Pipe au cinéma

BY : MahMan
Category: French > Originals
Dragon prints: 139
Disclaimer: This story is a work of fiction. Any resemblance to person(s) living or dead is purely coincidental.

Encore une fois, il t'a convaincue. Il veut que tu lui tailles une pipe au cinéma. Et tu as dit oui. Jusqu'à maintenant, vous avez toujours joué à la limite : tu l'as sucé dans une cabine d'essayage ou dans les vestiaires d'un gymnase. Mais jamais avec des gens dans la même salle. Cette fois, c'est quand même beaucoup plus risqué.

Mais avoue-le, ça t'excite.


Tu n'as qu'une envie, c'est de le pomper avec des gens à quelques mètres de vous, sans qu'il ne se doutent de ce que vous êtes en train de faire. Il t'en a parlé dans la matinée, au petit déjeuner. Le soir-même, vous êtes devant le cinéma, et c'est même toi qui a insisté pour le faire aussi vite. Vous n'avez pas choisi de film à l'avance. La seule chose que vous avez prévue, c'est d'assister à la dernière séance de 22h30, pour être tranquilles. Vous ne faites pas les difficiles : ce sera le dernier Marvel, celui où ils sont tous réunis. Vous n'êtes pas les deux plus grands fans du studio mais en réalité, le film vous importe peu. C'est le choix de facilité. Vous avez la tête ailleurs.


Vous achetez vos places. Dans le reflet de la vitre de la caisse, tu vois un mec qui attend derrière vous. Il mate ton cul. Sans se cacher. Il pourrait être allé à une des bornes, toutes libres à cette heure, mais non, il est derrière toi, et il ne quitte pas tes fesses du regard. Tu portes ta courte robe noire qui met en valeur tes larges hanches. Tu n'as rien d'autre en dessous. Tu mouilles. Une gouttelette glisse le long de ta cuisse et tu rougis, de peur qu'il l'aperçoive.


Tu sens une main glisser dans ton dos et des frissons courent dans ton cou. C'est lui, le bon. Tu le regardes. Dans l'autre main, il tiens les deux billet. Il enserre ta taille et vous vous dirigez vers la salle d'un pas excité. Tu grimpes les escaliers en direction du fond de la salle, dans la rangée de siège excentrée, le plus à droite. Plusieurs personnes sont assises au centre des gradins. Quelques hommes seuls, un groupe de copines, un autre couple... Pas grand monde, heureusement. Il s'assoit et toi aussi. L'homme qui te reluquait vient s'installer à la même rangée que vous, à l’extrême opposé. Tu lui jettes un coup d’œil discret.


Les publicités se lancent. Tu frissonne d'impatience. Il le sens et glisse sa main sous ta robe pour venir te masser le clitoris. Les sensations te submergent. Tu es beaucoup trop excitée. Il passe deux doigts sur tes lèvres, les retire et les présente aux deux autres. Tu suces ta mouille avec délice puis tu l'embrasses. Longtemps. Sa main descend le long de ton cou, puis caresse sensuellement ton sein. Le voyeur doit être en train de te regarder en ce moment.

Ça commence. Tu lui chuchotes que tu veux regarder le début du film, que tu préfères choisir le moment idéal. Tu laisses filer quelques minutes. Mais tu t'impatientes. Viens alors une scène où les héros entrent dans une grotte. La salle s'assombrit.


Tu glisses discrètement de ton siège et t'agenouilles devant lui. Tu défais sa ceinture, dévoiles son sexe flasque et rabougri. Tu le prends en bouche sans problème. Tes lèvres pulpeuses touchent son pelvis rasé. Quand à tes yeux, ils ne quittent pas les siens. Tu sens grandir son membre contre ton palais. Il te repousse de la surface plane, lentement. D'une main, tu attrapes la base de son membre érigé et tes lèvres viennent baiser son gland en érection. Ton autre main glisse le long de ta cuisse. Tes doigts délicats atteignent ton clitoris et tu te caresses. Tu laisses couler un filet de salive que tu t'empresses de répandre sur toute la surface de son chibre. Tu n'oublies pas ses couilles, que tu masses pour les lubrifier elles aussi.


Tu le branles. Tes doigts caressent sa peau tendue de haut en bas. Puis de bas en haut. Tantôt ils pompent avec vigueur, machinalement ; tantôt avec grâce et délicatesse, ils ondulent le long de sa bite. Tes lèvres enveloppent son gland. Du bout de la langue, tu joue avec la fente de son pisshole. Tu le tease. Une lueur dans tes yeux traduit la joie qui t'envahit. Au travers de tes mèches qui tombent sur ton grand front, tu admires son beau menton, son nez si particulier. Tu veux lui faire du bien. Ta langue court maintenant le long de son membre. De ses boules jusqu'à son extrémité, tu le lèches. Tu le trempes de ta bave. Tu t'en fous du désordre que tu fais.

Cependant tu t'efforces de ne produire aucun bruit. Ce n'est pas simple compte tenu de l'intensité de tes gestes, mais tu y parviens. Rien ne semble te trahir, pourtant tu ne peux être certaine que personne ne vous a repéré. Ça t'excite d'avantage. Tu te doigtes et ta mouille coule le long de ta cuisse, par terre. Tu n'en as que faire. Par réflexe, tu jettes un regard à ta droite.


Et là, tu t'arrêtes, bouche bée : le voyeur te regarde. Ou peut-être que non, mais il a la tête tournée dans ta direction. Peut-il même te distinguer dans la pénombre ? Tu frissonnes à cette idée.

Alors sa main réconfortante vient caresser ta chevelure blonde. L'a-t-il vu lui aussi. Si oui, il n'en a rien à faire. Ses doigts empoignent tes cheveux et guident son membre à l'intérieur de ta bouche. Tu enveloppes tes lèvres autour de sa peau et le laisses prendre contrôle du mouvement. Il force son gland contre ton palais, puis contre ta gorge. Il te fait descendre de plus en plus bas et s'enfonce de plus en plus profondément en toi. À chaque va et vient, ses fesses décollent un peu plus de son siège. Tu peux la prendre, sa bite. Tu es une gorge profonde. Tu restes de longues secondes, empalée sur son sexe, sans bouger, sans broncher. Tes yeux se sont à nouveaux fixés aux siens, mis clos, extatiques. Tu es dominée, soumise à son contrôle et à la fois toute puissante, créatrice artisane de son plaisir. Tes lèvres, ta langue, ta gorge : tu renfermes son sexe dans un écrin. Chaud. Humide.

Charnel.


Sans crier garde, il te jute dans le fond de la gorge. Un jet de sperme jaillit et s'écoule dans ton œsophage alors que tu entends ses intenses respirations. Puis un deuxième. Tu avales sans broncher. Quand il se retire, yeux clos, bouche mi-ouverte, tu squezze son chibre et d'un coup de langue lape la dernière goutte de liquide blanc. Index et majeur. Tu te doigtes frénétiquement. Ton corps est pris de spasmes, déséquilibré. Il le voit et soutient ta tête qui tombe en arrière. Il s'empresse de couvrir ta bouche au moment où tu atteins l'orgasme et tu exultes, tes gémissements étouffés par la paume de sa main. Tu t'écroules entre ses jambes, vidée de toute énergie et il t'aide à te rasseoir.


Il se peut que tu ne soit pas très attentive à la suite du film.



Review Pipe au cinéma
Report Story