Ramdam

BY : Mikey
Category: French > Television
Dragon prints: 22
Disclaimer: Je ne possède pas Ramdam, ses lieux ou ses personnages. Je ne gagne pas d'argent grâce à l'écriture de cette histoire.

Manolo n’arrive pas à trouver le sommeil. Il ne fait que penser au jour J; dans quelques heures à peine, sa soeur et lui emménageront dans une nouvelle maison avec Claude, le nouveau conjoint de sa mère, et ses 4 enfants.  Pour en rajouter, il passe au secondaire à l’automne.

Il tourne sans cesse dans son lit mais rien n’y fait; il n’arrive pas à fermer l’oeil. Il laisse aller un lourd soupir de désespoir puis, une idée germe dans sa tête. Une idée qu’il a très envi de mettre à exécusion. Il pousse les draps et se lève du lit.

Cheveux hirsutes et ne portant que son pantalon de pyjama, il ouvre la porte et marche en direction de la chambre de sa mère. Il écoute à la porte; n’entendant rien, il y frappe doucement.

“Maman”, dit-il puis, il attend. N’ayant aucune réponse, il frappe à nouveau. “Maman?”
“Oui mon grand”, répond-t-elle d’une voix éraillée et étouffée.
“Maman”, dit-il, après avoir ouvert la porte, “je n’ai pas envi d’aller vivre avec eux.”

Victoria qui porte une chemise de nuit s’assoit, allume la lampe sur sa table de nuit, et fait signe à son fils de venir la rejoindre. Il laisse la porte entrouverte, monte sur le lit, et rejoint sa mère contre qui il se  recroqueville; elle, l’enlasse et le cajole.

“Claude est un homme très gentil, Manolo. Il s’occupera très bien de ta soeur et toi.”
“Je n’ai pas envi que ça change, maman. Nous sommes bien ensemble.”
“Oui nous sommes bien mais Claude me rend heureuse aussi.”

Il la sert dans ses bras, lorgnant du même coup le sillon exposé de la poitrine de sa mère. Elle l’embrasse sur la tête.

“Je peux dormir avec toi cette nuit, maman”, demande-t-il en la regardant dans les yeux.
“Mais oui, mon grand”, répond-t-elle avec le sourire. “Allonge toi et ferme les yeux. Je vais avoir besoin de toi demain.”

Manolo se couche alors que Victoria éteint la lampe et s’allonge près de lui. Il se blottit contre elle qui l’enlasse. Il sourit car, une fois encore, il a réussi à fourvoyer sa mère. Il attend patiemment que celle-ci s’endorme puis, il pose sa main sur la sienne; aucune réaction. Il sait qu’elle dort comme une roche car ce n’est pas la première fois qu’il use de ce subterfuge.

Satisfait, il se torille afin de libérer enfin son pénis, et approche la main de Victoria tout près. Il place l’index et le pouce de celle-ci autour de la base de son gland et les maintient en place avec sa propre main. Comme chaque fois auparavant, son coeur bat la chamade de peur de se faire prendre; même si ce n’est encore jamais arrivé.

Victoria ne se rend pas compte que Manolo a discrètement commencé à bouger son bassin; elle dort si profondément. Le pénis qu’elle a en main gonfle bien qu’elle n’ait rien à y voir.

Les va-et-vient de son bassin sont constants et lents. Il le pousse de plus en plus haut, faisant glisser son prépuce à l’inverse puis, il revient doucement; chaque fois, les doigts de Victoria frotte contre la base de son gland ce qui lui procure plus de plaisir.

Inopinément, Victoria enroule tous les autres doigts de sa main autour du corps turgescent. Manolo, le souffle court et surpris par cette réaction, s’immobilise, écoute, et l’entend ronfler légèrement. Soulagé, il reprend ses va-et-vient.

Il sent bien la pression des doigts de Victoria sur son pénis; comme si, elle le ceint ainsi de son propre gré. N’ayant plus besoin de les maintenir en place, il relâche sa propre emprise sur eux. Tout ceci l’excite énormément et le pousse à accélérer le rythme; il se rend rapidement compte que la main suit les mouvements de son bassin.

Il prend alors le poignet et le fait monter puis descendre, comme si elle le masturbe. Yeux fermés, il tombe dans les vapes libidinales. Il sent sa tension sexuelle monter en flèche. Haletant, il pousse son bassin en même temps qu’il descend la main de Victoria. Il la tient en place quelques secondes puis la relâche ce qui engendre un nouvel influx orgastique.

Réveillée par un pulsion sexuelle, Victoria entrouvre les yeux et a de plus en plus conscience de ce qui est entrain de se produire: Manolo utilise sa main pour se masturber. Émoustillée et encore dans les limbes du sommeil, elle se laisse emporter par l’euphorie pulsionnel; n’en déplaise à quiconque, elle amorce une série de lents va-et-vient.

Sentant que la main bouge d’elle-même, Manolo fige, ce qui facilite la tâche à Victoria qui se donne allégrement. L’éréthisme du pénis qu’elle a en main l’excite à un point tel qu’elle ne se préoccupe pas à qui il appartient.

“Jouis pour maman, mon grand”, lui chuchote-t-elle à l’oreille.

Manolo se détent puis, il se tourne sur le dos; Victoria pousse les draps afin s’occuper de lui sans obstruction. Elle repose sa tête dans la paume de sa main puis, reprend les vigoureux va-et-vient de l’autre. Malgré la toile qui couvre la fenêtre, il est possible pour eux 2 de bien voir que la main agile de Victoria en plein contrôle de son plaisir.

Il est surexcité. En quelques va-et-vient, un liquide visqueux et incolore s’écoule du bout de son gland. Il n’est plus en contrôle de son corps qui spasme en réaction à l’orgasme qu’il est sur le point de l’enivrer d’une euphorie extatique.

Victoria sent le liquide couler sur son index et son pouce. Elle sait qu’il est sur le point de jouir. Elle ralentit le rythme de ses va-et-vient et lui mumure à nouveau à l’oreille: “Jouis pour maman, mon grand.”

S’en est trop pour Manolo. Alors qu’il lorgne le sillon, il expulse sa semence qui tombe sur son ventre en plusieurs giclées blanchâtres. Haletant et béat, il regarde la main de Victoria qui ralentit et qui presse son pénis comme un citron; le peu de sperme qui y reste coule le long de son gland puis sur les doigts de Victoria qui relâche son emprise sur le pénis de son fils.

Sans un mot, Manolo se lève et quitte la chambre en trombe, laissant Victoria seule derrière lui. Encore excitée de cette masturbation, elle s’allonge sur le dos, écarte les jambes, glisse sa main sous sa culotte et son majeur entre ses lèvres; sa vulve suinte de cyprine.

Il ne lui faut que quelques minutes pour atteindre l’orgasme alors qu’elle trace des cercles autour de son clitoris gonflé et trépident. Haletante et rassasiée, elle sent la culpabilité monter en elle.

Mais qu’est-ce que j’ai fais, se dit-elle. Comment vais-je pouvoir régler tout ça?

Au même moment, Manolo qui a fini de nettoyer son ventre quitte la salle de bain et, avant d’entrer dans sa chambre, tourne le regard vers la chambre de sa mère. Il entend sa respiration lourde et sait qu’elle est entrain de se faire jouir.

Il sourit et ferme la porte derrière lui.

Vous voulez en savoir plus sur Manolo et Victoria?

Vous voulez savoir où tout ça les mènera?

Alors, continuez de lire...



You need to be logged in to leave a review for this story.
Report Story