bas de sa longueur. De la base Kushina, avec l'utilisation de sa langue, a commencé à lécher la longueur de Guro-sama. Quand elle est arrivée au gland, elle a soudainement englouti avec sa bouche. Elle léchait le dessous de sa bite à quelques reprises pour lui apporter plus de plaisir cherchant le plus possible les micro-gouttelettes de sperme restante. Sur la base des gémissements avec laquelle elle a été récompensée avec, Kushina était certain qu'elle faisait un bon travail. Continuant comme ça, elle laissa plusieurs marques de son rouge à lèvre sur cette immense bite.

« Ca suffit salope, il est tard et je n’ai pas de temps à perdre avec une chienne ! » Guro recula, mettant hors de portée sa bite de la salope à ses pieds. Sa bite été propre de so sperme, et si son hypothèse était bonne, elle était maintenant trop excité pour résister à ses avances.

Kushina regarda atterrée par le fait qu’on lui enlevait sa friandise. Elle devait trouver, un moyen, n’importe quoi pour rallonger le temps qu’elle pouvait avoir avec le propriétaire de cette bite. Soudain elle se souvint de sa mission. « Guro-sama, laissez votre salope de garde du corps vous accompagnez. Je suis payée pour vous protéger où que vous alliez. Je vais vous accompagner dans votre chambre et veillez sur vous. » Elle n’arrivait plus à mettre l’intonation voulue à sa voix tellement elle tremblait dans l’excitation.

Guro fit mine d’y réfléchir, il voyait bien qu’elle était capable de tout pour le suivre dans sa chambre et continuer à jouer. « Bien salope. Ce que tu dis est vrai. Mais j’ai une condition… »

Kushina dut se retenir de bondir de joie à la réponse. « Tout ce que vous voudrait Guro-sama ! »

Guro et Kushina se promener dans le couloir en étant sur le chemin de sa chambre. Guro avait sa serviette enroulé autour de sa taille et Kushina… Elle était à quatre pattes nues, avançant sur ses genoux. Ses mamelles suspendues touchant presque le sol. Derrière se trouvait une trainée de sperme qui coulait de son aine qui n’avait pas encore été nettoyé. Elle avait la tête baissée tandis que Guro utilisait ses cheveux pour la tirait à travers le couloir comme s’il s’agissait d’une laisse.

« Allez viens salope, je n’ai pas toute la journée ! » Il tira un coup particulièrement sur ses cheveux la faisant presque tomber.

Kushina était au ciel, sa chatte n’arrêtait pas de croire plus humide. L’idée que quelqu’un la voit dans une telle position de faiblesse la rendait cornée qu’elle était prêt à baiser n’importe quoi. Ses pensées sales la surprenaient elle-même. Se baladait nue à quatre pattes avec du sperme de Guro-sama sur son corps voulait lui faire comprendre qu’il était le seul homme pour elle. Elle pouvait sentir des frissons d’excitations traversaient constamment son corps. Elle se demanda à quoi avaient servi ses vêtements, à quoi serait la pudeur ? S’exhibait-en public comme une chienne avec son maitre la tirant vers sa chambre sans soin pour la putain qu’il tirait par les cheveux était formidable.

A l’approche d’un couloir elle vu trois serveurs les apercevoir. Les trois serveurs arrêtèrent nette leurs activités bouche-bée à ce qu’ils voyaient. La salope de séductrice qui les avait taquinées toute la soirée était devant eux, nue, à quatre pattes. Regardant sa tête, ils purent voir son œil droit droits collait par le sperme avec une trainée descendant jusqu’à ces lèvres rouge. A chacun de ses mouvements de hanche pour la faire avancer, ses seins se balançaient suffisamment pour apparaitre sur les côtés de son corps. Et le tout était tiré par le plus jeune fils du daimyo, un enfant de 14 ans tirait une puissante kunoichi sexy par les cheveux comme si elle était son animal de compagnie et ils n’entendaient aucune protestations de la pute. C’était la chose la plus sexy qu’ils aient jamais vu, et la plus satisfaisante aussi. Toute la soirée elle les avait poussés à bout. Son exhibitionnisme, son corps tellement voluptueux que s’en devrait être interdit. Et ils avaient dû nettoyer ce qu’elle avait laissée sur sa chaise. En clair la soirée avaient été un cauchemar pour se retenir de la violer, ils ne se doutaient pas que s’ils avaient tentés quelque chose elle les aurait efficacement castré. Alors la voir dans cette position semblait come la justice divine, ou alors elle était juste une simple pute et il n’y avait eu aucun intérêt à retenir leurs désirs et aurait dû écarter ses jambes et la faire hurlait de plaisir comme une chienne cornée devant ses enfants.

« Bonsoir messieurs, votre soirée a-t-elle été bonne ? » Guro en voyant les gens dans le couloir ne fut du tout surpris, dans un si grand hôtel il aurait été étonné du contraire.

« Oui Guro-sama, mais la soirée a été plutôt difficile en raison d’une chienne qui n’a pas arrêté de trainer dans le restaurant. » Vu ce qu’il regardait, Guro n’avait aucun doute de qui il parlait.

« Je comprends et je m’en excuse, son dressage a été plutôt récent et elle n’a encore assimilé toute les règles. Je pense qu’une excuse est en ordre pour tous les problèmes que tu as causé salope. »

Lorsqu’il la désigna comme sa propriété, Kushina eu la surprise de ne rien ressentir comme de la colère ou du dégout, plutôt une intense joie traversa son corps. La culpabilité s’écrasa ensuite sur Kushina, le fait qu’elle avait été une telle salope et que Guro-sama la réprimandait lui donnait honte de son comportement. Immédiatement elle se mit en position de seiza, montrant aux serveurs son ventre, aine et cuisse couvert de sperme. Les laissant encore plus pantois, cette salope n’avait-elle aucune honte ? Montré les résultats de la copulation avec son maitre à des inconnus juste parce qu’il l’avait ordonné ? Bien qu’ils remercièrent cette vision divine, ils étaient sûre que vu son état et le fils du daimyo l’emmenait dans sa chambre elle serait correctement châtié.

« Veuillez m’excuser de mon insolence messieurs. » En faisant ça Kushina s’accroupit tête contre terre.  Immédiatement elle sentit ses cheveux être violemment tiré la relevant brusquement avant qu’une puissante gifle lui heurta la joue laissant une empreinte rouge dessus. La gifle elle-même ne la blessa qu’un peu, elle avait vécue pire, c’était plus le fait que Guro-sama l’avait giflé qui la choqua. C’est comme si cette gifle avait expulsé d’elle les derniers lambeaux de dignité qu’elle avait précieusement conservé, ne laissant derrière qu’une simple salope soumise à sa volonté.

« Ce n’est pas comme ça qu’une simple chienne s’excuse. Refait le, avec cette fois de véritable excuse. »

Qu’est-ce qu’elle avait pensée ? Bien sûr que ces maigres excuses ne suffiraient pas à laver l’honneur de Guro-sama. Elle était son garde du corps, ses actions ont rejailli sur lui, elle avait bafouée son honneur. C’était impardonnable, elle devait faire mieux pour préserver l’honneur et la dignité de Guro-sama. Elle rebaissa immédiatement sa tête contre le sol, cette fois elle sentit des chaussures s’appuyer contre sa tête s’assurant qu’elle ne la releva pas. Ecrasant son indépendance ainsi que tout ce qui restait d’elle en tant que femme forte et puissante. Elle s’assura de lever son cul le plus haut possible tandis que ses mamelons grattait contre le sol.

« Veuillez excuser cette humble chienne de vous avoir provoqué. Je ne suis pas digne de vos louanges ou de votre pardon. Ma seul place légitime se trouve en dessous de vos chaussure et d’y resté comme la putain que je suis. » Voir cette ancienne kunoichi, qui était avant une femme puissante et respectée, perdre les derniers lambeaux de sa dignité humaine et de sa fierté était jouissif. Toute la journée elle s’était pavanée avec son bandeau, les narguant et maintenant elle se trouvait sous leurs chaussure et révélait sa vraie nature fut entièrement satisfaisant.

« Bien salope, êtes-vous satisfait messieurs ? » Guro était extatique, elle était complétement soumise à lui. Il pouvait faire d’elle ce que bon lui semble, il était certain que s’il lui ordonnait de baiser les trois hommes en face d’elle, elle le ferait sans hésitation.

« Très monseigneur. Serait-il possible… »

« Nous verrons. » Et sur ceux, Guro repris son chemin avec son animal de compagnie, la tirant toujours par les cheveux. Laissant en suspend la demande du serveur.

Une fois arrivé dans sa chambre il lui ordonna d’aller se laver de sa semence, ce qu’elle fit avec joie. Chaque ordre qu’il lui donnait semblé l’envoyer sur un nuage et elle l’effectuait au meilleur de ses capacités. Elle lui était totalement dévouée, pas mal en une seule soirée. Maintenant il devait juste la briser et la faire jurer son allégeance éternelle à lui, et à lui seul. Il observa un peu la chambre offert par l’hôtel, c’était la suite royale, parfait. De couleur or et rouge avec lit king-size énorme. Il vérifia dans un tiroir si les choses qu’il avait demandées y étaient, parfait. Se retournant il aperçut qu’elle s’était laver de sa semence.

« Qu’est-ce que nous allons faire maintenant Guro-sama ? » Elle semblait littéralement rebondir sur ses pieds, impatiente de la suite que tous les deux savaient qui allait se passer. Après tout qu’allait faire un homme et une femme nue dans une chambre ? Elle avait abandonné tous ses mensonges comme l’amour pour sa famille, le fait d’être une puissante kunoichi alors qu’elle avait été juste une putain avide de sexe et de bite caché sous son masque de femme marié fidèle et de mère aimante. Chaque femme était comme ça, il aidait juste à libéré leur véritable nature.

« Premièrement, nous n’avons plus besoin de ça. » Dit-il en désignant sa bague, symbole de son mariage et de son amour pour son mari. Il la vue jetait un regard à sa main avec un regard de surprise, comme si ne réalisant pas qu’elle avait effectuée toutes ses précédentes actions en se désignant comme une femme mariée. Et avec une seule légère trace d’hésitation, elle l’enleva de son doigt et la jeta à travers la pièce. Le sourire qu’avait Guro menaçait de diviser son visage en deux, la légère hésitation serait disparu lorsqu’elle aurait sentit sa merveilleuse bite dans ses entrailles.

« Ensuite nous avons besoin de ça… » Tirant plusieurs corde du tiroir, les yeux de Kushina s’élargit en voyant des cordes créaient pour une tache spécifique. Elle se lécha les lèvres, Minato n’avait jamais fait ça avec elle et pourtant elle avait toujours voulue testé.

« Allonge toi sur le lit salope. » Kushina s’élança tellement rapidement vers le lit et se coucha sur le dos avec une telle rapidité que Guro crut qu’elle s’était téléportée. Elle était vraiment pressée de connaitre le sentiment d’un vrai homme en elle. Il se dirigea vers elle, la guidant, il attacha ses chevilles, et ses cuisses ainsi que ses poignets et avant-bras au lit.

Guro regarda son œuvre, Kushina avait les jambes en l’air, écartées et légèrement repliées sur sa poitrine, ses mains attaché au-dessus de sa tête. Son regard était brulant comme la braise, rempli de désir pour sa bite tandis que ses cheveux roux formaient un halo autour de son visage qui affichait les traits d’une chienne en chaleur. Ses deux immenses montagnes pointant vers le haut tandis que sa vulve était plus humide que jamais la préparant à son imminente pénétration.

Se mettant à genoux entre ses jambes, il prit sa bite en mains et la guida sur sa vulve, et à la grande frustration de la salope sous lui il ne passa juste que dessus, taquinant sa chatte qui mendiait pour sa bite en ajoutant du lubrifiant.

« Dis-moi salope, est tu prêt à tromper ton mari. A devenir mon jouet personnel jusqu’à ce que je m’ennuie de toi ? A remplacer la minuscule bite de ton mari par la mienne qui lui est infiniment supérieur ? Etre baiser par un vrai homme pour le reste de tes jours ? »

Ce fut le point de non-retour réalisa Kushina. Elle savait qu’elle avait fait son choix. Cette enfa… Non cet homme était supérieur à Minato à tous les domaines. Qu’est-ce qu’elle avait vu dans cette homme déjà ? Il était faible, Guro-sama était fort. Il lui avait révéler la vérité, celle qu’elle avait toujours une salope en attente d’un homme pouvant lui écarter les jambes et affirmer sa domination sur elle. Et cet homme merveilleux n’était autre que Guro-sama, elle avait trouvée son maitre, et il l’avait réclamé comme la sienne. Sa chatte lui appartenait, son cul lui appartenait, ses seins lui appartenait… tout son corps était sa propriété à en faire comme bon lui semblait. Elle n’avait plus aucun droit sur son corps.

« Ouuiii ! Guro-sama, je jure que je vais vous servir comme une putain pour le reste de ma vie ! Je vais lécher le sperme de vos pieds si vous le demander ! Mon ventre va servir juste comme le dépotoir de votre sperme ! Je serais votre salope soumise ! Tout pour servir votre immense bite qui est éclipse celle de mon mari !» Pour prouver ses mots elle essaya d’écarter encore plus les cuisses et d’avancer ses hanches pour en être empêchées par les cordes.

« Alors prépare-toi putain ! Je vais baiser cette chatte jusqu’à ce que tes hanches se soient brisées et que ta chatte ait pris la forme de ma bite ! » Il éclaté de rire, enfin elle était totalement sienne. Enfonçant ses mains dans chacune de ses hanche crémeuse, appréciant ses hanches ayant données naissance deux fois. D’un mouvement lisse il gaina son immense bite dans la chatte trempé de jus ravie par ses paroles. Elle avait abandonné son humanité pour être sa benne à sperme, comme il l’avait prévue.

Il fut étonné, sa chatte était au-delà de serré. Il avait l’impression d’être pris dans un étau, seul l’excès de lubrification lui avait permis de gainer la moitié de sa bite dans la chatte. Sa puissante viande harponnant le canal fermé, malgré cela elle n’était pas assez puissante pour rentrer tout d’un coup dans une chatte qui semblait plus serrée que celle d’une vierge. Il allait rentrer le tout ou briser les hanches de cette salope dans le processus. Il reprit de l’élan en laissant son la tête de sa bite engorgée à l’entrée, et relança avec encore plus de puissance gagnant trois centimètres de plus. Il gémit de plaisir, encore heureux que du sperme qui avait été pulvérisé dans son utérus s’était mis à couler le long de son canal facilitant son passage parmi ses plis.

« Ouuuiiii ! C’est si bon Guro-samaaaaa ! Si grandddd !» Kushina était stupéfaite jamais elle avait pensait être étiré comme ça. Cela sentait merveilleux, ce sentiment de sa chatte et de son canal être étiré à leur extrême limite. Tout sentiment de douleur qui aurait pu exister dû au fait que sa chatte accueillait quelque chose de si massif était emportée par la pure excitation qui transpirait de chacune des cellules de son corps. Cet ultime étirement n’était pas une torture, c’était une libération. Comment elle avait pu sentir la chose insignifiante et pathétique que son ex-mari appelé une bite ? Cette chose était un véritable monstre, sa chatte avait enfin ce dont elle avait besoin, une bite capable de la déchirer en deux. Lorsqu’elle sentit un second coup de hanche ses yeux s’écarquillèrent, ce n’était pas tout ? Sa chatte semblait littéralement pleine à craquer tellement il l’avait bourré de viande et il en restait encore à rentrer ? Elle essaya vainement de venir en aide à Guro-sama en tentant de se balancer mais ce fut peine perdu, elle était trop bien attacher. Elle était juste un sex toy à user comme bon lui semblait. Cette perte de contrôle était tout ce dont elle avait besoin. Elle avait juste laissé le soin à Guro-sama de faire ce qu’il voulait de son corps.

Guro claquait sa bite dans la chatte serré de cette chienne comme un bélier, défonçant ses entrailles dans la tentative de caser autant de sa bite en elle. Cette chatte le rendait fou c’était la chose la plus serrée et chaude qu’il est jamais baisée. Et dans un ultime effort il rentra sa bite entièrement dans la chatte injustement serré de cette salope. Tapant contre son col au passage. Il pouvait voir le renflement de sa bite dans son ventre tellement il avait forcé sa bite dans son canal étirée. Ses pli engorgé s’adaptait de manière obscène autour de sa bite formant un cercle presque quasi parfait pour essayer de prendre la totalité de la largeur de sa verge. Il devenait reconnaitre qu’il était impressionné, pas une seule de ses servants étaient capable de prendre entièrement sa bite aussi vite. Ceci le conforta dans l’idée qu’elle était née juste pour servir sa bite, prendre son immense grosse bite dans sa chatte. Son mari était un accident de parcours, un heureux accident de parcours envoyant la fille qu’elle avait mis au monde et qu’il allait s’assurait qu’elle rejoindrait sa mère, elles lui étaient destiné à être usait comme bon lui semble.

Kushina vu entièrement blanc, plus rien n’avait d’importance, juste le sentiment de sa chatte serrant la verge massive. Elle pouvait sentir sa vulve à peine s’adapter autour du monstre en elle. Elle pouvait sentir chaque merveilleuse veine ornant la bite de son maitre, les compter, savoir leur grosseur, leur largeur, entendre le rythme cardiaque à travers. Elle sentit comme si son maitre lui donnait un immense honneur, elle connaissait chaque centimètre de sa divine bite. Elle sentait le gland de son maitre claquer contre son col, elle ne savait même que c’était possible jusqu’ici, cette sensation de son col étant stimulé maximisa les sensations de plaisir qui parcourait son corps. Elle avait un orgasme avant qu’il avait même commencé à véritablement la baiser, son mari lui donnait jamais un orgasme, elle avait besoin de finir avec ses doigts à chaque fois qu’il baisait. C’était une preuve de plus que son maitre s’occuperait bien mieux d’elle que son mari inutile. Et le fait qu’il est seulement 14 ans, bien plus jeune qu’elle ou son mari ou encore ses enfants étaient encore meilleur. Qui sait comment il sera dans une dizaine d’année ? Encore plus grand, plus expérimenté. Déjà qu’il était un véritable dieu parmi les hommes pour elle, elle n’osait imaginer ce qu’il serait dans une dizaine d’année.

« OUUUUUIIIIII !!! » Un véritable rugissement sorti de sa bouche, surprenant Guro qui sourit à la vue de sa bouche ouverte dans un grand O, il pourrait facilement bousculer sa bite dans sa bouche en ce moment. Les murs tremblé littéralement, il ne doutait pas que tout l’étage était conscient de ce qui se passait dans sa chambre. Tous les hommes qu’elle avait torturée devait se branlait en sachant que la salope prenait son dû.

« C’est ça salope, vocalise ton plaisir que ton mari impuissant ne t’as jamais donné. Laisse tes enfants dans la chambre à côté entendre comme leur putain de mère est devenue ma benne à sperme et subi la meilleure baise de sa vie ! Je suis sûr qu’il ne t’as jamais donné un orgasme en une seule poussée !»

Avec un grognement Guro conduit ses balles profondément de retour en Kushina dessinant un cri étranglé de plaisir que sa chatte serrée a été forcée de s’ouvrir sous le passage de  l’immense bite. C'était incroyable, la chaleur intense et la façon dont ses murs veloutés resserrés autour de lui était indescriptible. Il allait la traire pour tout ce qu’elle valait jusqu’à ce qu’elle commence à vieillir et puis il s’en débarrasserait. Il était le fils du daimyo, il faisait ce qu’il voulait, s’il voulait une femme, il l’avait. Il le prouvait de nouveaux aujourd’hui avec cette voluptueuse rousse qui avait résisté honorablement une soirée avant de succomber à son charme et de volontiers vendre son corps pour lui.

Il claqua comme une bête déchainé dans la chatte détrempé de Kushina. A chaque fois qu’il essayé de se retirer il pouvait sentir ses plis soyeux s’accrocher à sa bite essayant de l’empêcher de ressortir. Les MILF étaient décidément les meilleurs, une fois que le mari avait un enfant il délaissait sa femme la rendant désireuse de bite. Et elles avaient l’expérience dans le sexe et un corps mature qu’il aimait triturer et faire grincer sous ses doigts agiles. Le meilleur moment était quand il la baisait devant son mari et ses enfants était toujours le meilleur, le regard de désespoir sur le visage de la famille miroir de leur femme, mère heureusement rebondissant sur sa bite était… jouissif.

« Oh mon dieu, oh mon dieu ! Guro-sama vous déchirer ma chatte en deux ! » Kushina sentait les grosses boules de son maitre claquait avec forces contre ses fesses rembourré, faisant un bruit humide en raison de la fontaine qu’était sa chatte. Malgré son rembourrage au niveau de ses fesses elle pouvait sentir chaque impact des hanches de son maitre faire des bruits de claquement de chair contre chair humide quasi constant dans la pièce. Elle sentait sa chatte ayant des spasmes à chaque seconde, enserrant ce merveilleux pour traire le sperme de ses grosses boules bien remplies de juteux et délicieux sperme directement dans son utérus.

« C’est ça salope, ta chatte est juste en train de s’adapter à ma bite. » Kushina savait qu’il avait raison, elle sentait littéralement sa chatte être détruite pour être remodelé à sa convenance. Il avait pris possession de son canal donc il faisait des travaux pour ses futures utilisations. Elle voulait qu’il continue à la baiser comme ça pour toujours.

« Je suis votre sex toy ! Votre esclave pour toujours ! Vous pouvez me mettre dans une cabine de putain pour que tout le monde et n'importe qui me baisent ! S'il vous plaît, juste me baiser comme une pute !" Kushina était au-delà de la rédemption, son plaisir était devenue trop pour son cerveau à supporter, en la baisant, il ne remodelé pas seulement son corps, il remodelé aussi son esprit pour s’adapter à ses besoin, en la transformant en une putain avide de sexe qui lui obéirait totalement.

Guro sourit en voyant le blanc de ses yeux le regardant avec une adoration totale sans une seule trace de la kunoichi forte et fière qu’elle fût. "Une telle bonne esclave que tu es maintenant," murmura-t-il enfonçant ses doigts dans ses cuisses crémeuses la griffant grâce à ses oncles parfaitement manucuré de noble. "J'espère que vous êtes prêt pour votre nouvelle vie ..."

"OUI!" Kushina cria de pur plaisir que Guro frappa un endroit particulièrement sensible. "J'aime être baisée comme une pute! J'aime avoir une bite enfoncée dans ma chatte ! Vous remplissez-moi tellement mieux que Minato !" Donc ce Minato était son mari ? Ce nom lui disait vaguement quelque chose. Et bien ce n’est pas si grave. S’il n’était pas assez bon pour satisfaire ce magnifique morceau de cul ce n’était pas la peine de le connaitre. Il décida que les préliminaire était suffisant, il allait la baisé de telle façon que cette salope ne se souviendrait même pas de son mari. Il était d’ailleurs étonné que ses enfants ne se soit pas précipité dans la chambre en entendant leur mère gueuler comme un cochon qu’on égorge. Ils avaient un sommeil de plomb ? D’un côté il était déçu, d’un autre côté heureux de ne pas être interrompu. Il inviterait volontiers sa fille dans sa literie mais son garçon serait une douleur dans le cul. Il passa à la vitesse supérieure imitant littéralement un marteau piqueur défonçant sa chatte qui venait d’être assoupli pour permettre à la véritable baise de commencer. Ceci eu pour incidence que les ballons gonflable qu’était son immense poitrine fut envoyé directement dans son visage imitant efficacement un coup de poing.

Kushina revisitait ciel, sa nuit de noce qu’elle avait cru merveilleuse faisait pale figure en comparaison. Kushina a crié dans le plaisir à la nouvelle vitesse. C'en était trop. Son corps était brûlant. Un nouvel orgasme allez s’écraser sur elle tel un tsunami imitant certainement sa chatte dont s’échapper un fleuve de son jus. Après vingt secondes, elle a finalement atteint le point de rupture. Presque sentir comme un verrou cassé ou quelque chose, Kushina sentit son apogée la saisir. Elle ne pouvait pas tenir dans le fort crissement aigu qu’elle laissa échapper. Que ses enfants viennent la voir comment elle était devenue dépravée. Elle était devenue une telle salope en l’espace d’une soirée, ou plutôt elle avait toujours été une salope, l’idée que sa fille et son fils la surprenne en pleine action en train de tromper Minato failli à elle seul la faire jouir de nouveau.

 

Guro pouvait voir les immenses mamelles de cette salope être envoyés dans tous les sens suite à son augmentation de rythme. Il sentit sa chatte ayant encore des nouveaux spasmes, se resserrant de façon tellement douloureuse qu’il failli ne pas réussir à s’extirper de son trou. Heureusement ses muscles définis par des années d’entrainement et de baise empêchèrent ceci d’arriver. Il continua de baiser sa chatte jaillissante de jus avec encore plus de détermination. Griffant ses cuisses jusqu’au sang, il eut envie de changement, attrapant ses lourds monticules il s’en servi comme levier pour augmenter le plus possible sa vitesse de pénétration. Pas aussi confortable à utiliser, ils avaient l’avantage d’être ferme en main et de pouvoir plonger ses doigts profondément dans la graisse de ses mamelles. Il appuya tellement fort que son poing failli disparaitre dans ses monticules, laissant certainement des ecchymoses douloureuses. Durant une poussé particulièrement puissante, il appuya encore plus durement sur ses seins faisant jaillir un liquide blanc en l’air sous ses yeux surpris.

Kushina haletait au changement. Sa manipulation brutale de ses seins en fait juste augmenté son plaisir, puisque les faisant rebondir sur son visage avant avait été plutôt ennuyeux. Cependant chaque poussée semblait maintenant pousser plus loin en elle, et elle a ressenti une douleur à chaque fois qu'il a réussi à frapper de plus en plus fort son col voulant entrer dans son lieu le plus sacré. La douleur a été tout simplement impossible à ignorer même si le sentiment de plaisir qui parcourait son corps tout entier était encore supérieur. Ce mélange mixte de douleur et de plaisir était plus que suffisant pour provoquer un troisième orgasme alors que l’autre commencé juste à se finir. Sa chatte serra autour du sexe de son maitre comme elle a atteint son apogée de nouveau, ne voulant pas le laisser aller hors d’elle. En réponse, il a juste accélérer. Kushina a commencé crissement quand elle avait atteint son apogée, mais elle a vite manqué de souffle que son culminé refusé à la fin. Le contraire, en fait. Le plaisir courir dans tout son corps était en augmentation. La vitesse de Guro avait augmenté, et il a été claquant en elle avec encore plus de force. Il perçait dans sa chatte plus profondément avec chaque poussée, la noyant encore plus dans le plaisir. Lorsqu’elle sentit un resserrement particulièrement douloureux au niveau des seins, elle sentit un liquide être expulser de ses mamelons. A travers ses yeux devenue flou, elle vu quelque chose de blanc voler dans les aires avant de retomber sur elle. Elle sentit quelques gouttelettes retomber sur son visage et plus particulièrement dans sa bouche ouverte. En sentant le liquide atterrir sur ses papilles elle l’identifia tout de suite. Du lait ! Son maitre l’avait tellement bien baisé qu’il tirait le lait de ses mamelles ! Jamais ce n’était arrivé !

Guro regarda avec amusement que chaque fois qu’il appuyé sur ses seins une poussé de lait s’échapper de ses mamelons. Tout son corps avait été créé pour le sexe, pour lui plaire. Il s’assurera d’utiliser à leurs juste valeur ses mamelles. En attendant il synchronisa ses poussés avec le resserrement de ses seins. Une poussé, un resserrement de ses seins, du lait qui voler dans les airs, une poussé, un resserrement de ses seins, du lait qui voler dans les airs recouvrant petit à petit sa poitrine et son visage. C’est comme ça que se déroulait de façon brutale et rythmique la baise de cette MILF.

« Tu aimes salope ?! Tu aimes ma grosse bite démolissant ta chatte ?! » Guro grogna, il était fière de son endurance, mais baisé cette putain durant plus d’une demi-heure après ce qu’elle lui avait fait subir durant la soirée était trop. Il pouvait sentir son sperme baratté dans ses couilles, voulant remplir le ventre de cette putain. Il sentit le meilleur orgasme de sa vie arrivé  en baisant cette MILF rousse qui était couché et attaché comme une chienne devant lui.

« Ouiiii ! J’aime ça Guro-sama ! Je pourrais plus jamais sentir la minuscule brindille qu’osait appelée une bite mon ex-mari, ni toute autre bite que votre immense et parfaite bite ! Je suis toute à vous ! Mon ventre est fait pour accueillir votre bite tandis que mon utérus servira à être accueillir votre sperme d’homme supérieur. » Kushina délirait complétement, les orgasmes qui assailli son corps s’étaient tellement rapproché qu’elle eut l’impression qu’elle subissait un orgasme constant noyant son esprit dans le plaisir. Elle se débattait violement contre les liaisons, son corps tout entier semblait être brulant, elle l’avait l’impression d’être une dinde farcie de bite qu’on avait mis au four. Son corps musclé par son entrainement de kunoichi ne semblait d’aucune aide contre l’assaut implacable de son maitre qui cherché à lui apprendre son future travail, être sa putain.

Guro grogna comme il se sentait atteindre sa limite. Il était fier de son endurance, mais il n'était pas une machine. S'approcher quarante minutes de baiser la chatte serrée de cette femme sexy était tout simplement trop. Donc, il a finalement grogna et claqua sa bite profondément dans a nouvelle propriété, sentant son col s’ouvrir permettant à son gland de rentrer directement dans son sanctuaire libérant son sperme dans la chatte de cette salope avide de bite.

« Voilà salope prend tout mon sperme dans ton putain de ventre ! »

Kushina cria au sommet de ses poumons comme son col s’ouvrit pour accueillir le plus de graines possible. Elle ne pouvait qu’hurler dans le plaisir comme sceau après sceau de sperme était vidé dans son lieu le plus sacré. Son sperme inondant le ventre de la putain rousse et revêtant les parois de son col de l'utérus délicat.  Son ventre s’élargi pour essayer d’accueillir le montant obscène de sperme en elle.

"OOOOOOOOOOO ...!"

Kushina a connu d’immenses orgasmes supplémentaires que son esprit est allé complètement noir, incapable de supporter la pression dessus. Son hurlement final de plaisir avait certainement alerté tout l’hôtel de ce qui se passait mais elle s’en fichait. Qu’ils viennent voir son maitre la revendiqué. Cela ressemblerait à la remise des bandeaux quand elle devint une kunoichi mais mille fois plus agréable. Et avoir un public pour assisté au meilleur moment de sa vie semblait comme une excellente idée. Les yeux de l’ancienne kunoichi marié furent grands ouverts et devenu blanc comme ils roulèrent dans son crâne. Sa langue pendait lamentable sur le côté droit de sa bouche, la salive s’en échappant tandis que des crachats volait hors de sa bouche lors de son cri orgasmique. Ses seins envoyèrent en continue son lait en l’air, atteignant au moins mètre de hauteur. Ses hanches ne pouvaient qu’effectuaient des spasmes aux hasards que son ventre gonflé prenant lentement la forme d’une femme enceinte de six mois. C’était le sentiment le plus satisfaisant qu’elle ait jamais connu, se marier, avoir ses enfants, devenir une kunoichi, même lorsque Naruto lui avait donné un mignon dessin représentant leur famille heureuse. Rien ne pouvait égaler le sentiment satisfaisant d’être rempli du sperme glorieux de son maitre.

Guro soupira en sentant la chatte de cette salope subir des spasmes essayant de traire le plus possible de son sperme. Elle n’était pas satisfaite ? Il avait eu l’orgasme le plus puissant qu’il puisse se souvenir, jouissant une minute entière dans a chatte serré et déversant plus de sperme qu’il faisait en une journée. Elle était accro à sa bite à ce point ? Gémissement il retira sa bite lentement, les murs de son canal s’accrochant à lui ne voulant pas sa bite supérieur d’homme partir. Avec un ‘pop’ final, il réussit à s’extirper de sa chatte, une ligne de sperme reliant son gland à sa vulve. S’essuyant nonchalamment sur les fesses ronde et crémeuse, il put voir son sperme épais et visqueux commençait à couler de son canal comme une rivière de lave en raison de la chaleur et de la viscosité. Regardant sa bite molle, il n’avait aucune chance de redevenir dure ce soir, mais après tout elle sera encore là au petit matin. Se dépêchant, il prit un gode spécialement pour cette occasion. De couleur bleu et annelé, il était une représentation parfaite de sa bite, plongeant le jouet d’un geste lisse dans la chatte affamé de cette salope, il aperçut satisfait sa chatte piégé le jouet en elle contenant efficacement le sperme en elle.

Jetant un regard sur la salope à laquelle il avait soufflé son esprit, il buvait les détails de son corps résultant de leur baise brutale. Une kunoichi forte et puissante ? Une femme et mère aimante ? Ah ! Elle n’était rien de plus qu’une nouvelle putain esclave de sa bite ! Son visage avait les yeux mi-clos, brumeux comme si elle s’était shootée à la marijuana. Sa langue pendait de sa bouche et elle haletait de façon raide pour essayer de reprendre son souffle, imitant parfaitement une chienne. C’est bien elle avait déjà son nouveaux rôle dans la peau. Son visage était couvert de sa salive et de point blanc en résulta du lait qui était retombé sur elle. Ses seins qui montait et retombant rapidement en raison de sa respiration rapide, les faisant tremblait comme de la gelée, avait aussi des lignes de lait coulant le long toujours alimenté par ses seins qui ne semblait pas pouvoir arrêter de lacté. Sur chaque mamelle une immense ecchymose noire représentant ses mains faisait presque le tour, signe de la violence avec laquelle il les avait maltraitées.  Sa peau pale était couverte d’une épaisse couche de sueur rendant son corps encore plus attirant. Sa chatte était ouverte de façon obscène autour du sex toy et tenter de le rentrer entièrement à l’intérieur d’elle. Ses cuisses avaient du sang séché là où il avait enfoncé ses ongles un peu trop durement. Et en prenant du recul, le où il avait été agenouillé était littéralement imbibé du jus de la salope, son cul avait des marques d’impact de ses hanches et était dégoulinant du jus de chatte lui donnant une lueur brillante.

« Héhéhé, Guro-sama, plus, plus, encore plus de votre merveilleuse bite… remplissez de nouveau votre benne à sperme, héhéhé~. » Au vu de son discours il l’avait envoyé sur la lune et elle n’était pas prête de redescendre. Totalement converti et dévoué à sa bite. Appuyant sur le bouton du gode, il se mit à vibrer, il avait entendu dire que les kunoichi était très endurante et capable de fonctionner normalement même après des jours sans sommeil, il allait voir si c’était vrai. Le gode se mit immédiatement à vibrer dans la chatte de son nouvel esclave la faisant gémir et tenter bouger ses hanches pour répondre à une pénétration imaginaire.

« Guro-sama, oui. Continuez à punir la méchante MILF que je suis. Je serai à vous éternellement. » En ayant marre de ses divagations, il prit un morceau de ruban adhésif et le colla sur sa bouche, la faisant taire efficacement. Se déplaçant, il se coucha à bien deux mètre de l’origine de la forte odeur de sexe qui planait dans la chambre. Il s’endormit au son des gémissements de la salope à côté de lui étouffer par le ruban adhésif ainsi que le son du gode vibrant. Demain s’annoncer une magnifique journée, il avait une magnifique nouvel salope et il s’attaquera à sa fille, sur ses dernières pensées il ferma les yeux.



 



 

 



You need to be logged in to leave a review for this story.
Report Story